Actualités

Élections de 2018: Lise Thériault amorce une période de réflexion

QUÉBEC – Entre le oui et le non, elle hésite encore, et a donc choisi de reporter la grande décision à plus tard.

Lise Thériault a amorcé une période de réflexion visant à déterminer si elle va se porter candidate aux prochaines élections, en octobre 2018. Mais elle affirme catégoriquement sa ferme intention de terminer son mandat actuel.

Pas question, donc, de claquer la porte à court terme.

En entrevue à La Presse canadienne, Mme Thériault a accepté de faire le point sur son avenir politique, à la suite de rumeurs et de reportages récents faisant état de son ras-le-bol et de menaces de démission de sa part.

«Je ne sais pas encore ce que je vais faire» lors de la prochaine campagne électorale, a commenté la ministre de la Condition féminine et responsable des PME.

Ce qu’elle sait, par contre, sans l’ombre d’un doute, c’est qu’elle complétera son mandat, a-t-elle insisté, cherchant à mettre fin aux rumeurs persistantes sur son départ prochain.

«Je vais terminer mon mandat. J’ai des commandes à livrer au premier ministre. Je vais les livrer», assure la ministre, qui était pratiquement aphone au moment de l’entrevue, effectuée à son retour de New York, où elle participait à la 61e session de la Commission de la condition féminine des Nations unies.

À ceux qui ne seraient pas encore convaincus, elle affirme qu’elle est «une femme de parole». Il est donc «hors de question» qu’elle annonce son départ prochainement.

Devenue très zen, la vice-première ministre, un titre auquel elle se réfère souvent en parlant d’elle, tient à projeter une image de grande sérénité. Elle se dit «animée par un paquet de bons sentiments».

«Je suis bien dans ma peau. Je suis bien dans ma tête. Je suis contente de ce que je fais. Il n’y a pas de problème», assure-t-elle, offrant un démenti formel aux reportages qui affirment qu’à la fin janvier elle avait piqué une crise en haut lieu et menacé de démissionner.

À 51 ans, elle dit avoir encore beaucoup de plaisir à faire de la politique, après une quinzaine d’années de vie parlementaire trépidante, et n’estime pas avoir fait le tour du jardin.

D’autres rumeurs, laissant croire que des gens autour du premier ministre Philippe Couillard jugent qu’elle a changé depuis son long congé de maladie à l’automne 2015 et que le temps serait venu de quitter le navire, n’égratignent pas sa sérénité.

Au contraire, elle se sent aimée de tous.

«Demandez à mes collègues comment ils s’entendent avec moi. Ils vont tous vous dire qu’ils s’entendent bien avec moi et que je fais un bon travail», dit-elle.

«Je pense que je suis un atout pour l’équipe de mon premier ministre», ajoute Mme Thériault, «un atout pour le gouvernement».

Du même souffle, elle nie catégoriquement toute forme de rivalité avec la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, une autre rumeur qui laissait croire que Mme Thériault se sentait tassée par sa jeune collègue.

Entre les deux ministres, qui doivent partager le même espace de travail dans un édifice situé Place D’Youville à Québec, il n’y a de place que pour une «belle complicité» s’appuyant sur une «belle relation», dit-elle.

Elle nie tout aussi énergiquement songer à faire le saut en politique municipale. Il est vrai qu’on l’a approchée pour devenir mairesse d’Anjou à Montréal, mais c’est «hors de question», a-t-elle tranché.

«J’ai dit non, je n’irai pas. Je ne suis pas du tout intéressée», dit-elle.

Le 8 mars au Japon

Avant de se rendre à New York, Mme Thériault avait effectué une autre mission, cette fois au Japon, au moment où le Québec soulignait la Journée internationale des femmes.

Son absence du Québec à cette occasion avait été critiquée, mais la ministre de la Condition féminine ne s’en formalise pas.

Elle explique qu’elle est aussi vice-première ministre et qu’elle a dû remplacer au pied levé la ministre Christine St-Pierre, qui a eu un empêchement d’ordre personnel.

«On ne pouvait pas annuler cette mission-là», car cela aurait nui à l’image du Québec et à ses relations avec le Japon.

À New York, Mme Thériault a eu plusieurs entretiens, notamment avec la ministre française des Droits des femmes, Laurence Rossignol, et a prononcé une allocution dans laquelle elle a pu vanter la loi québécoise sur l’équité salariale, adoptée il y a une vingtaine d’années.