Actualités

Des organismes culturels demandent à Québec de hausser le financement du CALQ

MONTRÉAL — Des organismes culturels déplorent que le gouvernement québécois n’investisse que dans le «béton» en culture et délaisse les artistes en «sous-finançant» le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), une organisation qui soutient la création artistique dans l’ensemble de la province.

Le Mouvement pour les arts et les lettres (MAL) et le Conseil québécois du théâtre (CQT), entre autres, ont organisé une manifestation, lundi à Montréal, en même temps que l’étude des crédits du ministère de la Culture à Québec pour demander un réinvestissement immédiat de 40 millions $ dans le CALQ.

Le budget actuel de l’organisation est de 109 millions $ par année, ce qui est nettement insuffisant pour aider les créateurs, selon eux.

Les organismes soulignent qu’il s’agit d’une «année charnière» pour le CALQ, qui s’est engagé à soutenir plus d’organismes culturels — mais sans qu’il ne dispose de plus de fonds. C’est aussi cette année que le CALQ déterminera le montant de ses aides financières pour les quatre prochaines années.

Le bureau du ministre de la Culture, Luc Fortin, a indiqué par courriel qu’il «prenait acte» de la manifestation.

L’attaché de presse de M. Fortin, Karl Filion, a toutefois tenu à rappeler que le gouvernement avait investi de nombreuses sommes pour soutenir la culture, dont les 8,4 millions $ consentis à l’automne au Théâtre du Nouveau Monde (TNM) à Montréal ou le 1,1 million $ versé au Théâtre Périscope à Québec.

Fabienne Cabado, la porte-parole du Mouvement pour les arts et les lettres et directrice générale du Regroupement québécois de la danse, reproche toutefois au gouvernement de constamment investir dans les infrastructures au lieu d’aider les artistes à produire le contenu qui est présenté dans ces établissements.

«On investit beaucoup dans l’immobilier et dans les choses spectaculaires, les choses qui se voient, alors que les besoins en termes de recherche de création, de diffusion (…) pour les artistes ne sont pas couverts», a-t-elle expliqué en entrevue téléphonique.

«C’est comme investir dans du béton, mais ne pas investir dans les personnes qui vont faire tourner ces structures-là. Il y a quelque chose d’un peu absurde dans l’équation», a-t-elle martelé.

Mme Cabado critique en premier lieu le ministre des Finances, Carlos Leitao, et le premier ministre, Philippe Couillard, qui selon elle ne comprennent pas l’urgence de la situation. «La culture et la création ne font pas partie des priorités de ces élus», a-t-elle tranché.