Actualités

Des émissions de méthane revues à la hausse dans deux rapports

CALGARY — Deux nouveaux rapports canadiens indiquent que les émissions de méthane produites dans l’industrie pétrolière et gazière sont plus élevées que les évaluations qui avaient été faites.

La publication de ces documents  — commandités par deux importants groupes environnementaux — survient alors que l’industrie fait pression pour repousser la venue de réglementations plus sévères au sujet du puissant gaz à effet de serre.

Dans une étude issue d’un partenariat de la Fondation David Suzuki avec l’Université Saint-Francis Xavier, on indique que le volume d’émissions de méthane émanant de sites d’activité pétrolière et gazière de la Colombie-Britannique est 2,5 fois plus élevé que le niveau rapporté par la province.

L’organisation Environmental Defence a de son côté analysé des données fournies par la société GreenPath Energy pour le gouvernement albertain. Le groupe a conclu que les émissions de méthane de la province sont 60 pour cent plus élevées que ce dont l’industrie des hydrocarbures a fait état.

Le méthane a une durée de vie moins longue que le dioxyde de carbone, mais est un gaz à effet de serre beaucoup plus puissant.

Ces nouveaux éléments d’analyse surviennent dans un contexte où le gouvernement fédéral entend repousser d’au moins trois ans ses plans de réduction des émissions de méthane au pays, un projet dont l’échéancier est considéré comme agressif par les secteurs concernés.

L’étude de GreenPath Energy, commanditée par Alberta Energy Regulator, s’est penchée sur 676 forages situés un peu partout dans les régions pétrolifères et gazières de l’Alberta. La recherche de la Fondation David Suzuki a quant à elle mesuré des émissions émanant de puits dans la formation de gaz de schiste de Montney, dans le nord-est de la Colombie-Britannique.