Actualités

NPD: Jagmeet Singh choisit Guy Caron comme chef parlementaire

OTTAWA — C’est le député québécois Guy Caron qui sera l’homme de confiance du chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh.

Le candidat qui a été défait dimanche à l’issue de la course à la direction occupera les fonctions de chef parlementaire à la Chambre des communes. Il sera ainsi la voix et le visage du nouveau chef à Ottawa.

Jagmeet Singh, qui a été élu à la tête du parti par les militants, ne détient pas de siège au Parlement. Le choix de Guy Caron démontre ses priorités, a-t-il dit mercredi à l’issue de son premier caucus.

«Un, j’ai besoin d’un candidat compétent pour être chef parlementaire. Deux, c’est très important de démontrer l’importance du Québec comme nation et j’ai voulu faire ça avec ma décision», a-t-il précisé.

Seul candidat québécois durant la course, Guy Caron avait soulevé la question du projet de loi sur la neutralité religieuse de l’État de l’Assemblée nationale, le projet de loi 62.

M. Singh, de religion sikhe, porte le turban et le kirpan. Il avait alors affirmé qu’il appuierait une contestation judiciaire de cette loi québécoise si elle était adoptée. Il s’est ravisé lundi.

«C’est clair qu’on était d’accord et maintenant on est toujours d’accord que nous sommes contre l’idée de brimer les droits de la personne, mais en même temps on est tellement clair que le Québec a la juridiction de décider de son avenir», a-t-il répété mercredi en précisant qu’il avait confiance que la Charte québécoise des droits et libertés allait protéger ces droits.

«La position de M. Singh de soutenir les principes de la Déclaration de Sherbrooke a été bien accueillie, a indiqué Guy Caron. Il la soutient complètement, ce qui fait en sorte que nous pouvons travailler ensemble là-dessus aujourd’hui.»

La Déclaration de Sherbrooke adoptée par le NPD en 2005 définit le statut particulier réservé au Québec dans un gouvernement fédéral néo-démocrate.

Guy Caron a présenté une version 2.0 durant la course à la direction qui contenait une mise à jour sur la question de la laïcité et la ratification de la Constitution canadienne par le Québec.

Sur les quatre candidats de cette course, M. Caron est arrivé dernier en récoltant à peine 9,4 pour cent du vote des militants.

Une source au sein du parti note toutefois qu’il a réussi à s’attirer le respect de personnalités néo-démocrates d’un bout à l’autre du pays tout au long de sa campagne. Il a également réussi à obtenir l’appui de huit députés au sein du caucus alors que Jagmeet Singh avait réussi à en récolter 11.

Pierre Nantel se rallie

Le nouveau chef du NPD semble vouloir envoyer un signal fort au Québec. Dès son arrivée à la réunion du caucus mercredi, il a serré le député Pierre Nantel dans ses bras.

Celui-ci avait affirmé il y a quelques semaines que les signes religieux étaient incompatibles avec ce que les Québécois désiraient voir chez leurs politiciens. Il avait également manifesté son désaccord avec M. Singh sur le projet de loi 62.

«Je suis rassuré de savoir qu’il respecte la souveraineté de l’Assemblée nationale sur ces questions, c’est ça qui me rassure, a-t-il affirmé mercredi. Et puis, moi ce qui m’inquiète bien plus, c’est (…) la situation culturelle avec Mélanie Joly maintenant.»

Jagmeet Singh compte se rendre dans le comté de Lac-Saint-Jean d’ici l’élection partielle du 23 octobre pour aider la candidate néo-démocrate, Gisèle Dallaire. Elle avait récolté 28,5 pour cent des suffrages derrière le conservateur Denis Lebel avec 33,3 pour cent lors de l’élection fédérale de 2015.