Des chefs de l'APN réclament le départ de Marion Buller à l'Enquête nationale
Actualités

Des chefs de l’APN réclament le départ de Marion Buller à l’Enquête nationale

OTTAWA — La ministre fédérale des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord, Carolyn Bennett, ne s’est pas encore prononcée sur la résolution de l’Assemblée des Premières Nations, qui réclame le départ de la commissaire en chef de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

Lors d’une réunion spéciale de l’Assemblée des Premières Nations (APN), les chefs ont approuvé une résolution, non contraignante, qui demande le départ de Marion Buller.

Dans un communiqué, la ministre Bennett indique que le gouvernement libéral est déterminé à mettre un terme à cette tragédie et à apporter enfin des réponses aux familles.

Elle rappelle aussi qu’Ottawa n’a toujours pas reçu la demande officielle de la commission pour prolonger ses travaux, qui visent à examiner les causes profondes de la violence faite aux femmes et aux filles autochtones.

Le chef de l’APN, Perry Bellegarde, a indiqué qu’il reçoit ses directives des chefs qui forment l’assemblée, et que ce sera au premier ministre Justin Trudeau et à son gouvernement de décider de la suite des choses.

L’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées compte quatre commissaires, dont Mme Buller. Après plus d’une année d’un mandat de deux ans, la commission réclame plus de temps et d’argent pour conclure ses travaux.