Actualités

La loi sur la sécurité nationale doit prévenir le profilage à grande échelle

OTTAWA — Le commissaire à la protection de la vie privée du Canada soutient que le projet de loi sur la sécurité nationale doit être amendé pour s’assurer que les agences de sécurité détruisent les informations personnelles recueillies sur un individu si l’on conclut qu’il ne représente pas une menace.

Daniel Therrien a expliqué jeudi au Comité permanent de la sécurité publique et nationale à la Chambre des communes que si le projet de loi C-59 n’est pas amendé, les agences de sécurité nationale auront le pouvoir d’effectuer du profilage à grande échelle sur tous les citoyens.

Le projet de loi déposé en juin par le gouvernement libéral fait suite à une promesse électorale d’annuler certaines dispositions jugées problématiques dans le précédent projet de loi, le C-51. Ce dernier avait été rédigé par les conservateurs de Stephen Harper après l’intrusion d’un homme armé sur la colline parlementaire en octobre 2014.

Le projet de loi à l’étude par le Comité permanent de la sécurité publique et nationale viendrait resserrer les dispositions qui concernent le partage de renseignements entre les diverses agences fédérales.

Daniel Therrien affirme que le gouvernement doit en faire plus afin de respecter l’équilibre entre la sécurité nationale et la protection de la vie privée.