Actualités

La CAQ plus populaire dans les sondages qu’au chapitre des contributions

MONTRÉAL — La Coalition avenir Québec (CAQ), qui a dominé les plus récents sondages, termine l’année au dernier rang des principaux partis au chapitre des contributions politiques, alors que le Parti québécois, qui éprouve des difficultés, arrive en tête du financement populaire.

Le parti de François Legault, créé il y a six ans, a eu beau déloger les libéraux lors d’une élection complémentaire cet automne à Québec, il amorcera 2018, année électorale, avec moins de contributions que Québec solidaire (QS), qui ne compte que trois députés à l’Assemblée nationale.

La CAQ compte 21 députés et élargit petit à petit sa base militante, qui se retrouve surtout actuellement à l’extérieur de Montréal. De nombreux sondages ont suggéré récemment que les Québécois mécontents des libéraux de Philippe Couillard songent à se tourner vers la CAQ le 1er octobre.

En octobre dernier, la candidate caquiste dans Louis-Hébert, à Québec, a obtenu 51 pour cent des voix, alors que Sam Hamad y trônait depuis 14 ans. La CAQ a depuis grimpé dans les sondages, mais le parti n’a récolté que 226 706 $ en contributions jusqu’ici en 2017, soit beaucoup moins que chacun de ses trois principaux rivaux.

Les plus récentes données du Directeur général des élections du Québec pour 2017, publiées jeudi, révèlent que le Parti québécois a récolté 755 072 $, comparativement à 650 378 $ pour le Parti libéral du Québec. Québec solidaire a recueilli 294 704 $, selon les chiffres du DGE. Le co-porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois soutient toutefois que ces chiffres ne sont pas à jour et qu’il faudrait plutôt parler de contributions de plus de 311 600 $ jusqu’ici.

«Je suis fier du travail accompli par QS cette année», a indiqué M. Nadeau-Dubois dans un message transmis à La Presse canadienne. «Nous avons largement dépassé notre objectif de financement en 2017. C’est aussi la plus grosse année de notre histoire en termes de revenus d’adhésion. Cela démontre la force de notre mouvement et que de plus en plus de Québécois de Québécoises nous font confiance.»

En vertu du régime de financement politique mis en place par le Parti québécois de René Lévesque en 1977, les entreprises, les syndicats et autres groupes de pression ne peuvent contribuer à un parti politique, afin d’éviter les conflits d’intérêts et les «ristournes» pour services rendus. Les contributions des citoyens sont par ailleurs plafonnées à un certain montant, et elles sont publiques. Les partis obtiennent enfin de l’État un certain montant pour chaque vote recueilli lors du dernier scrutin.

Actuellement, les électeurs peuvent donner un maximum de 100 $ par année, et l’État verse maintenant davantage par vote obtenu — c’était 25 cents en 1977.

Les analystes estiment que ce système favorise les partis politiques qui peuvent compter sur un bassin de militants ancrés dans le milieu et qui peuvent recueillir de nombreuses petites contributions.