Actualités

Québec/Canada

Projet Northern Gateway d’Enbridge: un plébiscite sera organisé à Kitimat

KITIMAT, C.-B. – Le conseil du district de Kitimat, en Colombie-Britannique, a voté lundi soir en faveur de la tenue d’un plébiscite afin de connaître le fond de la pensée des résidants à propos du projet d’oléoduc Northern Gateway de la société Enbridge. Les questions et la date de cette consultation non contraignante seront déterminées plus tard par le conseil. La tenue de ce plébiscite a été décidée après l’approbation, le 19 décembre dernier, du projet Northern Gateway par la Commission fédérale d’examen conjoint du projet Enbridge. L’oléoduc transporterait le pétrole lourd des sables bitumineux de l’Alberta jusqu’à un port en eaux profondes de la Colombie-Britannique, qui serait ensuite acheminé par navire à l’étranger — essentiellement en Asie. Ce port pourrait bien être celui de Kitimat, situé au fond d’un fjord du nord-ouest de la province, le canal Douglas. Ce port est utilisé depuis plus de 50 ans pour le transport de diverses marchandises. Depuis l’annonce du projet d’Enbridge, la valeur de certaines propriétés à Kitimat aurait augmenté de 25 pour cent. La Ville de Kitimat a conservé jusqu’ici sa neutralité à l’égard de ce projet de plusieurs milliards de dollars. Elle a publié en décembre un communiqué indiquant qu’elle prendrait le temps nécessaire à l’évaluation du rapport de la commission fédérale afin de bien en saisir tous les tenants et aboutissants. La tenue prochaine de ce plébiscite concorde par ailleurs avec une résolution du conseil, adoptée en janvier 2012, dans laquelle on prévoyait consulter les résidants de la région sur le projet Northern Gateway une fois le rapport de la commission déposé. En proposant la procédure, le conseiller Rob Goffinet a souligné que tous les résidants adultes de Kitimat auraient la responsabilité d’exprimer leur opinion en votant pour ou contre le projet d’Enbridge. Selon le conseiller Mario Feldhoff, qui prenait pour la première fois position, lundi, il aurait été préférable de faire appel à une firme de sondage pour connaître l’avis des citoyens, soutenant qu’une telle démarche aurait donné des résultats statistiques plus intéressants qu’un plébiscite. La formule du plébiscite a toutefois été préférée puisqu’elle offre davantage de flexibilité au conseil municipal pour déterminer la façon dont le vote sera tenu.

Publicité
Québec/Canada

Sondage: près de huit heures de temps libre chaque jour devant un écran

TORONTO – Le propriétaire canadien moyen de téléphone intelligent estime passer près de huit heures de son temps libre chaque jour devant l’un des multiples écrans qu’il possède, indique un rapport publié récemment. Dans un sondage en ligne mené auprès de 2058 Canadiens en août dernier par Ipsos pour le compte de Google, les propriétaires de téléphone intelligent ont indiqué que 86 pour cent de leurs «interactions avec les médias» au quotidien se passaient devant un écran, incluant télévision, ordinateur, tablette ou liseuse. Ainsi, seulement 14 pour cent de cette interaction avec les médias se fait sans écran —que ce soit l’écoute de la radio, la lecture d’un journal imprimé, d’un magazine ou d’un livre. Les répondants disent avoir passé en moyenne 7,9 heures par jour les yeux rivés à l’un de leurs écrans, excluant le temps passé sur un ordinateur ou appareil mobile pour le travail. En moyenne, les propriétaires de téléphone intelligent ont dit passer environ une heure et demie chaque jour sur leur téléphone pour usage personnel, 56 pour cent de cette activité se déroulant à l’extérieur de la maison. Les usagers de tablettes affirmaient faire usage de leur appareil environ une heure et quart par jour, les trois-quarts de cette utilisation se déroulant à la maison. Toujours selon l’enquête, les usagers d’ordinateurs passeraient trois heures et 10 à jouer ou travailler sur leur ordinateur personnel quotidiennement dans leurs temps libres, dont une heure à l’extérieur du domicile. Questionnés sur l’usage simultané d’appareils — par exemple, en surfant sur un téléphone ou une tablette tout en regardant la télévision —, 87 pour cent ont dit s’y prêter au moins une fois par semaine. Le sondeur, l’Association de la recherche et de l’intelligence marketing (ARIM), indique que les enquêtes en ligne comme celle menée pour le compte de Google ne peuvent se voir attribuer une marge d’erreur car elles ne comportent pas d’échantillons représentatifs de la population au même titre que les coups de sonde par téléphone. Note to readers: Version corrigée. Il faut bien lire que les répondants estiment que 86 pour cent de leurs interactions avec les médias se font par un écran, et non qu’ils passent 86 pour cent de leur temps libre devant un écran, comme mentionné précédemment. Certains éléments évoqués précédemment se basaient sur plus d’un sondage. Il faut donc noter qu’il est question d’un sondage unique mené auprès de 2058 Canadiens.

Québec/Canada

Le Québécois Michel Pleau devient le sixième poète officiel du Parlement

OTTAWA – Michel Pleau, lauréat du prix du Gouverneur général en poésie en 2008, est le nouveau poète officiel du Parlement du Canada. M. Pleau devient ainsi la sixième personne à occuper le poste. Il remplace Fred Wah, dont le mandat de deux ans a pris fin en décembre. Le poète a été choisi par un comité de sélection composé notamment de Graham Fraser, commissaire aux langues officielles, et de Sonia L’Heureux, bibliothécaire parlementaire. Michel Pleau s’est dit enchanté par cette nomination. L’homme originaire de Québec affirme qu’il entend poursuivre sa mission consistant à faire découvrir et aimer la poésie. Le président du Sénat Noël A. Kinsella a souligné l’«œuvre impressionnante» créée par Michel Pleau. «La passion qu’il apporte à l’exercice de ses fonctions de poète officiel du Parlement sera d’un grand profit aux Canadiens puisque, fort de sa riche expérience, il est à même de les inspirer par son écriture comme par son enseignement», a indiqué M. Kinsella par communiqué. Le président de la Chambre des communes, Andrew Scheer, a qualifié M. Pleau d’«auteur généreux». «Il éprouve un réel plaisir à discuter de poésie; il écoute avec autant d’attention qu’il écrit, et a influencé beaucoup de jeunes auteurs par son humanité», a-t-il souligné. Le poste de poète officiel du Parlement a été créé en 2001. La personne choisi a notamment pour tâche de rédiger des œuvres de poésie, entre autres pour des occasions importantes au Parlement.

Québec/Canada

Fusées de détresse aperçues près de Fermont dimanche soir: fin des recherches

FERMONT, Qc – La Sûreté du Québec (SQ) a mis fin aux recherches pour retrouver la personne qui a lancé des fusées de détresse dimanche soir dans un secteur forestier situé à proximité de Fermont, sur la Côte-Nord. Un secteur de 20 km carrés a été survolé en hélicoptère, mardi, mais aucune trace ni indice n’a permis de retracer qui que ce soit en détresse. Les policiers affirment avoir reçu bien peu d’informations depuis le début des opérations. Il est même possible que personne ne soit en situation de détresse, si bien que la SQ demande à la ou les personnes qui auraient lancé les fusées de détresse de se manifester. Entre-temps, elle a mis fin à ses recherches vers 15h00 mardi. Dimanche soir, un automobiliste qui circulait sur la route 389 a aperçu une fusée de détresse alors qu’il se trouvait à environ une heure de route de Fermont. Ce citoyen, qui habite au Labrador, a contacté les policiers, qui assistés du service d’incendie de Fermont, ont sillonné les lieux à motoneige. Au cours de cette première patrouille, une seconde fusée de détresse a été aperçue. Les secouristes ont pu préciser leurs recherches, mais n’ont rien trouvé. Lundi, les équipes de secours sont sorties à nouveau, mais elles ont été limitées dans leur progression en raison du grésil, d’une visibilité nulle et d’un plafond nuageux très bas qui rendait impossible le repérage visuel du haut des airs. Nathalie Girard, de la Sûreté du Québec (SQ), a précisé que lundi, une dizaine de chalets qui se trouvaient dans ce secteur ont tout de même pu être vérifiés et que toutes les traces de motoneiges ont été suivies, mais n’ont pas permis de trouver l’origine des signaux. Mardi matin, un hélicoptère de la SQ a pu décoller avec, à son bord, un policier de Fermont qui connaît très bien la région. Évidemment, plus le temps s’écoule, plus les risques s’accroissent pour la personne qui pourrait se trouver en détresse, mais les policiers n’excluent pas que ces appels de détresse soient tout simplement non fondés.

Québec/Canada

La CSN voit déjà se profiler l’année électorale 2015 sur la scène fédérale

MONTRÉAL – L’année 2014 vient à peine de commencer, mais déjà, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) songe à la suivante — l’année électorale 2015, qui, espère le regroupement de travailleurs, sonnera le glas du gouvernement conservateur à Ottawa. Le Forum social des peuples, qui se tiendra à Ottawa à la fin de l’été, devrait servir de rampe de lancement à la campagne de mobilisation pancanadienne contre les troupes de Stephen Harper, a exposé mardi en conférence de presse le président de la CSN, Jacques Létourneau. La centrale syndicale souhaite rallier les organisations non gouvernementales, groupes féministes et autres membres de la société civile qui convergeront vers la capitale fédérale en août dans leur lutte contre les conservateurs. «Même si la CSN ne fait pas de politique partisane, il faut au moins créer les conditions politiques pour permettre aux Canadiens et aux Canadiennes de comprendre que ce que les conservateurs sont en train de faire actuellement vise à déconstruire l’état social et les acquis sociaux pour lesquels on s’est battus», a affirmé M. Létourneau. «On va appeler à battre les politiques de droite. Ça, c’est clair. L’objectif, c’est de sortir les conservateurs du pouvoir aux prochaines élections», a-t-il poursuivi. À l’instar des deux autres grandes centrales syndicales du Québec — la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) et la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), qui ont profité de leur bilan annuel pour tirer à boulets rouges sur le gouvernement Harper —, la CSN a vertement critiqué l’attitude qu’adopte Ottawa face aux regroupements de travailleurs. «Je pense que c’est vraiment la catastrophe. Jamais, dans l’histoire canadienne, le mouvement syndical a eu aussi peu d’influence sur les politiques canadiennes. Je pense qu’on a atteint le fond du baril», a martelé le président de la CSN, selon qui le gouvernement du Canada est présentement encore plus à droite que celui des États-Unis. Contrairement à la CSQ, qui s’était montrée plutôt tendre à l’endroit du gouvernement du Parti québécois, lundi, la CSN a sérieusement écorché l’administration de Pauline Marois, lui reprochant de n’avoir su tirer profit de l’impopularité du gouvernement en place à Ottawa. Car en dépit du soutien anémique dont bénéficient les conservateurs au Québec, les péquistes n’ont pas réussi à se démarquer et à faire progresser l’option souverainiste, a déploré l’organisation. «Oui, c’est vrai, c’est un gouvernement qui est minoritaire, mais en même temps, on pense que compte tenu de ce qui se passe à Ottawa, le gouvernement de Mme Marois aurait dû prendre davantage la balle au bond pour s’affirmer comme parti et gouvernement souverainiste», a fait valoir M. Létourneau. La CSN, qui prendra vraisemblablement part aux audiences publiques sur le projet de charte des valeurs, ayant déposé un mémoire auprès de la Commission des institutions de l’Assemblée nationale, a par ailleurs rappelé qu’elle s’opposait à l’interdiction «mur à mur» du port des symboles religieux dans la fonction publique. Par exemple, si le projet de loi 60 était adopté comme tel, un exil des travailleurs qualifiés vers des emplois moins bien rémunérés pourrait s’ensuivre, a notamment suggéré Jacques Létourneau. «À une travailleuse sociale qui travaille dans un CLSC depuis 10-15 ans, qui porte un signe religieux, on lui dirait demain matin: ‘Tu perds ton emploi et tu vas aller travailler chez Target, chez Wal-Mart’», a-t-il illustré. Même si le gouvernement ne dit jamais clairement qu’un refus de se plier à l’interdiction de signes ostentatoires se traduirait en bout de piste par un congédiement, «on comprend très bien qu’après un, deux, trois avis disciplinaires», c’est cela qui se produirait, a plaidé le leader syndical. À titre de chef syndical, Jacques Létourneau a lui aussi été invité à se prononcer sur les répercussions de la Commission Charbonneau sur l’image du mouvement syndical québécois, comme l’avaient fait ses homologues à la FTQ, Daniel Boyer, et à la CSQ, Louise Chabot. Rappelant que la CSN avait réclamé la mise sur pied d’une commission sur l’octroi de contrats dans l’industrie de la construction, il a dit souhaiter que celle-ci aille «jusqu’au bout», mais a reconnu qu’il existait «un inconfort autour des révélations qui sont faites par rapport à une certaine pratique du syndicalisme». «On est conscients que ça éclabousse l’ensemble du mouvement syndical, parce que quelqu’un qui ne veut pas faire dans la nuance va dire que c’est ça, le syndicalisme», a-t-il plaidé.

Québec/Canada

Plusieurs urgences d’hôpitaux sont débordées et les paramédics en surcharge

LONGUEUIL, Qc – Les services ambulanciers et les urgences des hôpitaux de la Montérégie sont passablement chargés depuis quelques jours et la situation est similaire dans Lanaudière et quelques autres régions du Québec. Le Centre de santé et de services sociaux du Suroît, situé à Salaberry-de-Valleyfield, est aux prises avec un taux d’occupation important à son servie d’urgence, et ce, depuis quelques semaines. Mardi, entre minuit et le milieu de la matinée, une vingtaine de transports par ambulance ont été enregistrés, alors que ce nombre s’approche de la moyenne habituellement atteinte en une journée complète. La plupart sont des patients âgés, blessés dans des chutes après le refroidissement qui a glacé plusieurs secteurs. À cette situation, s’ajoute un manque de places en hébergement de soins de longue durée pour l’ensemble du territoire de la Montérégie-Ouest. Faute de pouvoir les relocaliser, ces patients occupent un lit d’hospitalisation en attendant d’avoir une place d’hébergement. L’arrivée de la saison de la grippe ajoute à la charge. Bruce Diotte, relationniste pour la Coopérative ambulancière CÉTAM, rappelle que la campagne de vaccination est toujours en cours et que les personnes âgées, qui font partie de la clientèle plus vulnérable, ont tout avantage à aller chercher leur immunisation afin d’éviter des complications et des séjours à l’hôpital. M. Diotte recommande également d’opter pour les services d’info-santé lorsque la chose est possible afin d’aider à désengorger le réseau, soulignant que le service 811 permet de discuter avec un professionnel qui peut aider dans les cas non urgents.

Québec/Canada

Deux morts suspectes à Gatineau: autopsies en cours à Montréal mardi

GATINEAU, Qc – Le Service de police de la ville de Gatineau (SPVG) confirme que des autopsies sont pratiquées mardi, à Montréal, sur les deux cadavres trouvés lundi dans un logement de Gatineau. Des dizaines de personnes ont été rencontrées dans la journée de lundi par les enquêteurs du SPVG. Il s’agit de voisins et de membres des deux familles éprouvées. Les enquêteurs et les experts du Service d’identité judiciaire sont retournés mardi sur les lieux de la découverte des deux cadavres afin de poursuivre leur travail. Le SPVG affirme mardi qu’il demeure dans le processus d’identification des deux victimes auprès de leurs familles respectives. Les deux corps ont été trouvés après qu’un appel d’urgence eut été lancé vers 12h50. La macabre découverte a été faite au 158 rue de la Terrasse-Eardley. Les victimes sont un homme et une femme, de jeune âge. Les autorités demandent à toute personne détenant de l’information sur cet événement de les contacter sans délai, via la ligne Info-Crime, au 819-243-2346 poste 6677.

Publicité
Québec/Canada

Des conservateurs veulent de départ du député conservateur albertain Rob Anders

EDMONTON – Des sympathisants conservateurs de Calgary lancent une initiative afin que le député conservateur fédéral Rob Anders ne soit pas candidat aux élections de 2015. Ce groupe d’adversaires du député a même établi un site Web à ce sujet, qu’ils ont titré: «il est temps de faire mieux». L’un d’eux est un ancien ministre provincial de l’Alberta, Ron Liepert. Rob Anders, qui est âgé de 41 ans, est député à la Chambre des communes depuis maintenant 17 ans. Ce fervent militant pro-vie se décrit d’ailleurs comme un conservateur social. Rob Anders, qui est député de Calgary-Ouest, s’est fait remarquer à quelques reprises au cours de sa carrière politique. En 2001, alors qu’il portait les couleurs de l’Alliance canadienne, il s’était opposé à ce que la citoyenneté canadienne honoraire soit accordée à Nelson Mandela, qu’il avait qualifié de communiste et de terroriste. Rob Anders, qui est critique envers la Chine, a déjà comparé les Jeux olympiques de Pékin, de 2008, à ceux de Berlin de 1936. Il y a deux ans, il a été chassé du Comité permanent des Anciens combattants. Il avait alors vilipendé quelques anciens combattants qui l’avaient critiqué pour s’être assoupi pendant une réunion du Comité.

Québec/Canada

Alberta: 2 policiers de la GRC et un suspect blessés dans un affrontement

EDMONTON – Un policier de la GRC a été renversé par un véhicule volé et un autre a été légèrement blessé par balle lundi soir en Alberta, à la suite d’un affrontement avec un suspect, qui a aussi été blessé. L’affrontement est survenu sur une ferme à l’est d’Edmonton. Le policier qui a été écrasé par un véhicule souffre de fractures et de blessures internes, a indiqué la police. Selon le surintendant en chef Randy McGinnis, de la Gendarmerie royale du Canada, le suspect a ouvert le feu lorsque les policiers ont tenté de ramener en sécurité leur confrère blessé par le véhicule volé lors de l’affrontement. La GRC avait reçu un appel en après-midi concernant un homme qui aurait menacé de se rendre sur une ferme avec une arme et d’y tuer quelqu’un. Les policiers de trois détachements de la police fédérale se sont rendus dans la région pour tenter de retrouver ce suspect. Un peu plus tard, un agriculteur a téléphoné pour dire qu’il avait chassé un étranger de sa propriété mais que l’homme avait eu le temps de lui voler trois fusils de chasse. Selon la GRC, cinq policiers qui discutaient avec un couple sur une ferme entre Vegreville et Tofield ont soudain été confrontés au suspect, qui a sauté dans un camion et renversé volontairement un agent, avant d’enliser son véhicule. Un échange de coups de feu a suivi pendant que les policiers tentaient de mettre à l’abri leur collègue blessé. Le couple a aussi été appréhendé pour interrogatoire mais a plus tard été relâché. Cet incident rappelle le drame survenu en mars 2005 à Mayerthorpe, en Alberta, alors que quatre agents de la GRC avaient été mortellement abattus dans une embuscade sur une ferme où James Roszko cultivait de la marijuana. Et en février 2012, deux agents de la GRC ont été blessés par balles en venant livrer un mandat sur une ferme à 160 km au sud-est d’Edmonton.

Québec/Canada

Le NPD critique Chuck Strahl pour ses activités de lobbyiste

OTTAWA – Le Nouveau Parti démocratique (NPD) critique Chuck Strahl, responsable de la surveillance du service de renseignement, pour s’être enregistré comme lobbyiste au nom de Northern Gateway Pipelines. Nommé par le gouvernement fédéral à la présidence du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS), M. Strahl est chargé de garder un oeil sur le Service canadien du renseignement de sécurité. Dans un communiqué, le leader du NPD à la Chambre des communes, Nathan Cullen, a estimé que M. Strahl — qui est payé par le fédéral pour son poste au CSARS — ne devrait pas faire du lobbyisme pour obtenir l’approbation du gouvernement au projet d’oléoduc Northern Gateway dans l’ouest du pays. L’inscription de M. Strahl au Registre des lobbyistes de la Colombie-Britannique, le 6 décembre, affirme qu’il a l’intention d’organiser une rencontre entre les opposants à l’oléoduc et le ministre britanno-colombien du Développement du gaz naturel, Rich Coleman. Chuck Strahl, qui a été député de 1993 à 2011, a occupé plusieurs postes au sein du conseil des ministres de Stephen Harper, plus récemment comme ministre des Transports. Le précédent président du CSARS, le médecin Arthur Porter, a démissionné en novembre 2011, en pleine controverse sur ses relations d’affaires douteuses. Il est accusé de fraude et d’abus de confiance au Québec en lien avec l’attribution du contrat de construction du Centre universitaire de santé McGill, dont il était le directeur général. M. Strahl n’a pas rappelé La Presse Canadienne lundi. Une commission fédérale a donné son approbation conditionnelle au projet d’oléoduc Northern Gateway, qui doit permettre de transporter du pétrole issu des sables bitumineux de l’Alberta jusque sur la côte Ouest, pour exportation vers l’Asie. Le gouvernement fédéral n’a pas encore dit s’il permettrait au projet de se réaliser.