Actualités

Québec/Canada

Un délinquant sexuel canadien écope de sept mois de prison pour harcèlement

SEATTLE – Le délinquant sexuel Michael Sean Stanley, qui a fui le Canada l’an dernier, a plaidé coupable mardi à des accusations de harcèlement et d’entrave au travail des policiers, des délits mineurs, devant la Cour municipale de Seattle, dans l’État de Washington. Selon ce qu’a rapporté le quotidien The Seattle Times, l’homme de 48 ans a été condamné à sept mois d’emprisonnement, desquels seront déduits les semaines déjà passées derrière les barreaux depuis son arrestation, en octobre dernier. Les autorités canadiennes l’avaient à l’oeil jusqu’à ce qu’il réussisse, en sectionnant son bracelet de surveillance électronique, à entrer aux États-Unis, l’an dernier. Le bracelet avait été retrouvé sur le toit d’un commerce de Lloydminster, à la frontière entre l’Alberta et la Saskatchewan, provoquant un branle-bas de combat dans les écoles de la région. La Gendarmerie royale du Canada avait alerté la direction des écoles, qui avait verrouillé leurs portes et gardé les élèves à l’intérieur par mesure de sécurité. Michael Sean Stanley, connu depuis longtemps du milieu policier canadien pour des crimes à caractère sexuel, a déjà enlevé des enfants de terrains de jeux, entre autres. Le Canada n’a pas exigé, pour l’instant, son extradition des États-Unis. La police de Seattle avait d’abord indiqué n’avoir aucune raison de l’arrêter, mais lui avait tout de même demandé de déclarer son statut de délinquant sexuel. L’homme a été interpellé le 22 octobre et accusé d’avoir proféré des menaces à l’endroit de quelqu’un qui lui demandait de se taire. Dans une affaire distincte, Stanley est aussi soupçonné d’agression sexuelle contre une mineure. Cette allégation fait toujours l’objet d’une enquête.

Publicité
Québec/Canada

Reporter canado-égyptien détenu au Caire: ses proches frustrés contre Ottawa

La famille d’un journaliste possédant la double nationalité canado-égyptienne presse Ottawa d’agir pour faciliter la libération de Mohamed Fahmy, détenu dans une prison à sécurité maximale du Caire. M. Fahmy, qui travaille pour le réseau anglais de la chaîne télévisée Al-Jazeera, a été arrêté le 29 décembre alors qu’il travaillait dans une chambre d’hôtel de la capitale égyptienne. Deux autres collègues journalistes avaient aussi été arrêtés. Le ministère égyptien de l’Intérieur a soutenu que ces arrestations avaient été effectuées dans le cadre d’une répression contre les Frères musulmans, que le gouvernement considère comme une organisation terroriste. Le cadet de M. Fahmy qualifie ces allégations «d’insensées» et affirme que sa famille ne comprend pas pourquoi le gouvernement canadien n’en a pas fait davantage dans le dossier. Sherif Fahmy a dit espérer que les responsables canadiens fassent à tout le moins pression pour que son frère, détenu dans une cellule «sombre, froide et grouillant d’insectes», obtienne une couverture pour se réchauffer. À Ottawa, le ministère des Affaires étrangères s’est contenté d’indiquer que les représentants canadiens étaient en contact avec le détenu et qu’ils lui fournissaient des services consulaires.

Québec/Canada

Une résidence pour aînés a été la cible d’un vol qualifié mardi après-midi

MONTRÉAL – Un vol qualifié s’est produit dans une résidence de personnages âgées, mardi en début d’après-midi, à Montréal. Un homme est entré dans la résidence, située près des rues Sherbrooke et Dickson, et s’est rendu directement au service de comptabilité où il a menacé l’employée qui s’y trouvait. Selon les informations fournies par le Service de police de la Ville de Montréal, l’homme transportait avec lui un objet qui avait toutes les apparences d’une arme à feu. Une somme d’argent a été dérobée et l’individu a pris la fuite. Cet incident n’a fait aucun blessé, mais une dame a été traitée sur place par le personnel d’Urgence-santé pour un choc nerveux. La police est à la recherche du suspect.

Québec/Canada

Le président du Conseil du Trésor a remboursé ses cartes de visite dorées

OTTAWA – Le président du Conseil du Trésor, Tony Clement, a utilisé sa propre carte de crédit la semaine dernière pour rembourser une deuxième commande de cartes professionnelles dorées, qui contreviennent aux règles du gouvernement fédéral en matière d’approvisionnement. Selon les règlements adoptés en 1994 sous le gouvernement libéral de Jean Chrétien, la seule couleur autorisée est le rouge du petit drapeau canadien figurant au-dessus des armoiries du pays, et le tout doit être imprimé à l’endos de la carte de visite. M. Clement a remboursé le 8 janvier dernier les 195,98 $ de frais engagés pour ses cartes professionnelles imprimées en relief d’or, commandées à son arrivée en poste en 2011. Ce paiement s’ajoute à un premier remboursement de 434 $ qu’il a effectué le mois dernier pour une erreur semblable. La facture s’élève donc à 630 $ pour le président du Conseil du Trésor, qui impute la commande de ces cartes professionnelles dorées à un membre de son cabinet. Ses deux lots de cartes de visite arborent les armoiries du Canada et sont ornées d’une feuille d’érable dorée, une option coûteuse qui avait été abolie avec l’adoption des nouvelles règles en 1994. Des factures, courriels et autres documents datés du 3 décembre et obtenus par La Presse Canadienne en vertu de la Loi sur l’accès à l’information démontrent que le cabinet de M. Clement a fait fi de ces règles quelque temps après que les conservateurs eurent remporté la majorité aux Communes, en 2011. La journée même où ces documents ont été transmis à La Presse Canadienne, M. Clement remboursait la première commande de cartes avec sa carte de crédit personnelle. Le ministre n’a remboursé que les frais attribuables à l’ajout d’une feuille d’érable dorée sur ses cartes. Il a effectué le second remboursement le 8 janvier, soit une journée avant que les autres documents ne soient transmis à l’agence de presse en vertu de la Loi sur l’accès à l’information. M. Clement n’est pas le seul à avoir contrevenu aux règles entourant les articles de papeterie des ministres: son collègue des Affaires étrangères, John Baird, a commandé, en 2011, des cartes uniquement en anglais et arborant elles aussi en relief la feuille d’érable dorée. La politique gouvernementale prévoit plutôt que les cartes professionnelles des ministres soient rédigées dans les deux langues officielles. Dans son rapport publié en août 2013, le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, avait demandé que le ministre Baird se départisse des cartes unilingues anglaises. M. Fraser a indiqué cette semaine qu’il n’avait pas encore eu de nouvelles du ministre Baird là-dessus.

Québec/Canada

Selon l’IRIS, les faveurs fiscales aux plus fortunés coutent 960 M $ au Trésor

MONTRÉAL – Les contribuables québécois plus fortunés ayant des revenus d’autres sources qu’un salaire sont favorisés par le régime fiscal de la province. C’est la conclusion à laquelle en arrivent deux chercheurs de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) qui soulignent que si les mêmes règles s’appliquaient à tous les types de revenus, le Trésor québécois serait en mesure de récupérer 960 millions $ par année. Les auteurs de l’étude déplorent au passage l’inutile complexité du système d’imposition québécois, notant que c’est cette complexité qui permet aux contribuables ayant des sources de revenus diverses d’être mieux servis par le régime, notamment par le biais de déductions fiscales et de crédits d’impôt. Ces déductions et crédits permettent aux contribuables dont les revenus sont supérieurs à 70 000 $ _ et dont ces revenus proviennent notamment de rentes diverses _ de se prévaloir de stratégies fiscales plus complexes qui leur permettent de diminuer leur part d’impôt. De manière plus précise, les chercheurs identifient les crédits d’impôt sur les gains en capital et les dividendes ainsi que la capacité d’un conjoint très riche de transférer des sommes importantes à un conjoint sans revenu pour créer deux revenus plus faibles parmi les ouvertures fiscales qui ne sont pas accessibles aux salariés. Les chercheurs concluent donc que le régime fiscal québécois favorise clairement ceux qui vivent des rentes d’un capital investi au détriment des salariés. Or, selon eux, rien ne justifie que des revenus obtenus par l’investissement soient moins imposés que des revenus issus d’un travail salarié.

Publicité
Québec/Canada

La cigarette et les produits du tabac diminueraient l’espérance de vie de 10 ans

MONTRÉAL – Selon le Conseil québécois sur le tabac et la santé, la cigarette et les produits du tabac diminuent l’espérance de vie de 10 ans. Cette statistique qui frappe l’imaginaire a été retenue pour lancer la Semaine pour un Québec sans tabac, qui se tiendra du 19 au 25 janvier. Les efforts de sensibilisation touchent bien sûr les fumeurs, mais aussi les proches qui pourraient devoir composer avec les conséquences du décès prématuré d’un être cher. Pour accompagner les personnes qui désirent s’affranchir du tabac, plusieurs organismes proposent des ressources d’accompagnement en ligne et des trucs pour aider à écraser pour de bon. Mario Bujold, directeur général du Conseil québécois sur le tabac et la santé, rappelle que 24 pour cent des Québécois fument toujours, et que le tabac représente une facture de près d’un milliard de dollars annuellement en soins de santé.

Québec/Canada

Double homicide de Gatineau: la police municipale remet le dossier à la SQ

GATINEAU, Qc – Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) annonce le transfert à la Sûreté du Québec (SQ) de la responsabilité de l’enquête criminelle sur le double homicide découvert lundi le 6 janvier dernier dans une résidence du secteur Aylmer. La police municipale explique avoir entrepris cette procédure en fonction de la Loi sur la police et du lien possible de ces homicides avec le crime organisé. Néanmoins, une équipe d’enquêteurs du SPVG continuera d’être dédiée à temps complet à cette enquête, en partenariat avec la SQ. Jusqu’ici, des dizaines de personnes ont été interrogées par la police. Les deux cadavres ont été trouvés après qu’un appel d’urgence eut été lancé vers 12h50. La macabre découverte a été faite dans la résidence du 158 rue de la Terrasse-Eardley. Les victimes sont un homme et une femme, de jeune âge.

Québec/Canada

Un policier de Sudbury a été agressé par une automobiliste récalcitrante

SUDBURY, Ont. – Un policier de Sudbury, en Ontario, a été grièvement blessé, lundi soir, par une automobiliste qui refusait de subir un test de sobriété. Malgré leur gravité, les blessures infligées au policier ne mettent pas sa vie en danger. Il a obtenu son congé de l’hôpital mardi. L’incident s’est produit lorsque le policier a tenté de faire subir un test de sobriété à la dame de 41 ans, qui aurait résisté avant d’agresser le policier. La femme est accusée d’avoir résisté à son arrestation, de voies de fait graves sur un policier, et de refus de se plier à un test de coordination des mouvements.