Québec/Canada

Chaînes humaines: les parents contestent les compressions en éducation

QUÉBEC – Les compressions dans le réseau de l’éducation semblent faire tache d’huile et créer de plus en plus de mécontentement dans la population.

Après les enseignants la veille, c’était au tour des parents, jeudi, d’exprimer leur colère publiquement, cette fois en formant des chaînes humaines autour des écoles avant le début des classes.

Les parents de plus de 300 écoles du secteur public devaient participer au mouvement parrainé par l’organisme «Je protège mon école publique», à travers tout le Québec, et attirer quelques dizaines de milliers de personnes. Une autre activité du même genre avait eu lieu au début du mois de septembre.

Le ministre de l’Éducation, François Blais, n’a pas semblé ébranlé par ce qui semble être un appui des parents au mouvement de protestation et de grève lancé par les enseignants syndiqués.

En ce sens, un amalgame semble être en train de se créer entre les revendications des enseignants, dans le cadre du renouvellement de leurs conventions collectives, et la contestation des coupes effectuées dans les services aux élèves.

En point de presse, jeudi matin, le ministre Blais a convenu que l’année en cours était «particulière» sur le plan budgétaire.

«Il faut la traverser. On veut réinvestir en éducation», a-t-il dit. Mais à court terme, le gouvernement est d’abord préoccupé par l’élimination du déficit.

Il a rappelé une fois de plus qu’il avait l’intention de déposer un projet de loi visant à réviser les structures scolaires, dans le sens de donner plus d’autonomie aux directions d’écoles.

Interpellé en Chambre, le premier ministre Philippe Couillard s’est aussi engagé à réinvestir en éducation, «de façon précise, de façon à maximiser la réussite des enfants et la protection des enfants vulnérables».

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a demandé au gouvernement d’émettre une directive destinée à forcer les commissions scolaires à rétablir les services coupés aux élèves en difficulté d’apprentissage.

Le porte-parole caquiste en éducation, Jean-François Roberge, a fait un point de presse entouré de plusieurs parents venus lancer un cri du coeur, disant avoir été directement touchés par les coupes de services aux élèves ayant des besoins particuliers.

«Les parents décident de se mobiliser pour envoyer un signal fort et dire: l’école c’est important, nos enfants sont importants», a fait valoir M. Roberge.

Dans les rangs de l’opposition officielle péquiste, on n’a pas hésité à joindre les rangs des citoyens ayant fait la chaîne humaine.

Entouré des députés Alexandre Cloutier et Jean-François Lisée, le chef péquiste Pierre Karl Péladeau s’est présenté à une école du quartier Rosemont à Montréal pour donner son appui au mouvement de protestation.

Les trois députés de Québec solidaire ont fait de même en se présentant à une école de Québec.