Art de vivre

34 sites à ajouter (ou pas) au patrimoine mondial

Quelles seront les prochaines inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO ?

Du 2 au 12 juillet, le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO se réunira à Cracovie, en Pologne, pour statuer sur l’intégration de 34 nouveaux sites naturels, culturels ou mixtes sur la Liste du patrimoine mondial.

Ces nominations ont pour avantage de porter à notre attention l’existence d’endroits dont l’importance est universelle, mais qui sont souvent méconnus et dont on parle peu – voire jamais – d’un point de vue touristique.

Qui connaît Kujataa, au Groenland, où les Inuits ont pratiqué l’agriculture du Moyen-Âge jusqu’au début du 20e siècle ? Qui a eu vent de Sheki, en Azerbaïdjan, dont le lacis de ruelles entourant le palais du Khan est un exemple d’urbanisme ? Et qui peut affirmer sans se tromper qu’Asmara est une ville moderniste d’Érythrée ?

La mosquée Amir Chamrak, Yazd, Iran – Crédit: Phillip Maiwald/Wikimedia/CC 3.0

 

La nomination de ces sites ou leur inscription ne signifie cependant pas qu’ils sont tous admirables d’un point de vue purement esthétique : ces lieux sont avant tout choisis pour leur valeur universelle exceptionnelle, sans égard à leur apparence. Ainsi, si la ville iranienne de Yazd impressionne, ce n’est pas le cas du marae (site rituel sacré) de Taputapuatea, en Polynésie française, ni de la mine de plomb, d’argent et de zinc de Tarnowskie Góry, en Pologne.

 

Le marae de Taputapuatea, en Polynésie française – Crédit: Michel-Georges Bernard/Wikimedia/CC 3.0

 

Du reste, s’il va de soi que le Comité ne peut étudier et accepter toutes les demandes qu’on lui adresse, il est tout de même surprenant de constater que certaines nominations viennent tout juste d’avoir lieu, alors qu’elles auraient pu – ou dû – l’être il y a longtemps. Ainsi en va-t-il des ruines grecques et romaines d’Aphrodisias, en Turquie, ou des ouvrages défensifs vénitiens d’Italie, de Croatie et du Montenegro.

La Bauhaus-Universität de Weimar, en Allemagne – Crédit: Ralf Herrmann/Wikimedia/CC 2.0

 

Dans certains cas, un site déjà inscrit sur la Liste du patrimoine mondial fait l’objet d’une demande d’extension englobant un site voisin ou frontalier. Le parc national du W, au Niger, figure ainsi sur la Liste mais il pourrait bientôt inclure ses pendants béninois et burkinabé, au terme de la rencontre de Cracovie.

Le parc national du W, au Niger – Crédit: Roland Hunziker/Wikimedia/CC 3.0

 

Inversement, des sites déjà inscrits – mais qui figurent également sur la Liste du patrimoine mondial en péril – sont de nouveau nominés pour être réinscrits, sous une autre forme. C’est le cas de l’inscription du monastère de Ghélati, en Géorgie (ex-URSS), qui pourrait ne plus inclure la cathédrale de Bagrati voisine, dès cette année. En 2012, des travaux de restauration commandés par le président géorgien de l’époque, Mikheil Saakschvili, avaient été qualifiés « d’interventions irréversibles » par l’UNESCO, avant d’être néanmoins complétés sans tenir compte des recommandations de l’organisme onusien.

Le monastère Ghélati, en Géorgie. Crédit: Roberto Cantoni/UNESCO

 

Le Comité se penchera d’ailleurs sur les 55 sites présentement en péril, de même que sur 5 autres en voie de l’être. Parmi eux, on remarque la Vallée de Katmandu, qui a subi de lourdes pertes lors des séismes de 2015, ainsi que le centre historique de Vienne, en raison de projets immobiliers en hauteur qui risquent de défigurer la ville, vu le manque de gouvernance allégué de ses élus.

Voici donc les 34 sites qui pourraient s’ajouter aux 1052 inscriptions actuelles de la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, en 2017 :

 

Sites naturels
-Forêts primaires de hêtres des Carpates et d’autres régions d’Europe (Albanie / Autriche / Belgique / Bulgarie / Croatie / Espagne / Italie /Roumanie / Slovénie / Ukraine)

-Parc national Los Alerces (Argentine)

-Complexe W-Arly-Pendjari [extension du bien « Parc national du W du Niger », Niger] (Bénin / Burkina Faso)

-Qinghai Hoh Xil (Chine)

-Parc national Mole (Ghana)

-Aire de conservation de Bhitarkanika (Inde)

-Paysages de la Dauria (Mongolie / Fédération de Russie)

Sites culturels
-Paysage culturel des Khomani (Afrique du Sud)

-Les grottes avec l’art le plus ancien de la période glaciaire (Allemagne)

-Le Bauhaus et ses sites à Weimar, Dessau et Bernau [extension du bien « Bauhaus et ses sites à Weimar et Dessau »] (Allemagne)

-Cathédrale de Naumburg et sites associés dans le paysage culturel de la Saale et de l’Unstrut (Allemagne)

-Centre historique de Mbanza Kongo (Angola)

-Centre historique de Sheki avec le palais du Khan (Azerbaïdjan)

-Site archéologique du quai de Valongo (Brésil)

-Sambor Prei Kuk, site archéologique représentant le paysage culturel de l’ancienne Ishanapura (Cambodge)

-Kulangsu : un établissement historique international (Chine)

-Les ouvrages de défense vénitiens du XVe au XVIIe siècle (Croatie / Italie / Monténégro)

-Kujataa – un paysage agricole subarctique au Groenland (Danemark)

-Khor Dubaï, un port marchand traditionnel (Emirats arabes unis)

-Asmara : ville moderniste d’Afrique (Erythrée)

-Minorque talayotique (Espagne)

-La cathédrale de l’Assomption de l’île-village de Sviajsk (Fédération de Russie)

-Taputapuātea (France)

-Strasbourg : de la Grande-île à la Neustadt, une scène urbaine européenne [extension du bien « Strasbourg – Grande île »] (France)

-Monastère de Ghélati [réduction importante des limites du bien « Cathédrale de Bagrati et monastère de Ghélati »] (Géorgie)

-Ville historique d’Ahmedabad (Inde)

-Ville historique de Yazd (République islamique d’Iran)

-Île sacrée d’Okinoshima et sites associés de la région de Munakata (Japon)

-L’architecture éclectique d’As-Salt (1865-1925), Origines et évolution d’un langage architectural au Levant (Jordanie)

-Hébron/ Vieille ville d’Al-Khalil (Palestine)

-Mine de plomb, argent et zinc de Tarnowskie Góry et son système de gestion hydraulique souterrain (Pologne)

-Le District des Lacs anglais (Royaume-Uni)

-Aphrodisias (Turquie)

Site mixte :
-Vallée de Tehuacán-Cuicatalán : habitat originel de Méso-Amérique (Mexique)