Art de vivre

Anima Lumina : un zoo la nuit

Depuis l’été dernier, le Zoo sauvage de Saint-Félicien se visite de nuit et permet de vivre une agréable expérience immersive multimédia.

Des bruits inquiétants dans la forêt. Une fausse pleine lune qui semble vraiment monter derrière les arbres. Des projections lumineuses qui irisent les boisés ou font danser les feuillages. Et des rubans de brume qui nimbent de mystère les sous-bois.

Depuis l’été dernier, le Zoo sauvage de Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean, se transfigure littéralement la nuit grâce à Anima Lumina, un « parcours nocturne multimédia qui rend hommage à la richesse et à la diversité de la Boréalie. »

Tiré de la page Facebook d’Anima Lumina

Créé par la firme montréalaise Moment Factory, cet itinéraire emprunte les passerelles, pontons et autres trottoirs de bois surélevés qu’on utilise de jour pour observer les pensionnaires animaliers du zoo.

La nuit, l’ensemble est truffé d’éclairages tamisés et d’innombrables haut-parleurs qui recréent de multiples environnements sonores en donnant l’impression d’évoluer dans une forêt bien habitée. Ici, on se sent apaisé par les hululements de gentils hiboux; là, on sursaute sous le grognement inopiné d’un ours belliqueux.

Tiré de la page Facebook d’Anima Lumina

Le parcours, qui dure environ une heure, est ponctué d’éclairages brillamment orchestrés et d’installations lumineuses habilement créées dans la forêt du zoo. Il compte aussi des courts-métrages très réussis, projetés sur des « canevas d’arbres » où on suit l’histoire d’un petit garçon qui multiplie les rencontres animalières.

En fin de parcours, un immense tableau animé formé de hautes ombres chinoises est projeté sur une forêt étagée de 20 mètres de hauteur, qui surplombe un plan d’eau. Le résultat est vraiment splendide et il forme, de loin, le segment le plus réussi de cette expérience.

Tiré de la page Facebook d’Anima Lumina

Malgré tout ce qui précède, Anima Lumina n’arrive pas à la hauteur de Foresta Lumina, le désormais célèbre parcours multimédia du parc de la Gorge de Coaticook, dans les Cantons-de-l’Est, qui demeure la référence en la matière. L’effet « Wow! » n’est pas aussi intense – sauf peut-être pour ceux qui n’ont pas vu cette autre réalisation de Moment Factory – et il n’arrive pas à susciter le même degré d’éblouissement.

Cela dit, le parcours d’Anima Lumina a été bonifié cette année, et il donne lieu à une expérience plus apaisante que celle de Foresta Lumina, ne serait-ce qu’en raison de la plus faible densité de visiteurs. Ceux-ci disposent en effet de beaucoup plus d’espace et de temps pour progresser et se laisser imprégner par les mises en scène, alors qu’on se bouscule (et qu’on se fait parfois bousculer) dans l’itinéraire étroit et en sentier du parc des Cantons-de-l’Est.

Enfin, puisque le parcours d’Amina Lumina traverse des secteurs où sont gardés captives de nombreuses bêtes, on est en droit de se demander si tout ce déversement d’effets sonores et lumineux est de nature à troubler leur quiétude.

D’une part, plusieurs animaux passent la nuit dans leurs quartiers respectifs, à l’écart du parcours; d’autre part, ceux qui demeurent sur place « jouissent de vastes habitats, ce qui leur permet de se trouver un coin qui leur convienne, le temps des présentations », assure Marie-Hélène Dubois, porte-parole du zoo.

Tiré de la page Facebook d’Anima Lumina

En outre, poursuit celle-ci, « les animaux s’habituent rapidement à de nouveaux éléments, comme le font les humains qui demeurent près d’une route et entendent la circulation automobile. Après un certain temps, une habitude se crée. Sans compter que plusieurs espèces sont crépusculaires, et qu’elles dorment donc plus tard dans la nuit. »

Outre Anima Lumina et Foresta Lumina, Moment Factory signe deux autres expériences immersives en plein air, au Québec : Nova Lumina, à Chandler (Gaspésie) et Tonga Lumina, à Tremblant, qui sera inauguré le 20 juillet.

Pour découvrir les coulisses de la création d’Anima Lumina, cliquez ici.