Art de vivre

Garçon, un César en pantoufles SVP !

Les clichés et les stéréotypes ont la vie dure, chez certains Français. En sont témoins les textes grotesques décrivant le Canada et le Québec sur le site Partir.com.

Photo: IRYNA KAZLOVA/ iStock

Ah, le Canada ! Ce pays où on « joue au trappeur en famille », où « la nature a le pouvoir sur l’homme », où, l’hiver, des igloos « se dressent comme par enchantement » tandis que les lacs sont, par centaines, « arpentés par des chiens de traîneau »…

La cuisine canadienne ? Elle se veut « savoureuse, bien souvent biologique et de plus en plus locale, où on prône la qualité des produits du terroir tout en y ajoutant une touche d’origine asiatique ou méditerranéenne », c’est bien connu.

Côté rafraîchissements, le pays à la feuille d’érable ne manque pas d’originalité, c’est à n’en point douter. « Parmi les boissons à ne pas rater, il y a le Clamato, un jus de tomate et de palourde, pouvant être additionné d’une branche de céleri ou de haricot vert au vinaigre, avec de la vodka pour donner naissance au César en pantoufles. »

Tout ce qui précède n’est pas le fruit de l’imagination débridée d’un journaliste du Elle France en plein délire, ni même l’oeuvre d’un petit facétieux. Tous ces extraits proviennent en fait du site français Partir.com, un comparateur de voyages – un moteur de recherche spécialisé dans la comparaison de prestations touristiques – qui tente maladroitement de séduire du touriste.

En plus d’être rédigés avec la verve et le souffle d’un mauvais élève de sixième année, les textes décrivant le Canada et le Québec sont truffés de clichés, d’erreurs et de descriptions ridicules.

En Ontario, on suggère ainsi d’aller voir les « chutes du Niagara de Toronto » ; Ottawa « dresse fièrement ses gratte-ciels » non loin de la « rivière Rideau » ; dans les Prairies, il ne faut surtout manquer d’aller voir les « baleines curieuses » ; dans les Maritimes, les mines de charbon côtoient « les terres rudes peuplées d’élans » ; à Montréal, « il faut trouver le temps de visiter le musée Juste pour rire » (fermé depuis 2010) avant de s’offrir une spécialité régionale, « plutôt des bagels ainsi que des tourtières », alors qu’au Québec en général, on se gave « essentiellement de soupe aux pois », entre autres mets délicats.

Ce n’est pas tout. Outre le vin canadien « généralement blanc », les Canadiens boivent également « de la bière de renommée internationale, dont le Molson Canadian et la Labatt Blue […] de préférence dans un country-bar pour profiter pleinement de l’ambiance western typique d’Alberta. »

Avant de rentrer en France, avec comme souvenirs des « mocassins en peau de phoque », des « liquettes à carreau » et « des chapeaux de cow-boy pour les passionnés de mode », il ne faudrait surtout pas manquer de faire un saut à Percé. Cette « ville du Canada située au cœur de la province de Québec » n’est-elle pas réputée pour « ses rivières, qui regorgent de saumons » et « ses stations balnéaires propices aux promenades » ?

Personnellement, je n’en savais rien, mais grâce à Partir.com, je vais enfin pouvoir me rendre dans le Sud sans quitter mon coin de pays. L’hiver prochain, je compte même aller skier à Whistler en quelques heures de voiture, puisque « l’Ouest canadien évoque spontanément le Québec et Montréal », alors que « l’Est s’illustre par l’incontournable Vancouver et les majestueuses Rocheuses. »

Merci à l’amie Sandra O’Connor pour le tuyau.