Art de vivre

Le vin de la semaine : un rouge solaire et désaltérant

C’est l’été ! Et avec lui s’installe un désir de légèreté, dans l’assiette et dans le verre. Faut-il pour autant bouder tous les rouges un peu plus chaleureux ? Pas tous, nous dit Nadia Fournier.

Photo: Nadia Fournier

Joan D’Anguera, Altaroses 2015, Montsant (12575223 ; 22,65 $)

Il y a quelques années, j’ai eu la possibilité de collaborer avec un magazine américain indépendant pour lequel j’avais un immense respect. Au moment d’entamer la collaboration, le rédacteur en chef m’avait fait part des « lignes éditoriales » du magazine, qui m’ont convaincue de décliner l’offre. Le vin choisi devrait idéalement être issu de raisins biologiques, produit à petite échelle — mais offert dans la plupart des États de la Nouvelle-Angleterre et en Californie — et présenter un taux d’alcool inférieur à 13,5 %.

Cette dernière condition m’avait fait sourciller. Encore aujourd’hui, avec le recul et après mûre réflexion sur le sujet, je persiste à croire que c’était une erreur. Parce qu’autant j’affectionne les vins légers en alcool, autant je me méfie des catégorisations et des dogmes. Combien de fois ai-je goûté des vins qui paraissent chauds, mais qui titraient 12,5 % d’alcool, alors que d’autres me semblaient frais et toniques, à 14,5 % d’alcool ? Comme en cuisine, tout est une question d’équilibre.

Prenez ce vin rouge de Catalogne, par exemple. L’étiquette a beau indiquer 14 % d’alcool, en bouche, on ne le sent pas. Il émane plutôt de ce grenache une sensation aérienne et hyperdésaltérante. D’emblée, on est séduit par son nez pur, intense et dépourvu de parfums boisés. La pureté se manifeste aussi en bouche, qui regorge de saveurs de fruits rouges et d’écorce d’orange amère, ainsi que de notes d’anis, de menthe, de thym et autres herbes qui contribuent à sa fraîcheur aromatique.

Mais l’attrait de ce vin issu de l’agriculture biodynamique réside avant tout dans sa texture, constituée de tanins fins et compacts, portés par une acidité qui fait saliver et qui donne soif. Beaucoup de relief, de vie et de personnalité pour le prix. Pour en profiter au maximum, laissez-le s’ouvrir en carafe pendant une heure et servez-le frais, autour de 15 °C… et en bonne compagnie !