Art de vivre

Le vin de la semaine : un rosé auvergnat

Ce rosé déjà âgé de près de deux ans est issu de gamay, cultivé sur les sols volcaniques de la région de l’Auvergne, au cœur du Massif central, en France.

La vie est trop courte pour fréquenter l’ennui, surtout dans son verre. Chaque semaine, Nadia Fournier vous fait découvrir les vins qui l’emballent.

Photo: Nadia Fournier

Saint-Verny, Côtes d’Auvergne Rosé 2015, 7e Ciel (13343248;  17,40 $)

Au XIXe siècle, l’Auvergne était l’un des plus grands producteurs de vin en France, après l’Hérault et l’Aude. Les pentes entourant la ville de Clermont-Ferrand étaient alors couvertes de vignes de gamay, dont on poussait les rendements jusqu’à en produire des vins maigres et dilués. La région a ainsi perdu peu à peu sa réputation et n’a guère réussi à se relever après la crise du phylloxéra, qui a ravagé l’ensemble du vignoble français vers la fin du siècle.

En 1935, une poignée de vignerons se sont unis pour fonder des caves coopératives, dans une tentative pour relancer les plantations et redorer l’image du vignoble auvergnat. La coopérative de Saint-Verny, créée en 1950, regroupe aujourd’hui 65 viticulteurs et veille sur près de la moitié du vignoble régional.

Tout nouveau à la SAQ, ce rosé issu de gamay cultivé sur les sols d’origine volcanique du Massif central regorge de fraîcheur, mais il repose sur une texture ample et grasse qui le rend tout à fait agréable à table. De délicates notes salines apportent par ailleurs une dimension supplémentaire aux saveurs de petits fruits rouges et de fleurs blanches. Une belle découverte à moins de 20 dollars.