Le vin de la semaine : un chinon en vacances à Gaillac
Art de vivre

Le vin de la semaine : un chinon en vacances à Gaillac

Nicolas Grosbois, vigneron à Chinon, est allé explorer les raisins de Gaillac, le temps d’un millésime. Cette « édition spéciale » est parfaite pour terminer l’été en beauté.

Nicolas Grosbois, Gaillac 2016, La Cuisine de ma mère, En vacances… à Gaillac 
(Code SAQ: 13349800 ; 20,50 $)

Derrière le nom étrange de cette cuvée se cache la triste histoire d’un millésime désastreux dans la vallée de la Loire. En avril 2016, les vignes de Nicolas Grosbois, à Chinon, ont été prises d’assaut par une vague soudaine de froid qui lui fera perdre 80 % de sa récolte. Vinrent ensuite les inondations, le mildiou, etc.

Pour « se refaire », il est allé s’approvisionner en raisins biologiques chez ses confrères vignerons de Gaillac. Sa cuvée « édition spéciale » — nommée ainsi par allusion à l’originale : La Cuisine de ma mère — est le fruit d’un assemblage de duras, de braucol, de merlot et de syrah. De toute évidence, Grosbois a trouvé des fruits de qualité à Gaillac, puisque le vin est savoureux.

Pas très complexe, mais bourré de fruit, juteux, équilibré et tissé de tanins veloutés. Un excellent achat à 20 $. Le vin rouge parfait pour faire une transition entre l’été et l’automne. À savourer légèrement rafraîchi, en terrasse, avec des charcuteries, des chips, des crudités ou à peu près tout ce qui vous fait envie.

Santé !