Le vin de la semaine : une syrah marocaine
Art de vivre

Le vin de la semaine : une syrah marocaine

La bouche est dense et tissée de tanins bien mûrs, qui laissent une sensation pleine et rassasiante, sans lourdeur. 

Domaine des Ouleb Thaleb, Syrah 2013, Syrocco, Zenata (11375561 ;  23,15 $)

Le vignoble marocain n’a longtemps eu pour vocation que celle d’étancher la soif des Français, dont les réserves en vin avaient été considérablement amputées par la crise du phylloxéra et la Première Guerre mondiale. Mais aujourd’hui, l’essentiel du vin produit dans ce pays d’Afrique du Nord est plutôt destiné au marché intérieur, et ce, malgré le fait que plus de 90 % de sa population soit (officiellement) de confession musulmane.

Entre les montagnes de l’Atlas, qui occupent sa partie orientale, et l’océan Atlantique, qui borde son littoral à l’ouest, le Maroc jouit par ailleurs d’une grande variété de climats et de microclimats, propices à la culture de la vigne. Il y a quelques années, Alain Graillot — vigneron hautement respecté du nord de la vallée du Rhône — a choisi de s’installer sur les flancs du mont Zenata, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Casablanca.

En partenariat avec une entreprise vinicole marocaine fondée en 1923, il élabore une syrah chaleureuse et substantielle, mais équilibrée. Le 2013 offre au nez les parfums fumés et rôtis de la syrah ; la bouche est dense et tissée de tanins bien mûrs, qui laissent une sensation pleine et rassasiante, sans lourdeur. Pour apprécier pleinement ses nuances florales et anisées, laissez-le s’ouvrir en carafe pendant une heure et servez-le frais, autour de 15 °C.