Un aquarium ? Non, un système de surveillance !
Art de vivre

Un aquarium ? Non, un système de surveillance !

L’aéroport de Dubaï mettra bientôt en place un système de reconnaissance faciale pour le moins futuriste, une nouvelle avenue pour les contrôles douaniers.

Après avoir vu naître la plus haute tour du globe, installé des distributeurs automatiques d’or et récemment testé le premier service de taxis-drones au monde, Dubaï compte bientôt inaugurer une aire d’accueil très particulière à son aéroport international, rapporte le Telegraph de Londres.

Dès l’an prochain, certains passagers qui y atterriront auront l’impression de franchir un tunnel translucide situé sous un immense bassin où évolueront d’innombrables créatures marines. Une révolution par rapport aux aires d’accueil anonymes et engorgées qui sont trop souvent le lot des aires de transit aéroportuaires.

Mais ce passage ne sera pas que divertissant. Car le couloir tubulaire sera en fait un aquarium virtuel, recouvert d’écrans numériques où seront diffusées des images. Cette subtile illusion recèlera une autre fonction, plus utile :  identifier les passagers qui l’emprunteront.

Le tunnel sera en effet truffé de 80 caméras biométriques qui scruteront dans leurs moindres détails les visages des passagers, tandis qu’ils auront la tête en l’air afin d’admirer les scènes projetées. Celles-ci pourront représenter d’autres thématiques, voire diffuser des réclames publicitaires, l’essentiel étant de capter l’attention des passagers et de les inciter à bouger la tête pour pouvoir mieux les observer.

Tenant lieu de contrôle douanier, le tunnel scrutera les passagers qui auront préalablement fourni certaines informations personnelles — à commencer par leur portrait. Entre l’arrivée des passagers et l’instant où ils auront franchi le tunnel, les caméras biométriques permettront de savoir en quelques secondes s’ils peuvent être admis à Dubaï ou s’ils devront s’astreindre à un contrôle additionnel, notamment s’ils sont fichés ou jugés suspects, pour une raison ou pour une autre.

De la sorte, l’aéroport de Dubaï — le plus achalandé au monde en matière de visiteurs internationaux — espère accélérer le processus de transit aéroportuaire pour les 80 millions de passagers qui s’y pressent chaque année — un nombre qui devrait atteindre 124 millions, en 2020.

Plusieurs aéroports du globe planchent actuellement sur la mise en place de systèmes de contrôle basés sur la reconnaissance biométrique, que ce soit en scannant le visage, l’iris ou les empreintes digitales des passagers. Mais le système qu’on prévoit instaurer à Dubaï est, de loin, le plus sophistiqué.

Aussi avancé soit-il, il ouvre cependant la porte à de nombreux risques de violation du droit à la vie privée et de vol d’identité, surtout si on le met en service trop vite, sans s’assurer de respecter un niveau élevé de sécurité informatique.

Car si « Big Brother is scanning you » sans cesse davantage, les immenses bases de données deviendront des cibles de plus en plus alléchantes pour les pirates informatiques. Sans compter le risque d’erreurs, notamment judiciaires, que pourrait impliquer une telle technologie, si elle est mal utilisée…