Le vin de la semaine : un rouge catalan pour soirées d'hiver
Art de vivre

Le vin de la semaine : un rouge catalan pour soirées d’hiver

Pour commencer l’année en douceur, Nadia Fournier vous recommande, tout au long du mois de janvier, ses coups de cœur à moins de 15 dollars.

Espelt, Saulo 2016, Empordá

10856241   14,65 $

Je le confesse : je suis allergique à la vanille dans le vin. Peu importe son cépage ou sa région d’origine, si je plonge le nez dans le verre et que j’y perçois de la vanille, le vin part avec une longueur de retard. Je lui pardonnerai cette faute et le noterai correctement si, du reste, il présente un bon équilibre en bouche, mais les chances que j’en achète une bouteille sont minces, sinon nulles.

À mon grand regret, de nombreux vins d’entrée de gamme qui se contentaient autrefois d’offrir de la souplesse et du fruit ont pris un virage commercial depuis le début des années 2000. L’industrie du vin a compris que les parfums de vanille du bois de chêne avaient un certain pouvoir de séduction et l’ont exploité à fond. Résultat, les vins « bon marché » rappelant la crème à la vanille se sont multipliés jusqu’à saturation. Dans le lot, quantité de vins espagnols…

Heureusement, toutes les bodegas n’ont pas opté pour la facilité. Cette cave de l’appellation catalane Empordà, située à une vingtaine de kilomètres de la frontière avec la France, en est un très bel exemple. Pas de bois ni d’artifices inutiles dans ce rouge nerveux et débordant de fraîcheur. Anna Espelt mise plutôt sur la rondeur du grenache et la vigueur du carignan, qui adoptent sur les versants des Pyrénées une expression juteuse, juste assez charnue et gorgée de saveurs de cerise. À moins de 15 dollars, j’en ferais bien mon vin de tous les jours.