Des croustilles pêchées dans le Saint-Laurent
Art de vivre

Des croustilles pêchées dans le Saint-Laurent

Oubliez les croustilles à saveur de bacon ou de pizza. Les grignoteurs québécois pourraient bientôt croquer des chips de crevettes de Matane !

La transformation de la crevette nordique engendre un grand volume de carapaces et de restes de chair. En collaboration avec le Centre d’innovation de l’aquaculture et des pêches du Québec, Paul Resseguier, étudiant de maîtrise en gestion des ressources maritimes de l’Université du Québec à Rimouski, a utilisé ces restes pour créer une croustille.

Cet article est réservé aux abonnés du magazine L’actualité

Les abonnés doivent avoir créé au préalable un compte d’accès numérique pour activer leur abonnement sur leur appareil mobile ou leur ordinateur.


Vous êtes abonné à L’actualité et avez déjà votre compte d’accès? Connectez-vous ici


Vous êtes abonné à L’actualité, mais n’avez pas encore de compte d’accès? Créez-le ici

Vous n’êtes pas abonné à L’actualité? Découvrez les avantages de l’abonnement ici