Les ravages d'Instagram
Art de vivre

Les ravages d’Instagram

Les photos publiées sur Instagram, aussi belles soient-elles, ont parfois l’effet pervers de dénaturer des sites naturels.

Le Horseshoe Bend, un canyon en forme de fer à cheval creusé par le fleuve Colorado dans le roc de l’Arizona, est menacé par Instagram. Les visiteurs de cette merveille naturelle sont nombreux à publier leurs clichés par l’intermédiaire de ce réseau social, ce qui attire encore plus de touristes. En quelques années, l’affluence est passée de 1 000 personnes par an à plus d’un million !

Pour répondre à cet essor de popularité, les autorités du parc où se situe le méandre n’ont eu d’autre choix que de faire construire un pavillon d’accueil, des garde-fous, un sentier plus praticable et un immense stationnement pouvant recevoir les autocars de voyageurs, ce qui a dénaturé ce site naturel.

Il ne s’agit pas d’un cas unique. En 2012, un utilisateur d’Instagram a dévoilé l’emplacement du pont ferroviaire abandonné Vance Creek, dans l’État de Washington. Les visiteurs, ainsi que leurs déchets, leurs graffitis et l’incendie de forêt qu’ils ont allumé dans leur sillage, ont poussé l’entreprise propriétaire du terrain à démolir partiellement le pont en 2016 afin d’empêcher les gens de s’y aventurer.

Au Québec, la Sépaq ne relève aucun phénomène semblable, même si « de nombreuses photos de nos parcs se retrouvent sur les réseaux sociaux ».