Le vin de la semaine: un « ch'nin » de la Loire
Art de vivre

Le vin de la semaine: un « ch’nin » de la Loire

À 20 $, cet Anjou blanc tout juste arrivé à la SAQ est le vin parfait pour s’initier aux charmes du chenin.

Domaine du Petit Clocher, Anjou 2016

Code SAQ: 13571478   20,85 $

Pendant des siècles, le but ultime de tout vigneron des Coteaux du Layon était de produire du liquoreux. Ce vin de chenin, cépage blanc dominant de l’Anjou – où il porte aussi le nom de pineau de la Loire ou de ch’nin, accent local s’entend – profite des matinées fraîches et humides de l’automne, qui favorisent le développement du botrytis cinereae, si joliment nommé « pourriture noble ».

Les historiens racontent qu’au début du 20e siècle, certains vignerons hésitaient même à vinifier les raisins qui n’étaient pas affectés par le botrytis, sachant qu’ils ne tireraient qu’un prix de misère d’un vin non-liquoreux. Puis, vers le milieu des années 1990, les choses se sont mises à changer et la région s’est convertie à l’élaboration de vins blancs secs, dont les plus achevés rivalisent aujourd’hui avec ceux de Bourgogne et d’Alsace.

Le millésime 2016 de la famille Denis résume à lui seul tout le bien que je pense des chenins d’Anjou. Rien de spécialement complexe ni profond dans ce vin qui comporte un très léger reste de sucre, mais que de plaisir! L’attaque est vive, l’équilibre sucre-acide est impeccable et les saveurs de poire pochée et d’ananas sont portées par une texture juste assez solide pour laisser en finale une sensation rassasiante.

À 20 $, c’est la bouteille parfaite pour vous initier aux charmes du chenin.