Articles par Alain Giguère

Une personne sur deux au pays considère pertinent que l’on accumule des informations privées afin de bénéficier d’offres personnalisées, alors que 47 % des Canadiens tendent plutôt à s’opposer à ces pratiques. Autre conclusion de l’étude de CROP, l’est du pays est plus « frileux » sur la question.

Une division sociale importante ne cesse de croître d’année en année entre ceux qui sont d’avis que l’époque est stimulante et qu’ils peuvent y trouver des avantages, et ceux qui s’y sentent de moins en moins à leur place.

Au Canada, une personne sur cinq pense qu’il est correct de laisser les hommes avoir des comportements déplacés envers les femmes, révèle la dernière étude de CROP. Alain Giguère en fait l’analyse.

Deux consommateurs sur trois au pays (68 %) préfèrent faire leurs achats dans des magasins ayant pignon sur rue, révèlent les données de CROP. Alain Giguère en fait l’analyse.

Les Canadiens sont divisés : 50 % en sont effrayés, alors que 50 % sont stimulés par le changement. Au Québec, ils sont 43 % à le craindre, et 57 % à le voir comme un moteur.

Paieriez-vous un peu plus cher pour des produits de fabrication locale ? 24 % des Canadiens et 23 % des Québécois affirment que oui, des chiffres en croissance. Alain Giguère, président de CROP, se penche sur ces résultats.

Une large majorité de Canadiens entretiennent une vision apocalyptique quant à la vie actuelle. Au Québec aussi, bien que la province soit la moins catastrophiste au pays, explique Alain Giguère, président de CROP.

Le sexe dans les médias choque de moins en moins. Mais il y a un plafond de tolérance sociale à ne pas franchir, explique Alain Giguère, président de CROP.