Articles par Olivier Bouchard

Olivier Bouchard

Claude Julien n’est pas un entraîneur très attaché aux défenseurs à caractère offensif. L’alignement du Canadien semble évoluer en ce sens.

Les statistiques compilées par une armée d’amateurs de la LNH permettent de dresser un intéressant portrait de l’alignement du Tricolore en vue de la prochaine saison.

Les offres hostiles vont-elles devenir monnaie courante dans la LNH?

L’embauche du défenseur Karl Alzner est intéressante sur papier, mais ne permet pas de compenser pour les départs depuis un an. Claude Julien devra en tenir compte.

Parce que le Canadien est riche d’argent, mais pauvre de jeunes joueurs à bazarder sur le marché des échanges, il n’y a pas de solution facile pour attirer un défenseur de qualité.

Grâce à des règles d’expansion favorables, les Golden Knights pourraient être compétitifs dès leur première année dans la ligue… si leur DG joue bien ses cartes.

Faire signer Price et Radulov ? Trouver un nouveau joueur de centre ? Se débarrasser des contrats toxiques ? L’heure des choix arrive pour Marc Bergevin, explique Olivier Bouchard.

Les statistiques de la série contre les Rangers permettent de renverser les clichés sur le capitaine du Canadien, mais aussi de constater qu’il n’est plus seul à animer l’attaque.

Les arbitres rangent leurs sifflets en séries éliminatoires, ce qui donne encore plus d’importance au jeu à cinq contre cinq. Or, dans cette facette du jeu, le CH a l’avantage.

Carey Price a sauvé un but par match depuis l’arrivée de Claude Julien à la barre du club.

Marc Bergevin aime frapper fort et prend plaisir à dissimuler ses intentions. Le suspense et les prédictions sont donc inévitables avant l’heure limite des transactions!

Therrien parti, reste la question qui tue : est-ce que les conditions sont actuellement réunies, à Montréal, pour une quête sérieuse de la coupe Stanley au printemps?

Carey Price est le meilleur gardien de but au monde, statistiques à l’appui. Mais même un gardien légendaire ne peut porter à lui seul son équipe jusqu’à la coupe Stanley.

La première entrevue accordée par P.K. Subban après son échange aux Predators de Nashville met en évidence le gouffre profond qui sépare sa vision du sport de celle qu’entretient le Canadien de Montréal.

L’annonce de l’échange de P.K. Subban contre Shea Weber est tombée comme une bombe. Mais qu’y a-t-il derrière cette transaction?

Ou pourquoi il faut se méfier des statistiques bidon comme le nombre de revirements.

Les Maple Leafs et les Sénateurs ont profité de l’échange de Dion Phaneuf pour enfreindre deux principes qu’on élève trop souvent, dans les médias sportifs, au rang de vérité absolue.

Marc Bergevin, le DG du Canadien, a dit qu’il ne congédierait pas son entraîneur avant la fin de la saison. Ça pourrait être sa plus grosse erreur à la barre du club.

Le Canadien est formidablement malchanceux. Le club passe ces jours-ci par une séquence qu’on ne voit que deux ou trois fois par saison à l’échelle de la LNH.

Le Canadien de Montréal a été surpris par la mini-tempête médiatique qu’a déclenchée la raclée subie par Nathan Beaulieu, mardi soir.

Ce n’est pas le jeu de Semin qui devrait faire sourciller les entraîneurs, mais plutôt celui du trio de Desharnais.

On a explicitement affirmé depuis le début de la saison qu’un changement tactique est à l’œuvre: on veut que les défenseurs s’impliquent davantage dans les montées en zone adverse, sans pour autant jeter aux orties le style de l’équipe.

La direction a manifestement entendu les appels du pied de P.K. Subban et compagnie: les leaders du groupe sont au sommet de leur carrière et le temps file.

Les statistiques nous le disent clairement : pour améliorer son rendement, le Canadien doit trouver le moyen de réduire sa dépendance à Carey Price.