Articles par Pierre Fortin

Pierre Fortin

Le Trésor public québécois se prive-t-il de millions, voire de milliards de dollars, parce que la direction d’Hydro-Québec ne gère pas ses affaires assez efficacement ? L’économiste Pierre Fortin et le PDG d’Hydro-Québec, Thierry Vandal, croisent le fer sur cette question.

Il serait possible pour Hydro-Québec de réaliser des économies annuelles bien supérieures aux 600 millions de dollars envisagés par le chef de la Coalition Avenir Québec.

Il faut indexer les droits de scolarité non pas sur l’indice des prix à la consommation, mais sur le coût de la formation universitaire.

Les États-Unis souffrent de trois maux graves: sous-réglementation financière, minidépression et iné­galités de richesse extrêmes.

En 2008, les subventions aux garderies à sept dollars ont coûté 1,65 milliard de dollars à Québec, mais lui ont procuré des retombées fiscales de 1,7 milliard et ont enrichi Ottawa de 700 millions.

Les étudiants n’assumeront que le tiers de la hausse des droits de scolarité. Mais les universités sauront-elles en bien gérer le fruit ?

Les contribuables du Québec ont payé 68 milliards de dollars en impôts et taxes à l’État québécois et aux municipalités en 2009. S’ils leur avaient versé le même pourcentage de leur richesse collective que les autres Canadiens, le total n’aurait été que de 45 milliards. Comment expliquer que les Québécois aient payé 23 milliards de plus (6 600 dollars par famille) ?

L’emploi manufacturier est en baisse depuis 60 ans. Il faut adoucir cette tendance, mais pas au point de nuire aux autres secteurs de l’économie.

Tendance lourde : sept Québécois sur dix estiment payer trop d’impôts pour les services reçus et neuf sur dix jugent que l’État est mal géré.

Il est peu probable que la situation financière des ménages québécois se détériore sérieusement dans les années à venir, dit Pierre Fortin.

Si on ne l’y oblige pas, elle s’appauvrira dangereusement en vieillissant.

La France et nous

21 novembre 2011

Les Français des années 1760 nous ont floués. Ceux d’aujourd’hui sont de solides partenaires économiques et culturels.

Il faudrait qu’à l’avenir une société indépendante gère notre réseau routier, comme Hydro-Québec le fait pour l’électricité.

Salaire minimum trop élevé, pénurie de main-d’œuvre appréhendée, discrimination salariale au détriment des femmes… Les opinions préconçues concernant le marché de l’emploi au Québec sont nombreuses. L’économiste Pierre Fortin en analyse cinq.

À l’occasion de la rentrée scolaire, notre chroniqueur déboulonne quelques mythes à propos du Québec.

Oubliez le huard qui ne vaut que 0,63 $ US et des poussières. Dans les années à venir, le dollar canadien devrait rester une monnaie forte.

Dans le domaine de la santé, nous sommes sur le podium pour l’effort financier et dans la cave pour la performance. Il faut agir si on veut éviter la crise.

Parfum d’Asie

6 avril 2011

Deux phénomènes extraordinaires ont marqué l’économie du globe depuis 30 ans : la mondialisation et l’essor de l’Asie. Ils exercent maintenant une grande influence sur notre destinée.

La caisse du Régime de rentes du Québec sera à sec d’ici 2039. Il faut corriger la situation immédiatement, car tout retard à agir rend la correction plus coûteuse et inéquitable. Voici pourquoi.

La hausse des frais de scolarité ne fait pas l’affaire des étudiants. En contrepartie des avantages que ces jeunes tireront de leur diplôme universitaire, sommes-nous malvenus de leur demander d’augmenter un peu leur contribution ?

Tout le monde y perdrait ! Cela coûterait trop cher et serait socialement rétrograde.

Par-delà la crise du homard, qui va passer, les Îles-de-la-Madeleine ont une économie qui se tient.

Au contraire, la fonction publique du Québec est reconnue comme la meilleure de toutes les provinces canadiennes. Dans les temps difficiles qui s’annoncent, il est impératif de lui manifester du respect.

L’école secondaire Paul-Germain-Ostiguy rallie des dizaines d’entreprises locales dans son combat pour la persévérance scolaire.