Culture

Quand Hitchcock est venu tourner à Québec

Le grand réalisateur britannique Alfred Hitchcock aurait eu 110 ans le 13 août dernier. Durant l’été 1952, il a tourné La loi du silence dans la ville de Québec. Le soir de la première du film, il eut une telle mauvaise surprise qu’il jura de ne plus remettre les pieds au Québec !

Photos : collection privée de Mme Renée Hudon
Photos : collection privée de Mme Renée Hudon

Le maître du suspense filme à Québec

Alfred Hitchcock arrive en août 1952 à Québec pour y tourner La Loi du silence (I Confess). Sur cette photo, le maître du suspense donne des directives aux jeunes actrices Renée Hudon (à gauche) et Carmen Gingras avant le tournage d’une scène dans le Vieux-Québec. Après l’audition de 300 jeunes filles de Québec, le rôle de la 2e gamine n’était toujours pas attribué. En dernier recours, Hitchcock avait communiqué avec le Conservatoire d’art dramatique Francis-Sinval, où étudiait la jeune Hudon.

Sur les traces du meurtrier

Carmen Gingras et Renée Hudon attendent le signal d’Alfred Hitchcock pour descendre la rue Sainte-Angèle, dans le Vieux-Québec, où un meurtre vient d’être commis. À droite apparaît le meurtrier déguisé en prêtre, interprété par l’Allemand Otto Eduard Hasse. Son travestissement causera bien des maux de tête au père Logan, joué par l’Américain Montgomery Clift, acteur qui inspirera plus tard James Dean et Marlon Brando.

Un prêtre meurtrier

Les deux jeunes filles sont accueillies au poste de police par l’inspecteur Larrue (à gauche), interprété par l’Américain Karl Malden (décédé en juillet 2009 à l’âge de 97 ans). L’inspecteur tente de faire la lumière sur le meurtre de l’avocat Villette. Les fillettes lancent la police sur les traces d’un prêtre, ce qui fera peser tous les soupçons sur le père Logan, pourtant innocent.

Le faux coupable

En présence de deux policiers, les fillettes identifient le père Logan comme étant le meurtrier, une scène impensable dans le système de justice canadien. Elle sera d’ailleurs retranchée au montage par le Bureau de censure des vues animées de la province de Québec, l’un des plus stricts du monde à l’époque. Au final, le film est amputé de deux minutes et 37 secondes en raison de scènes qui pourraient entacher l’image de l’Église.

Petite leçon de français

Malgré les conseils attentionnés de ses deux jeunes « professeures », Karl Malden peine à apprendre quelques rudiments de la langue française. Il avait eu plus de succès l’année précédente avec son interprétation de Mitch dans Un tramway nommé Désir, d’Elia Kazan, qui lui a valu l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle.

Petite pause entre amies                                      

Hitchcock est de retour aux studios Warner à Burbank, en Californie, en octobre 1952 pour terminer son film. Renée Hudon et Carmen Gingras, qui profitent ici d’une pause entre les prises de vues, vivent un véritable conte de fées, puisque le tournage de quelques scènes rend nécessaire leur présence dans les studios californiens.

Des sourires et des femmes

Anne Baxter, qui avait reçu en 1947 l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour sa prestation dans Le fil du rasoir, de Edmund Goulding, profite ici d’un moment de détente avec les jeunes actrices québécoises. Quant à Montgomery Clift, un des acteurs les plus populaires de l’époque, il se réfugie dans sa loge en compagnie de sa répétitrice dès que les prises de vues sont complétées.

Québec plutôt que l’Irlande

Publicité parue dans un quotidien de Québec en 1953 annonçant la grande première de La Loi du silence. Après avoir songé à tourner en Irlande – où le film est interdit à sa sortie -, le maître du suspense avait choisi Québec, ville de 250 000 habitants, qui incarnait la tradition catholique française, riche en symboles religieux, et où les prêtres endossaient encore la soutane.

Soirée de grande première

Carton d’invitation transmis à la famille Hudon pour la première mondiale de La Loi du silence, au cinéma Capitole de Québec le 12 février 1953, et précédée le même jour d’une avant-première au cinéma Cartier. Une haie d’honneur composée de militaires permet aux stars d’effectuer une entrée triomphale, sous le regard heureux du public qui tend le cou pour avoir la chance d’admirer les vedettes.

Maudite ville catholique

L’un des derniers sourires de Hitchcock à Québec, avant qu’il constate l’intervention de la censure. Il remercie tout de même le public après la projection, souhaitant que les Québécois ne lui tiennent pas rigueur d’avoir pris des libertés avec la géographie de leur ville. Plus tard, le maître du suspense jurera de ne plus jamais revenir « dans cette maudite ville catholique ».