Culture

La Tour est Folle de l’artiste plasticien autodidacte Sébastien Lecca : de l’art ou du cochon ? Hum, j’hésite…

J’adore lire les textes de présentation de « produits artistiques ». Celui-ci m’enchante. Laissez-vous pénétrer (façon de parler) par la rhétorique de publicité de La Tour est Folle (notez au passage l’extraordinaire jeu de mots).

big-bleu1-1Extraits de la communication écrite : « La Tour est Folle est entièrement fabriquée en France, de son emballage jusqu’au plaisir qu’elle procure. Elle est la folle idée d’un artiste, Sébastien Lecca, la projection sensuelle d’un regard intensément joueur et provocateur sur une icône universellement célèbre et enthousiasmante. » Intensément joueur, tu l’as dit, coco ! «Le plus phallique des édifices publics est enfin moulé ergonomiquement et hypoallergéniquement. » Enfin moulé, oui, mais ça continue, côté prospective : « Elle est munie d’un noyau creux pouvant accueillir un futur moteur vibrant et/ou lumineux, et nous vous proposerons bientôt un modèle doté d’un plug anal. » Et qui plus est : « La Tour est Folle est garantie sans phtalates, également garantie sans matières grasses, sans huile de baleine, sans clou ni vis, sans produit radioactif, sans traces de soja, sans OGM et sans chocolat. » Et les traces de noix, ou d’arachides, elles ?

Pour finir, le témoignage d’une heureuse : « Je la surplombe de toute ma hauteur, verrouille la cible et, visant au mieux possible, découvre la nature profonde de l’objet. Je me sens bel et bien toute-puissante ! Contrairement à mes autres compagnons de silicone, celui-ci n’est pas pourvu d’une odeur écœurante. » (BoOpSs, blogue Sexpress)

En résumé : vive l’artiste !