Culture

On parle mal? Et puis après?

Les Québécois parlent mal le français. Du moins, c’est ce qu’on dit. Cette idée, journalistes et chroniqueurs de tout acabit la ressortent régulièrement. Et ça dure depuis les années 1850!

Photo: Louise Bilodeau pour L'actualité
Photo: Louise Bilodeau pour L’actualité

En fait, peu après l’Acte d’union de 1840, quand les Anglais ont voulu assimiler les Canadiens français, on s’est mis à dire que ces Canadiens français parlaient mal. Et que, justement, pour éviter l’assimilation, ils devraient parler mieux. Donc, on s’est mis à publier des chroniques, à écrire des livres, à rédiger des dictionnaires condamnant les formes qui s’éloignaient des formes françaises (comprendre «de France»). Et à dire aux gens qu’ils parlaient mal.

Ça ne semble pas beaucoup marcher. Parce que les gens n’ont pas l’air de «parler mieux». Si c’était le cas, logiquement, le discours aurait changé, non? On cesserait de dire que les Québécois parlent mal. Pour­tant, on l’affirme encore. C’est donc que les Québécois parlent encore mal, même si on leur répète depuis 175 ans d’arrêter de faire ça!

D’habitude, quand on essaie la même solution encore et encore et encore pour régler le même problème et qu’elle ne marche pas, c’est soit que la solution n’est pas la bonne, soit que le problème n’en est pas un. Analysons les deux possibilités.

La solution n’est pas la bonne

Sérieusement, peut-on vraiment s’attendre à ce que le fait de dire aux gens qu’ils parlent mal fasse qu’ils parlent mieux? Concrètement, je veux dire. A-t-on des exemples qui démontrent que lorsqu’on dit à des gens qu’ils sont mauvais dans quelque chose, ils deviennent meilleurs? Les jeunes, surtout (car c’est principalement eux qui sont visés par ces critiques). Est-ce que quelqu’un a vraiment pensé que les jeunes allaient se dire: «Oh! On nous dit qu’on parle mal! Vite, vite, parlons mieux!»? Non mais sans blague.

Et même si c’était une bonne idée. Même si, vraiment, les gens acceptaient de «mieux parler», il faudrait peut-être définir clairement les attentes. Car même si cette idée selon laquelle les Québécois parlent mal est très répandue, le concept de «bien parler», lui, n’a pas l’air clair. Sérieusement, qu’est-ce que c’est, «bien parler»? Est-ce que c’est obéir aux règles décrites dans les ouvrages de référence? Et est-ce qu’on doit faire ça tout le temps? Par exemple, dans ces ouvrages, on apprend qu’une négation doit s’exprimer avec «ne… pas». Pourtant, à l’oral, le «ne» est presque disparu, et ce n’est pas qu’au Québec qu’on le remarque. Donc, est-ce qu’on parle mal quand on omet le «ne» de négation? Tout le temps, dans toutes les situations? Même quand on se lève le matin et qu’on n’a pas encore bu son premier café? On doit dire le «ne» de négation, sinon on parle mal?

Et que fait-on des anglicismes? Qui décide quels anglicismes doivent être acceptés? Au Québec, ce sont les terminologues qui travaillent à l’Office québécois de la langue française (OQLF). On n’y pense pas souvent, mais ils sont très puissants, ces terminologues. Ils ont le pouvoir de déterminer quels sont les mots qui font et ne font pas partie du «bien parler». «Momentum», par exemple, n’en fait pas partie. Mais «cliquer», oui. Que fait-on des anglicismes acceptés en France, mais condamnés ici? Que fait-on de «week-end», qui est, de fait, condamné par l’OQLF? Il est pourtant de plus en plus utilisé au Québec, et personne ne monte aux barricades pour le faire disparaître (contrairement au malheureux «bon matin»…). Est-ce que ça signifie qu’on a le droit de ne pas écouter l’OQLF?

En plus, parfois, ces terminologues changent d’idée! L’expression «par le biais de», au sens de «au moyen de», par exemple, a été longtemps condamnée. Mais aujourd’hui, elle ne l’est plus. Il semblerait que quelqu’un, à l’Office, se soit trompé, et qu’on ait corrigé le tir. Ainsi donc, les autorités langagières ne sont pas infaillibles. Et c’est bien normal, n’est-ce pas? Elles ne sont pas le pape, tout de même!

J’arrête là la démonstration. Je pense qu’on aura compris que ce que j’illustre ici, c’est que la notion de «bien parler» varie. Elle varie d’une personne à l’autre, d’une région à l’autre, d’une situation de communication à l’autre. On peut même avancer que lorsque deux personnes s’entendent pour dire que les Québécois parlent mal, elles ne considèrent même pas qu’ils parlent mal pour les mêmes raisons!

Si on veut que les Québécois «parlent mieux», il ne faut pas seu­lement constater qu’ils «parlent mal», mais il faut aussi être en mesure de définir clairement ce qu’on veut dire quand on soutient qu’ils doivent «parler mieux». Et ça, ce n’est pas gagné.

Le problème n’en est pas un

Mais les Québécois parlent-ils vraiment mal? On vient de déterminer que la notion de «bien parler» était floue; c’est donc dire que la notion de «mal parler» l’est tout autant, car on peut lui appliquer le même raisonnement. Certes, on a tous en tête l’exemple de tel ou tel ministre qui s’est exprimé à la télévision et qui a, vraiment, mal parlé. Mais a-t-il mal parlé dans l’absolu, ou a-t-il utilisé une langue qui n’était pas appropriée à son statut social (un ministre) et à la situation de communication (à la télévision)? Si une autre personne s’était exprimée de la même manière, mais sur le bord de sa piscine en buvant une bière, aurait-on aussi dit qu’elle avait mal parlé?

L’idée, c’est qu’on s’attend à ce que le ministre à la télévision adopte le registre soigné, car c’est ce que la règle sociale dicte. Le fait qu’une personne qui occupe un poste exigeant la maîtrise des règles du registre soigné ne respecte pas ces règles est en effet préoccupant. Mais ce n’est pas ici une question de langue, c’est une question sociale. Ce n’est pas parce que la qualité du français au Québec est mauvaise, c’est parce qu’on élit des gens qui ne maîtrisent pas les règles qu’ils sont censés maîtriser! C’est la manière d’envisager l’importance sociale des règles qu’il faut revoir, pas la langue!

Et c’est la même chose pour le vocabulaire. On entend souvent que telle ou telle personne manque de vocabulaire, ou qu’elle n’a pas un vocabulaire très étoffé. Mais quand on y pense quelques instants, on s’aperçoit que le vocabulaire étoffé est bien plus une question de culture générale que de langue. On peut maîtriser les règles de base dictées par les grammaires et quand même avoir un vocabulaire restreint. Si on veut exprimer quelque reproche que ce soit à ce sujet, il faut viser la diffusion de la culture générale, pas la qualité de la langue!

Conséquences

Ça fait 175 ans que les Québécois se font dire qu’ils parlent mal. Est-ce que le message a encore de l’importance? Est-ce que les Québécois se préoccupent vraiment de «bien parler», ou cette idée ne fait-elle pas plutôt partie de toutes ces choses qu’on doit mieux faire, mais qu’on ne fait pas vraiment, comme bien manger, bien dormir, ne pas boire d’alcool, etc.? Lorsque, à l’école, on apprend les règles du registre soigné, est-ce qu’on apprend vraiment leur importance sociale, ou ne les classe-t-on pas plutôt avec les autres choses acquises à l’école et dont on ne se servira jamais, comme de transformer 1 296 centimètres en décimètres?

Cette conséquence sociale, toute préoccupante qu’elle soit, en cache cependant une autre, beaucoup plus grave. On se souviendra qu’à l’origine, après l’Acte d’union, c’est pour protéger le français contre l’assimilation anglaise qu’on s’est mis à condamner la langue québécoise.

Et si ça avait l’effet contraire?

Et si les jeunes, fatigués de se faire dire qu’ils parlent mal, de se faire critiquer leur emploi de tel ou tel mot, de telle ou telle tournure, fatigués de se faire répéter qu’ils doivent, dans leur quotidien, se battre pour une langue qu’ils se font constamment corriger, décidaient d’agir en jeunes et d’envoyer promener tout le monde? Et s’ils décidaient, je ne sais pas, moi, je prends un exemple au hasard, de se mettre à parler anglais, ou franglais, ou peu importe comment on appelle ça?

On en est là. Et les gens qui condamnaient le mauvais français des Québécois condamnent maintenant le franglais des jeunes. Sans penser qu’ils sont peut-être les artisans de cette situation. Bon, soit, l’anglais est la langue internationale, la langue du divertissement, la lingua franca. Mais justement, une lingua franca, par définition, répond aux besoins linguistiques de son époque. Elle est donc très efficace et permissive, la langue anglaise. Très malléable. Très ouverte aux néologismes, aux emprunts, aux tournures incongrues. Bref, elle est très attrayante.

Le français au Québec, malgré la loi 101, est toujours dans une position délicate. Car il suffirait que les locuteurs francophones décident de ne plus parler français pour que le français disparaisse. On n’est pas dans une société totalitaire. On ne peut pas contrôler la langue quotidienne des gens. Si les jeunes décident de se mettre à parler anglais, ils se mettront à parler anglais, et on ne pourra rien y faire.

Si on veut que les jeunes trouvent le français assez attrayant pour qu’il fasse concurrence à l’anglais à leurs yeux, au lieu de critiquer et de condamner, il faudrait peut-être réfléchir. En soi, l’anglais n’est pas supérieur au français. La néologie, les emprunts, les tournures incongrues, tout cela est aussi accessible en français. Il suffit de s’en donner la permission. Mais pour ce faire, il faut se débarrasser de cette idée selon laquelle les Québécois parlent mal, idée qui, honnêtement, fait beaucoup trop XIXe siècle…