Culture

Œuvres catastrophe pour jours de pluie

Des films où les désordres climatiques jouent le premier rôle.

(Photo : Entertainment Pictures / Alamy)

Le jour d’après (The Day After Tomorrow)

Roland Emmerich (2004)

Une série de dérèglements climatiques surviennent sur la planète, effets délétères des changements climatiques, menaçant de plonger l’Amérique du Nord dans une nouvelle ère glaciaire. Cette superproduction n’a rien de subtil, encore moins de vraisemblable, mais plaçait pour la première fois Hollywood du côté des dénonciateurs des climatosceptiques.

Facteur réalisme    Facteur divertissement 

***

La servante écarlate (The Handmaid’s Tale)

Bruce Miller (2017)

La prémisse de ce roman de Margaret Atwood — transformé en série exceptionnelle diffusée actuellement sur Hulu : une catastrophe environnementale a rendu la majorité des femmes stériles. L’avènement d’un gouvernement totalitaire force celles qui sont toujours fertiles à devenir des mères porteuses pour la caste dirigeante. Terrifiant, parce que campé dans un avenir proche, et s’apparentant à des dérives autoritaires qu’on redoute.

Facteur réalisme ⛅   Facteur divertissement  

***

(Photo : Moviestore Collection Ltd / Alamy)

Tornade (Twister)

Jan de Bont (1996)

Le classique des films de catastrophes naturelles. Helen Hunt et Bill Paxton sont à la tête d’une équipe de météorologues qui traque les tornades du Midwest américain, en constante progression. La météo y est d’ailleurs redoutablement précise, puisqu’on y prévoit la plus violente tornade à frapper l’Oklahoma depuis 30 ans. Mention pour le jeu de soutien de la vache qui s’envole, aspirée par le cyclone !

Facteur réalisme      Facteur divertissement 

***

(Photo : Collection Christophel / Alamy)

Hell

Tim Fehlbaum (2011)

Ce film nous transporte dans un proche avenir où la température de la Terre a augmenté de 10 °C. L’eau est rare, les rayons du soleil ont asséché la surface, et le chacun-pour-soi mène les survivants aux pires atrocités.

Facteur réalisme     Facteur divertissement  

***

(Photo : Pictorial Press Ltd / Alamy)

Interstellaire (Interstellar)

Christopher Nolan (2014)

On oublie parfois le prélude de l’œuvre à grand déploiement de Christopher Nolan : la Terre se meurt, les nuages de poussière ont tari les ressources alimentaires. Ce qui pousse une équipe d’astronautes à chercher une nouvelle planète pour sauver l’humanité.

Facteur réalisme    Facteur divertissement 

***

Une vérité qui dérange (An Inconvenient Truth)

Davis Guggenheim (2006)

D’accord, c’est un documentaire (oscarisé en 2007), mais sa facture est très hollywoodienne. Il se base sur la conférence donnée par l’ancien vice-président américain Al Gore, qui a secoué la torpeur de millions de personnes quant aux causes et aux conséquences du réchauffement climatique. Cela ne vous suffit pas ? Tenez-vous bien : le second volet, Une suite qui dérange : Le temps de l’action (An Inconvenient Sequel : Truth to Power), sortira cet automne au cinéma.

Facteur réalisme    Facteur divertissement 