En librairie : Bilal, Lemaitre et Bock
Culture

En librairie : Bilal, Lemaitre et Bock

Une BD imaginant un bogue informatique planétaire, la suite d’un prix Goncourt et sept nouvelles se déroulant à Montréal.

Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il adviendrait de la planète si, du jour au lendemain, un bogue majeur faisait disparaître tous les contenus Internet, du plus gros serveur à la plus petite clé USB ? Le célèbre bédéiste Enki Bilal l’a fait en imaginant le destin de l’humanité, plus particulièrement celui d’un père astronaute et de ses proches, dans une dystopie incroyablement inquiétante, qui nous obsède longtemps après qu’on en ait fini la lecture. Vivement la suite !

Bug, Livre 1, par Enki Bilal, Casterman, 88 p.

L’auteur d’Au revoir là-haut, gagnant du Goncourt 2013 et récemment adapté au cinéma, revient avec une suite qui se déroule en février 1927. Madeleine est désormais seule à la tête d’un empire bancaire et son fils est sur le point de commettre un geste qui changera à jamais le cours de sa vie. Nul besoin d’avoir lu le roman primé au préalable pour savourer l’intensité de cette histoire qui pourrait elle aussi passer à l’écran.

Couleurs de l’incendie, par Pierre Lemaitre, Albin Michel, 400 p.

« […] il lui dit qu’il ne savait que faire de toute cette tristesse. […]

— Je pense qu’il faut la raconter. »

Tiré du recueil Les noyades secondaires

Ce sont sept histoires puissantes et troublantes qu’offre dans ce recueil l’auteur Maxime Raymond Bock, qui dissèque Montréal et son monde comme peu l’ont fait avant lui. Parce que la métropole respire, transpire, suffoque, parce que les gens s’y noient et s’y époumonent parfois, ses mots chargés comme des carabines nous grafignent le cœur. Des tranches de quotidien déroutantes, parce que jamais tout à fait naïves.

Les noyades secondaires, par Maxime Raymond Bock, Cheval d’août, 369 p.