Carolle Brabant : femme de cinéma
Culture

Carolle Brabant : femme de cinéma

Stimuler l’émergence de cinéastes de la relève, promouvoir la parité hommes-femmes dans le milieu du cinéma… À quelques jours de son départ de Téléfilm Canada, la première femme nommée à sa tête, Carolle Brabant, parle de ses réalisations. Et dresse le bilan d’une industrie à la croisée des chemins.

L’entente conclue par Patrimoine canadien avec Netflix prévoit des investissements de 100 millions de dollars par année pendant cinq ans, l’équivalent du budget annuel de Téléfilm. Craignez-vous un dédoublement des forces ?

Je crains surtout l’uniformisation des contenus. Qu’il se produise du contenu formaté, qui ne nous ressemble plus. Il ne faudra pas tarir les autres sources de financement de notre production [de Téléfilm, de la SODEC, etc.] afin de maintenir la diversité de l’offre.

Cet article est réservé aux abonnés du magazine L’actualité

Les abonnés doivent avoir créé au préalable un compte d’accès numérique pour activer leur abonnement sur leur appareil mobile ou leur ordinateur.


Vous êtes abonné à L’actualité et avez déjà votre compte d’accès? Connectez-vous ici


Vous êtes abonné à L’actualité, mais n’avez pas encore de compte d’accès? Créez-le ici

Vous n’êtes pas abonné à L’actualité? Découvrez les avantages de l’abonnement ici