En librairie : Mkdeville et Girard, Blais et Desrosiers
Culture

En librairie : Mkdeville et Girard, Blais et Desrosiers

La mafia de Chicago, la violence faite aux femmes et l’obsession de la performance sont les thèmes abordés dans les trois livres que nous vous présentons.

Surnommée la « reine des truands » par la presse, Virginia Hill n’était vue que comme la maîtresse de Bugsy Siegel, mafieux américain des années 1930. En relatant son audition à la commission Kefauver en 1951, cette BD fait la lumière sur cette femme libre et affranchie pour son époque, qui avait son rond de serviette à la table de la mafia de Chicago, laquelle était normalement réservée aux hommes.

Virginia Hill : Journal d’une affranchie, par Mkdeville et Christophe Girard, Les Enfants Rouges, 240 p.

À l’été 1994, Mélanie Cabay, 19 ans, a été retrouvée assassinée après une soirée passée avec des amis. Autour de cette nouvelle qui a troublé le jeune homme qu’il était alors, François Blais tisse des fils pour raconter la tragédie vue par les proches de la jeune femme, les médias et les autorités policières. Il parle de la violence faite aux femmes, celles de son entourage qui auraient pu être Mélanie Cabay. Pas racoleur, fin et respectueux, le ton de l’auteur est fort et éclairant.

Un livre sur Mélanie Cabay, par François Blais, L’instant même, 125 p.

 Je suis arrivée ici seule. Par réflexe ou par habitude, j’ai continué de vouloir provoquer la douleur. J’allais courir.

Tiré de Bon chien

L’obsession de la performance. Combien en ont été victimes chacun à leur manière ? La narratrice de ce premier roman prometteur s’adresse à celle qu’elle était au début de l’âge adulte ; une bonne fille à sa place, un « bon chien »… Elle se remémore des moments déterminants, comme autant de terrains minés sur lesquels elle a avancé. Ébranlé par la lumière crue des sentiers qu’elle débusque devant nous, on se sent témoin privilégié de ces confessions qu’on imagine salvatrices.

Bon chien, par Sarah Desrosiers, Hamac, 198 p.