Entreprendre l'Europe
De notre partenaireLeaders de la croissance 2017

Entreprendre l’Europe

C’est une chance inouïe : depuis le 21 septembre 2017, l’Accord commercial et économique global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne est entré en vigueur après dix ans de tractations.

DE NOTRE PARTENAIRE

Alors que Donald Trump menace de déchirer l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), voici que les entreprises canadiennes peuvent désormais profiter d’un marché de 510 millions de consommateurs, plus gros et aussi riche que les États-Unis !

« Cet accord offre de formidables occasions de développement aux PME », affirme Lucia Baldino, directrice principale du bureau de représentation Europe chez Desjardins. Car l’AECG élimine presque toutes les barrières tarifaires et non tarifaires. Avant le 21 septembre, seulement 25 % des catégories de produits pouvaient entrer en Europe sans tarif douanier. Pour le homard et le sirop d’érable, c’était 8 %. Depuis, plus aucun tarif ne s’applique à ces denrées, comme c’est le cas pour la grande majorité des catégories de produits.

L’AECG va beaucoup plus loin que l’ALENA en matière d’environnement, de mobilité de la main-d’œuvre et de règlement des différends. Les signataires ne pourront plus établir des exigences réglementaires inutiles ou discriminatoires qui ont pour effet de bloquer le marché. Selon Lucia Baldino, « plusieurs contraintes étaient un frein au développement des services. Leur réduction va faciliter l’exécution des contrats et ouvrir l’accès aux marchés publics. »

Les économistes prédisent que cet accord augmentera les échanges commerciaux entre l’Union européenne et le Canada de 25 %. Tous les secteurs en profiteront, à l’export comme à l’import, car les entreprises canadiennes importatrices tireront parti d’une offre élargie de produits et de services européens. Ce sera vrai tant pour l’importation de fromages que pour l’importation de machines.

« Depuis 2012, le bureau européen de Desjardins a déjà accompagné plus d’un millier d’entreprises dans leurs investissements », indique Lucia Baldino, qui se réjouit de l’intérêt croissant des PME. « Nous sommes là pour les aider à découvrir l’AECG et à devancer leurs concurrents ! »