Finances personnelles

Bonne ou mauvaise dette?

À l’heure où le taux d’endettement des Québécois atteint des sommets, qu’est-ce, au fait, qu’un endettement sain?

Illustration: Rémy Simard
Illustration: Rémy Simard pour L’actualité

Le taux d’endettement des Québécois a presque doublé depuis les années 1990, pour atteindre 156 %. «Un record», confirme Hélène Bégin, économiste principale chez Desjardins. Depuis 2014, dans la province, quelque 40 000 consommateurs demandent chaque année l’aide d’un syndic de faillite pour se sortir de leurs dettes, selon le Bureau du surintendant des faillites Canada. Ce qui fait du Québec le champion du défaut de paiement au pays.

Alerte rouge? Oui et non. Le tableau n’est pas aussi sombre que ces chiffres le laissent croire. Derrière le taux d’endettement (en gros, ce qu’on doit par rapport à ce qu’on gagne) se cachent de mauvaises dettes… mais aussi des bonnes.

«Une mauvaise dette, c’est tout ce qui coûte cher en intérêts», résume Éric Lebel, associé et conseiller au redressement financier du syndic de faillite Raymond Chabot Grant Thornton. Comme cette auto en location, trop luxueuse pour vos moyens, ou cette escapade à Cuba, achetée en solde et que vous mettrez un an et demi à rembourser, à un taux d’intérêt de 19 %, et qui finalement vous coûtera les yeux de la tête.

En revanche, «une bonne dette, c’est un emprunt hypothécaire ou pour cotiser à un REER, qui permet de posséder un actif une fois la dette remboursée», explique Sophie Sylvain, planificatrice financière à Gestion de patrimoine Desjardins.

Et ce sont ces bonnes dettes qui, actuellement, forment l’essentiel du passif des Québécois. «Les emprunts hypothécaires occupent 79 % de la dette des ménages, précise Hélène Bégin. Comme l’explosion du taux d’endettement ces dernières années découle surtout de l’augmentation de la valeur des maisons dans la province — le prix moyen des résidences est passé de 100 000 à 275 000 dollars de 2000 à 2015 —, les Québécois sont plus endettés, mais aussi plus riches, car ils accumulent des actifs.»

LAT20_REER_DETTES_exergueDe récentes études de Desjardins concluent d’ailleurs que leur endettement demeure «globalement sain». Dans les années 1980 et 1990, les Québécois étaient moins endettés, mais ils payaient plus de frais d’intérêts, poursuit l’économiste. Aujourd’hui, ils sont plus endettés, mais les intérêts n’ont jamais été aussi bas. «Au final, dit Hélène Bégin, les paiements mensuels demeurent à un niveau raisonnable pour les ménages. Ainsi, près de 85 % des ménages se situent dans la zone de sécurité financière, ce qui est rassurant.»

Cet équilibre est toutefois précaire, met en garde l’économiste: une baisse de la valeur des maisons ou une hausse «rapide et significative» des taux d’intérêt pourrait changer la donne. Une plus grande part des ménages auraient alors du mal à rembourser leurs emprunts, particulièrement ceux devant rembourser des prêts à taux variable; ces derniers représentent désormais presque un prêt sur trois au Québec, ce qui accroît la vulnérabilité des ménages à une hausse des taux, explique Hélène Bégin dans une étude publiée en 2016. «Étant donné que l’augmentation des taux d’intérêt semble en veilleuse d’ici la fin de 2017, les ménages doivent saisir l’occasion pour assainir leur bilan financier», conseille-t-elle.

Le «risque numéro un» pour les consommateurs demeure cependant la perte d’emploi, et donc de revenus stables. Hélène Bégin rappelle que la crise économique de 2008-2009 a envoyé bien des travailleurs au chômage et fait bondir le nombre de faillites personnelles de 20 %.

D’autres facteurs sont aussi à prendre en compte. Des ennuis de santé, de mauvais investissements ou une séparation sont autant de situations qui peuvent mener rapidement à la «spirale infernale de l’endettement», rappelle Éric Lebel.

Dans certaines circonstances, on pourrait presque parler d’une catastrophe annoncée. Ce fut le cas pour David, travailleur autonome dans le milieu de la télévision, qui tient à rester anonyme pour éviter de nuire à sa réputation. Sa trentaine a été «un gros party», reconnaît-il. Il gagnait près de 100 000 dollars bruts par année, mais dépensait sans compter, y compris les milliers de dollars qu’il aurait dû verser en impôts. Après quelques années, il devait 57 000 dollars au fisc, sans compter les soldes qui rougissaient ses cartes de crédit.

LAT20_REER_DETTES_tableauDavid a évité la faillite en faisant ce qu’on appelle une proposition de consommateur. Il a offert à ses créanciers de leur rembourser ce qu’il pouvait, selon ses moyens: 14 000 dollars en quatre ans. C’est le propre d’une proposition de consommateur: offrir de rembourser une partie seulement de ce qu’on doit, sans intérêts, dans un délai maximal de cinq ans.

«Le cas de David est classique: au Québec, les travailleurs autonomes sont nombreux et beaucoup se font prendre comme ça», dit Éric Lebel.

L’endettement excessif menace aussi les salariés, dont certains s’offrent une seconde paye à même leur marge de crédit ou leurs cartes de points en tous genres, cons­tate Carole Grenier, conseillère budgétaire à Laval — elle-même travailleuse autonome. «Bien des gens sont dans le rouge à toutes les payes», dit-elle.

Selon Desjardins, la dette moyenne des Québécois a doublé depuis l’an 2000, passant de 40 000 à 80 000 dollars. Cette croissance est particulièrement marquée chez les moins de 35 ans (notamment parce qu’ils ont un meilleur accès à la propriété) et chez les aînés, qui sont plus nombreux à porter un fardeau hypothécaire à la retraite. «Certains ont profité de la faiblesse des taux pour acquérir une propriété plus onéreuse ou faire l’achat d’une résidence secondaire, et ont allongé leur période de paiement. Peut-être aussi que leurs revenus ne sont plus suffisants pour rembourser complètement leurs emprunts», souligne l’économiste Hélène Bégin dans une récente étude.

Dans l’idéal, un endettement sain, c’est zéro dette, poursuit la conseillère budgétaire. Faites la somme de vos dettes de consommation, c’est-à-dire la nourriture, les loisirs, les soldes de marges ou de cartes de crédit, le remboursement de l’emprunt pour l’auto et autres emprunts bancaires, mais en excluant les frais de logement: «Si vous consacrez 10 % de votre revenu brut mensuel à leur remboursement, c’est supportable; 20 %, c’est lourd à porter. Plus, c’est trop.»

Un endettement sain, explique Sophie Sylvain, de Gestion de patrimoine Desjardins, c’est pouvoir assumer ses dépenses fixes (maison, électricité, voiture, dettes, etc.), ses dépenses variables (sorties, etc.) «et avoir une marge de manœuvre pour les imprévus». Pour accorder ou non un prêt hypothécaire, par exemple, les institutions financières jugent qu’un taux sain ne doit pas dépasser 40 % des revenus bruts mensuels, incluant l’emprunt hypothécaire.

Vous vous demandez si vous avez les moyens de rembourser un emprunt supplémentaire, des mensualités hypothécaires plus élevées? Pendant trois mois, mettez de côté les versements mensuels que vous devrez faire, conseille Sophie Sylvain. Quelles sont les répercussions sur votre qualité de vie? Êtes-vous pris à la gorge? «C’est une bonne piste pour éviter le surendettement», dit-elle.

Propriétaires, attention d’être tentés par le diable de la réno, met en garde Carole Grenier: «Votre cuisine de rêve peut vous mettre dans le rouge pour longtemps.» Gare aussi aux offres de type «achetez maintenant, payez plus tard». «Souvent, les gens n’ont pas mis l’argent de côté et doivent payer des intérêts élevés quand vient le temps de commencer les remboursements», remarque-t-elle.

Les spécialistes sont unanimes: la seule façon intelligente de profiter du crédit à la consommation est d’y avoir recours quand il ne coûte rien. Par exemple, le financement d’une voiture à 0 % d’intérêts permet de conserver vos liquidités et de les faire fructifier. Mettre toutes vos dépenses courantes sur votre carte de points de voyage, par exemple, peut aussi être avantageux, à condition de régler le solde mensuel rubis sur l’ongle.

Ils rappellent aussi que l’endettement est un cercle vicieux : plus vous avez de sommes à rembourser tous les mois, moins vous disposez de liquidités et moins vous pouvez épargner. Pour vous assurer une sécurité financière, il faut commencer par payer vos dettes et ensuite épargner tous les mois 10 % de votre salaire brut, afin, justement, de ne plus avoir besoin de recourir au crédit grâce à vos économies!

Quel est votre taux d'endettement?

Faites le calcul!
  •