Affaires et économiePolitique

Le Québec, un champion mondial de l’austérité

Parmi tous les pays riches, seuls le Japon et l’Australie ont des politiques d’austérité aussi sévères que celles du Québec, affirme l’économiste Pierre Fortin.

Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne
Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne

Blogue EconomieLe Québec est l’un des États qui mène les politiques d’austérité les plus sévères parmi les pays riches.

C’est ce que soutient l’économiste Pierre Fortin, qui a comparé le «degré d’austérité» du Québec à celui d’une douzaine de pays développés, dont la France, les États-Unis et l’Allemagne. Du lot, seuls le Japon et l’Australie ont des politiques budgétaires plus austères que celles du Québec.

Pays Degré d’austérité
Japon +1,2
Australie +1,2
Québec +1,0
Suède +0,9
Royaume-Uni +0,8
Italie +0,6
Espagne +0,6
États-Unis +0,6
Canada +0,3
Grèce +0,3
France +0,1
Allemagne -0,2
Pays-Bas -0,2
Médiane +0,6

(Sources : FMI, Fiscal Monitor, octobre 2014 ; calcul de P. Fortin pour le Québec.)

Le professeur émérite en sciences économiques de l’UQAM a présenté ses conclusions lors d’un forum de discussion sur les politiques d’austérité du Québec organisé par des étudiants de HEC Montréal, mercredi dernier.

Même si le gouvernement Couillard cherche à bannir «austérité» de son vocabulaire, ce mot décrit bel et bien les politiques budgétaires actuelles du Québec, selon Pierre Fortin. L’économiste définit un budget marqué par l’austérité comme «un budget dans lequel l’État vise à réduire la partie de son solde budgétaire qu’il contrôle en ralentissant ses dépenses et/ou en haussant ses impôts.»

Le Québec affichera ainsi un «degré d’austérité» de 1 % de son produit intérieur brut (PIB) dans la prochaine année budgétaire, soit 3,3 milliards de dollars.

«Pour mener un char quelque part, on a trois choix à faire», a expliqué Pierre Fortin aux étudiants des HEC. «Il faut d’abord choisir la destination, puis la route à prendre, et enfin la vitesse à laquelle on veut rouler».

Comme trois des quatre partis représentés à l’Assemblée nationale, l’économiste est d’accord avec la destination choisie (l’équilibre des finances publiques). Mais il a des réserves sur la route empruntée par Québec et la vitesse du trajet vers le déficit zéro. Selon ses calculs, la course vers l’équilibre budgétaire va amputer le PIB du Québec de quatre milliards de dollars entre l’été 2015 et l’automne 2016.

«Ça va atténuer les effets positifs sur le PIB découlant de la baisse du prix du pétrole, de la dépréciation du dollar canadien, de la baisse des taux d’intérêt et de la croissance de la demande américaine pour nos produits.»

Dans sa présentation aux HEC, Pierre Fortin a aussi rappelé que le poids de la dette dans l’économie québécoise a chuté depuis 20 ans. Le service de la dette du Québec est aussi moins lourd qu’au milieu des années 1990 (4,8 % du PIB en 1994, contre 2,9 % l’an dernier).