Affaires et économie

Lancez-vous dans la vente en ligne

Une foule de services permettent de créer et d’administrer des boutiques en ligne sans connaissances particulières en informatique et pour quelques dizaines de dollars par mois seulement.

7223384344_4c7173c228
Photo : Garfield Anderssen/Flickr

Il y a quelques années seulement, un site transactionnel coûtait des dizaines de milliers de dollars et il était difficile de le modifier sans l’intervention d’un programmeur. Aujourd’hui, une foule de services, dont Ligthspeed, panierdachat.com et Shopify, permettent de créer et d’administrer des boutiques en ligne sans connaissances particulières en informatique et pour quelques dizaines de dollars par mois seulement.

Cette accessibilité renvoie toutefois une fausse image de facilité, observe Mathieu Halle, président du Regroupement des commerçants électroniques du Québec (RCEQ). «N’imaginez pas que vous vendrez rapidement vos produits rien qu’en les mettant en ligne avec un panier d’achats!» Comme pour tout commerce avec pignon sur rue, vous devez attirer les gens, offrir un service après-vente impeccable et fidéliser la clientèle.

À LIRE AUSSI :
Acheter en ligne, la bonne affaire ? >>
Martin-Luc Archambault : ange et dragon >>

En ligne, cela nécessite d’optimiser le référencement de votre site pour le faire ressortir dans les moteurs de recherche, de livrer les produits rapidement — de préférence gratuitement — et d’être actif dans les réseaux sociaux. Des tâches complexes pour lesquelles il vaut mieux aller chercher de l’aide. «Mais c’est souvent cher», dit Mathieu Halle, qui aide les entrepreneurs à trouver les bonnes ressources.

C’est à coups «d’essais et d’erreurs» qu’Emmanuelle Duchesne, 33 ans, a lancé son site Bijoux Bijoux, en 2008. La page de paiement a été simplifiée, car plus il y avait d’étapes — créer un compte, par exemple —, plus les clients quittaient le site avant d’avoir terminé l’achat. Des options pour choisir les produits par «style» et «couleur» ont été ajoutées, en plus des traditionnels filtres «prix» et «marques». Le service «vérifié par Visa», qui requiert un code au moment de l’achat, a été intégré… puis retiré. Les clients ne se souvenaient jamais de ce mot de passe, qui diffère du NIP.

Petit à petit, l’entrepreneure a augmenté l’achalandage de Bijoux Bijoux, avant de vendre le site en avril 2014. Aujourd’hui, elle fait partager ses connaissances au sein d’une agence Web, Chocolat Média, et de la plateforme de commerce électronique panierdachat.com. Un conseil : ne lésinez pas sur les photos ! «En ligne, ce que le client achète, ce sont des images. Si elles ne sont pas belles, vous ne vendrez pas.»