Affaires et économiePolitique

Que fera Justin Trudeau pour les jeunes?

Les positions prises par le Parti libéral du Canada durant la campagne électorale laissent entrevoir des avancées sur certains fronts et des reculs ailleurs.

Blogue EconomieL’élection de Justin Trudeau marque l’arrivée d’un premier «post-boomer» au poste de premier ministre du Canada. Peut-on s’attendre à un changement de cap important dans les politiques et programmes fédéraux qui touchent les plus jeunes générations?

Il est trop tôt pour conclure, mais les positions prises par le Parti libéral du Canada (PLC) durant la campagne électorale laissent entrevoir des avancées sur certains fronts et des reculs ailleurs.

Les bonnes nouvelles pour les jeunes

• Les libéraux se sont prononcés pour la mise en place d’un prix sur les émissions de gaz à effet de serre. Établir un tel prix sur le carbone est une mesure absolument nécessaire pour limiter les effets dévastateurs du réchauffement de la planète.

• Le PLC propose d’augmenter la durée potentielle du congé parental en y investissant 125 millions de dollars.

• Trudeau compte ajouter 300 millions de dollars dans la Stratégie d’emploi jeunesse afin de créer 40 000 emplois pour les jeunes.

• Une autre nouvelle encourageante pour les jeunes est la baisse d’impôt pour les contribuables dont le revenu se situe entre 45 000$ et 90 000$, et la hausse d’impôt pour ceux touchant plus de 200 000 $. Peu de jeunes se trouvent dans cette dernière catégorie. La Prestation universelle pour la garde d’enfants (PUGE) sera aussi changée afin de la rendre progressive.

Les moins bonnes nouvelles

Comme je l’avais dit dans mon dernier billet, la proposition des libéraux d’annuler la hausse de l’âge d’admissibilité à la Sécurité de la vieillesse (SV) et au Supplément du revenu garanti (SRG) à 67 ans n’est pas une bonne idée, pour la société dans son ensemble, mais particulièrement pour les jeunes.

Compte tenu du vieillissement rapide de la population, il sera absolument nécessaire que les baby-boomers travaillent quelques années de plus si nous voulons équilibrer les budgets fédéraux et provinciaux.

Par ailleurs, malgré son vœu d’établir un prix sur le carbone, le chef libéral a été très vague quant à la question de l’environnement durant la campagne.

Justin Trudeau a affirmé qu’il allait organiser une rencontre avec toutes les provinces pour décider de cibles et de plans pour la réduction des émissions, mais seulement après la conférence de Paris, pas avant.

Et les déficits?

Le gouvernement libéral compte faire des déficits, ce que plusieurs considèrent comme un manque d’équité envers les jeunes, car cela équivaudrait à «mettre de l’argent sur la carte de crédit des prochaines générations». C’est une vision simpliste de l’équité entre les générations. Pour maintenir cette équité, il faut plutôt une vision à long terme afin de maintenir à la fois la santé des finances publiques et la qualité des services gouvernementaux pour tous les groupes d’âge.

Les déficits que proposent les libéraux sont relativement mineurs. Si l’économie canadienne se porte le moindrement bien, le rapport dette-PIB risque même de diminuer malgré ces déficits.

La proposition du PLC n’accroîtra donc pas le fardeau de la dette fédérale pour les jeunes et les générations à venir.

Les libéraux comptent utiliser l’argent supplémentaire disponible grâce à ces déficits pour, entre autres, investir dans les infrastructures et les transports en commun et augmenter les transferts en santé vers les provinces.

Toutes ces dépenses supplémentaires pourraient permettre au gouvernement du Québec, qui croule sous le poids de ces mêmes dépenses en infrastructures et en santé, de réduire ses propres déficits. L’effet total sur le futur fardeau fiscal des Québécois est donc difficile à prévoir.

En somme…

Dans son ensemble, je dirais tout de même que les libéraux proposent un programme plus favorable aux jeunes que celui du gouvernement précédent. Sur le plan symbolique, avoir un premier ministre moins âgé pourrait encourager les jeunes à se reconnaître davantage dans le gouvernement fédéral et être ainsi plus nombreux à vouloir y participer activement, ce qui pourrait mener à une meilleure équité entre les générations à long terme.