Affaires et économiePolitique

Création d’emplois: le succès inattendu de Philippe Couillard

La création d’emplois au Québec explose de façon inattendue depuis cinq mois. Anomalie statistique ou tendance de fond ? L’économiste Pierre Fortin explique. 

Photo: iStock
Photo: iStock

Le premier ministre Philippe Couillard a promis à l’hiver 2014 d’amener l’économie du Québec à créer au moins 50 000 emplois par année pendant cinq ans. Plusieurs économistes, moi le premier, doutaient du réalisme de cet engagement.

Les plus récentes données de Statistique Canada semblent toutefois lui donner raison !

Le graphique ci-dessous trace l’évolution de l’emploi au Québec depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement provincial actuel en avril 2014. Après 31 mois, l’Enquête mensuelle sur la population active de Statistique Canada a enregistré une augmentation cumulative de 140 000 emplois, ce qui équivaut à une hausse moyenne de 54 000 par année.

Cette croissance dépasse nettement les projections moins exubérantes d’économistes comme le ministre des Finances Carlos Leitão (36 000 par année) ou moi-même (25 000 par année).

Emploi_graphique_Fg

Le graphique montre que, jusqu’en juillet dernier, les deux économistes filaient vers la victoire contre le premier ministre. En 27 mois, d’avril 2014 à juillet 2016, l’emploi avait progressé de 68 000 postes, c’est-à-dire de 30 000 par année en moyenne. Mais en seulement quatre mois, de juillet à novembre 2016, il s’en est créé 72 000 selon l’Enquête, soit 4 000 de plus que dans les 27 précédents ! L’emploi a explosé. Ce revirement spectaculaire a soudainement donné l’avantage au premier ministre. (Cela dit, n’oublions pas qu’il y a beaucoup d’autres facteurs que les mesures du gouvernement du Québec qui influent sur l’emploi au Québec, comme les taux d’intérêt qui sont bas, l’économie américaine qui est en reprise, le budget fédéral qui est expansionniste, le carburant qui coûte moins cher, etc.)

Il est bien connu que les données mensuelles de l’Enquête sur la population active sont très instables. Mon confrère Jean-Pierre Aubry, chercheur associé au centre de recherche CIRANO, a fait remarquer que la statistique de l’emploi au Québec s’est souvent écrasée ou a bondi dans le passé, par exemple à l’automne 2011, 2012 et 2013 et à l’hiver 2015, mais que chaque fois le mouvement s’est inversé par la suite. Il faudra donc voir dans les mois à venir si le saut de l’emploi entre juillet et novembre 2016 va se maintenir ou se résorber. En attendant, il faut tout de même se réjouir de la bonne tenue récente de l’emploi et rigoler aux dépens de M. Leitão et de moi-même, qui nous sommes faits coiffer par le bon docteur !

Mais supposons, pour l’instant, que la hausse de la statistique de l’emploi au cours des derniers mois traduit quelque chose de réel et d’important dans l’économie. Alors plusieurs observations s’imposent.

 

Un diplôme, ça compte

De l’automne 2015 à l’automne 2016, le taux d’emploi (le pourcentage de la population au travail) a augmenté fortement pour les diplômés universitaires (+3,3 %), un peu pour les diplômés du professionnel et du collégial (+0,4%), et pas du tout pour les diplômés du secondaire. Il a diminué de 3% pour les sans-diplômes. Cette répartition de la hausse de l’emploi selon le plus haut diplôme obtenu souligne à nouveau, si cela était nécessaire, l’importance du combat contre le décrochage et en faveur de la persévérance à l’école.

Le secteur public embauche

Depuis le printemps 2016, le secteur public et parapublic a grandement contribué à l’accélération de l’emploi. Ce secteur comprend la fonction publique des trois paliers de gouvernement, de même que la santé et l’éducation, qui sont toutes les deux à forte dominance publique. De mars à juillet 2016, l’ensemble du secteur avait perdu 6 000 emplois ; de juillet à novembre, il en a acquis 24 000. Ce retournement de 30 000 traduit en partie la réponse gouvernementale aux difficultés financières éprouvées, notamment, par l’éducation et les municipalités à la suite des compressions de dépenses en 2014 et 2015.

Une accélération s’est aussi produite dans le privé. Par exemple, après avoir créé ensemble 12 000 emplois de mars à juillet, les secteurs du commerce, du transport et de la finance en ont ajouté 33 000 de juillet à novembre. Leur contribution à l’accélération de l’emploi a donc été de 21 000 emplois.

Les 55 ans et plus au travail!

La hausse de l’emploi de juillet à novembre 2016 a largement bénéficié aux personnes de 55 ans et plus. Des 72 000 emplois créés au Québec pendant ces quatre mois, les 55 ans et plus ont capté la part du lion, soit 61 000, c’est-à-dire 85 % du total. La population québécoise de cette catégorie d’âge est de plus en plus nombreuse et le pourcentage qui détient un emploi croît sans cesse, étant passé de 18 % il y a 20 ans à 32 % aujourd’hui.

Le bonheur à temps partiel

De juillet à novembre 2016, c’est la création d’emplois à temps partiel qui a dominé l’expansion de l’emploi au Québec. De l’augmentation totale de 72 000 emplois estimée par l’Enquête de Statistique Canada, 40 000, soit 55 %, étaient à temps partiel.

Doit-on s’inquiéter du fait que plus de la moitié des emplois créés au cours de ces quatre mois aient été à temps partiel, alors que la part normale du temps partiel dans l’ensemble des emplois n’est que de 20 % ? Pas nécessairement. Il importe avant tout que la nature de l’emploi convienne à son détenteur. Or, l’Enquête indique qu’en pourcentage de tous les emplois à temps partiel, le temps partiel involontaire au Québec était moins important en novembre 2016 (19 %) qu’en novembre 2015 (22 %). La situation des détenteurs de ces emplois s’est donc améliorée d’un automne au suivant.

Les régions ne sont pas toutes égales

De l’automne 2015 à l’automne 2016, selon l’Enquête, ce sont le Centre-du-Québec (+11 %), Laval (+10 %), l’Abitibi-Témiscamingue (+ 9 %) et Montréal (+7 %) qui ont connu la progression la plus importante en matière d’emploi. Il y a malheureusement eu des baisses notables d’emploi dans Lanaudière (-4 %) et en Gaspésie (-6 %).

Et la productivité?

La croissance fulgurante de l’emploi au Québec de juillet à novembre 2016 enregistrée par l’Enquête de Statistique Canada s’est traduite par une forte augmentation du nombre total d’heures effectivement travaillées. La hausse estimative des heures au cours de la période de janvier à novembre 2016 par rapport à la période de janvier à novembre 2015 est de 1,6 %. Cette augmentation devrait se maintenir pour l’ensemble de 2016 par rapport à l’ensemble de 2015. Si la hausse du volume de production de l’économie (son « PIB réel ») en 2016 est elle aussi de 1,6 %, comme on le prévoit généralement, il s’ensuivra que la « productivité » (le PIB réel par heure travaillée) aura connu une croissance nulle au Québec en 2016.

Dans cette optique, la forte augmentation de l’emploi peut s’expliquer comme suit. De 2012 jusqu’au milieu de 2016, on a observé que le volume réel de l’investissement non résidentiel des entreprises au Québec a subi un recul magistral de 23 %. L’investissement n’est pas la source ultime du progrès des technologies, de l’organisation du travail et de la productivité. Ce sont les idées innovantes qui mènent le bal. Toutefois, l’investissement est le principal véhicule qui permet de concrétiser ces idées dans du nouvel équipement. Une chute spectaculaire de l’investissement non résidentiel des entreprises comme celle que le Québec a connu depuis quatre ans finit par avoir des conséquences importantes sur la productivité. D’où le résultat médiocre auquel il faut s’attendre en 2016 pour la productivité.

D’où provient le recul de l’investissement ? Sans aucun doute de l’assombrissement des perspectives de croissance de l’économie dû à la baisse de la population québécoise des principaux âges actifs (15 à 64 ans, disons). Avant 2011, cette population augmentait de 40 000 par année, ce qui ajoutait systématiquement au potentiel de croissance de l’économie. Elle diminue maintenant de 6 000 par année, avec la conséquence inverse. Ce virage démographique abrupt et soudain, amplifié récemment par une période de repli budgétaire provincial, a affaibli la croissance de l’économie. Avant 2007, le PIB réel augmentait en moyenne de 2 % par année. Depuis 2012, c’est 1,3 % en moyenne, et on prévoit 1,0 % en moyenne pour la prochaine décennie (le 1,6 % de 2016 ne se reproduira pas souvent). Les entreprises ont vu leurs ventes ralentir et ont pris acte des perspectives réduites à plus long terme. Le besoin d’implanter du nouvel équipement a diminué, ce qui a entraîné l’investissement à la baisse.

La conséquence de cette évolution défavorable de l’investissement et de la productivité est qu’une accélération de la production comme celle qui s’est produite en 2016 repose surtout sur l’embauche accrue de travailleurs fournissant plus d’heures de travail que sur une hausse de ce que chaque heure travaillée peut produire de plus. Nos technologies retardent, notre organisation du travail marque le pas. Moins bien outillés, nos travailleurs produisent moins à l’heure.

 

En résumé

L’Enquête mensuelle sur la population active de Statistique Canada a rapporté que 72 000 emplois ont été créés en quatre mois au Québec, de juillet à novembre 2016. C’est 4 000 de plus que pendant les 27 mois écoulés d’avril 2014 à juillet 2016. On ne sait pas encore si l’explosion des quatre derniers mois va se maintenir ou s’inverser. Dans l’analyse présentée, j’ai supposé qu’elle se maintiendrait et j’en ai tiré les six observations suivantes :

1) C’est le taux d’emploi des diplômés universitaires qui a le plus bénéficié de la hausse de l’emploi. Celui des sans-diplômes a baissé, ce qui souligne l’urgence accrue du combat contre le décrochage scolaire.

2) C’est le secteur public et parapublic qui a le plus contribué à l’accélération de l’emploi de juillet à novembre 2016 (+30 000). La progression dans les secteurs du commerce, du transport et de la finance a aussi contribué à l’accélération, dans une moindre mesure (+21 000).

3) Les 55 ans et plus ont capté 61 000, ou 85 %, des 72 000 emplois créés au Québec de juillet à novembre 2016. Le taux d’emploi de ce groupe n’a pas cessé d’augmenter depuis 20 ans.

4) De l’augmentation totale de 72 000 emplois estimée de juillet à novembre 2016, 40 000, soit 55 %, étaient à temps partiel. Malgré cela, la part de l’emploi à temps partiel involontaire au Québec était moins importante en novembre 2016 (19 %) qu’en novembre 2015 (22 %).

5) De l’automne 2015 à l’automne 2016, ce sont le Centre-du-Québec (+11 %), Laval (+10 %), l’Abitibi-Témiscamingue (+ 9 %) et Montréal (+7 %) qui ont connu la progression la plus importante en matière d’emploi.

6) La forte augmentation de l’emploi enregistrée en 2016 a été accompagnée d’une hausse des heures travaillées de 1,6 % par rapport à 2015. Si, comme on le prévoit généralement, le volume de production (« PIB réel ») de l’économie du Québec augmente de 1,6 % en 2016 lui aussi, cela voudra dire que la croissance de la « productivité » (PIB réel par heure travaillée) aura été nulle de 2015 à 2016. Cette stagnation de la productivité est sans nul doute reliée à la baisse de 23 % de l’investissement non résidentiel des entreprises entre 2012 le milieu de 2016, elle-même résultant de l’assombrissement des perspectives de croissance associé au recul de la population québécoise des principaux âges actifs.

**

Pierre Fortin est professeur émérite de sciences économiques à l’UQAM.


À lire aussi:

Trop lourd, ce budget!