Affaires et économie

L’inégalité du revenu : un choix politique

«L’augmentation des inégalités n’est pas inéluctable.» La chronique de Pierre Fortin.

(Illustration : Sébastien Thibault)

Pendant que Bombardier fait encore la manchette, ce n’est pas une mauvaise idée de réfléchir de façon un peu plus large au problème de l’enrichissement des mieux nantis. Le  1 % le plus riche dans la société québécoise, ce sont les contribuables qui gagneront 200 000 dollars ou plus en 2017. Depuis 30 ans, inflation déduite, leur revenu brut avant impôt a augmenté de 67 %. Celui des 50 % les moins riches a baissé de 14 %.

La part du revenu total du Québec obtenue par le 1 % le plus riche était de 10 % en 2014. Cela nous place au milieu du peloton mondial. Cette part atteignait 20 % aux États-Unis, 13 % en Alberta, en Ontario et en Angleterre, 10 % au Japon, 9 % en France, en Italie, en Espagne, en Australie, en Suède et en Suisse, et 6 % aux Pays-Bas.

L’ascension du 1 % le plus riche ne peut s’expliquer par les changements technologiques et la mondialisation. Ces phénomènes sont communs à tous les pays. Ils ne peuvent rendre compte du fait que la part du 1 % est de 20 % aux États-Unis, à un extrême, et de 6 % aux Pays-Bas, à l’autre extrême. L’explication à retenir est qu’il est devenu facile pour des groupes dans certains pays — mais pas dans d’autres — d’obtenir plus, et parfois beaucoup plus, que ce que vaut vraiment leur contribution à la production de biens ou de services.

Parmi les très riches, les opérateurs financiers ont énormément bénéficié de la déréglementation de leur secteur. Le cataclysme financier de 2008 en a été une terrible conséquence. Au Canada, les dirigeants de l’industrie pétrolière ont touché le pactole quand le prix de la ressource a explosé. Aucune amélioration de leur performance en tant que gestionnaires ne leur a pourtant fait mériter cet avantage.

Quant aux hauts dirigeants d’entreprise, ils ont littéralement la possibilité d’établir eux-mêmes leur propre rémunération. Ils peuvent faire en sorte que cette dernière augmente quand les choses vont bien, sans nécessairement diminuer quand elles vont moins bien. La gouvernance en entreprise leur permet de jouer à saute-mouton. La tendance de chaque conseil d’administration à accorder aux dirigeants une rémunération juste un peu supérieure à la moyenne fait augmenter la moyenne elle-même sans limites ! C’est… mathématique. Les syndicats, affaiblis, ne jouent plus leur rôle de modérateurs d’autrefois. Le pouvoir des actionnaires reste limité.

Enfin, l’impôt sur le revenu des très riches a beaucoup diminué depuis 35 ans. On s’attendait à ce qu’un fardeau fiscal allégé pour les très riches encourage la croissance économique, mais cela ne s’est pas produit. Moins leurs derniers dollars de revenu ont été imposés, plus les très riches ont mis d’efforts pour obtenir un revenu accru, sans nécessairement avoir à travailler plus d’heures ni à fournir un meilleur rendement.

Le 1 % le plus riche accapare une part du revenu total plus faible au Québec qu’ailleurs en Amérique du Nord. Pourquoi ? Il est probable que cela dépend de notre rejet plus net des inégalités, de notre degré de syndicalisation plus étendu, de nos institutions financières et entreprises plus coopératives et de nos programmes de sécurité sociale plus avancés.

Comme le martèle l’un des brillants chercheurs contemporains sur le traitement fiscal des riches, le professeur Gabriel Zucman, de l’Université de Californie à Berkeley, « l’augmentation des inégalités n’est pas inéluctable, c’est un choix politique ». Si on veut corriger la situation, il faudra revenir à un impôt plus progressif en haut de l’échelle des revenus. Cela exigera cependant une coordination internationale qui s’attaquera en même temps au problème des paradis fiscaux et à la taxation des institutions financières. Une telle coordination progresse, mais elle est encore loin d’être pleinement réalisée.

Il faudra aussi viser une meilleure répartition du revenu avant impôt. Cesser de tolérer les petits et les grands monopoles, restaurer la réglementation du secteur financier, appuyer le pouvoir de surveillance des employés et des actionnaires, favoriser la rémunération participative du personnel, et réparer les défauts de la gouvernance en entreprise.

C’est d’abord une question morale. Mais aussi de prudence. Il faut agir sans délai si on ne veut pas risquer ici une révolte des classes laborieuses contre les élites, comme on a vu récemment se produire aux États-Unis, en Angleterre et en France.