Affaires et économie

Attention à la marge

Les marges de crédit hypothécaire constituent un produit financier intéressant, à condition de les utiliser avec prudence.

(Photo : iStockphoto)

La popularité croissante des marges de crédit hypothécaire depuis l’an 2000 pourrait s’avérer catastrophique pour les ménages canadiens. En ce moment, 720 000 d’entre eux auraient de la difficulté à rembourser leurs dettes si les taux d’intérêt grimpaient d’à peine 0,25 %, souligne l’Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC), chien de garde des consommateurs par rapport aux institutions financières.

70 000 dollars : solde impayé moyen actuel par compte de marge de crédit hypothécaire au Canada

Les faibles taux d’intérêt associés à ce type de prêt — qui consiste à emprunter sur la valeur nette de sa maison — encouragent certains consommateurs à y avoir recours pour couvrir leurs dépenses quotidiennes et vivre au-dessus de leurs moyens. Le quart des consommateurs ne paient que les intérêts ou les versements minimaux sur leur marge de crédit hypothécaire, tandis que 40 % ne font pas de paiements réguliers en vue de rembourser le capital emprunté. « Les marges de crédit hypothécaire peuvent amener les Canadiens à utiliser leur maison comme un guichet automatique », déplore Lucie Tedesco, commissaire à l’ACFC.

À long terme, ces produits financiers constituent un risque pour la retraite, car ils favorisent l’utilisation immédiate de la valeur nette de la maison au détriment de l’accumulation patiente d’un patrimoine. Une maison totalement payée est pourtant un avoir important pour financer la retraite.