La ville la plus fière du Québec
Affaires et économie

La ville la plus fière du Québec

« Drummondville, une ville à l’agonie », titrait L’actualité il y a 40 ans. Aujourd’hui, l’économie y tourne à fond, les immigrants s’y intègrent mieux qu’ailleurs, les événements culturels s’y succèdent. Bienvenue à Drummondville, la ville qui s’est complètement réinventée !

La poutine a-t-elle vraiment été inventée à Drummondville ? La preuve n’est pas incontestable, mais les Drummondvillois, eux, n’en démordent pas. Même que les quatre gars du groupe Les Trois Accords, originaires du coin, célèbrent la trouvaille gastronomique chaque été depuis 10 ans avec leur Festival de la poutine. En août 2017, ce rendez-vous a attiré 30 000 personnes.

Alexandre Cusson, maire de Drummondville : « On veut susciter une effervescence qui aura pour effet que les gens ne feront pas que s’arrêter à Drummondville, mais qu’ils y resteront deux, trois jours. » (Photo : Rodolphe Beaulieu)

On est loin du temps où Drummondville n’était pour bien des Québécois qu’une étape à mi-chemin de Montréal et de Québec, un nom sur un panneau de l’autoroute 20. Une ville « quétaine », selon le défunt magazine satirique Croc (1979-1995), qui en a fait sa tête de Turc pendant des années.

« Je ne veux plus être le secret le mieux gardé du Québec », dit le maire de l’endroit, Alexandre Cusson, 49 ans, qui cite les activités qui animent sa ville, dont le Mondial des cultures (depuis 1982), Drummondville sur son 31 (spectacle en plein air le 31 décembre), Drummond en bière, le Festival de la blague… « Et ce n’est rien à côté de ce qu’on veut être, ajoute le maire, aussi président de l’Union des municipalités du Québec. On veut susciter une effervescence qui aura pour effet que les gens ne feront pas que s’arrêter à Drummondville, mais qu’ils y resteront deux, trois jours. »

Bien des municipalités de la province rêveraient d’être Drummondville. La ville est devenue le fer de lance de la renaissance manufacturière du Québec et l’un des symboles de réussite d’intégration des immigrants en région. « On parle beaucoup du modèle beauceron, mais le modèle, c’est maintenant Drummondville », dit Martin Dupont, 54 ans, directeur général de la Société de développement économique de Drummondville (SDED).

* * *

5,3 % : taux de chômage à Drummondville en 2017 (en deçà de la moyenne québécoise). Il y a 40 ans, il était de 22 %.

En 1977, L’actualité avait publié un bilan sombre de cette ville mono-industrielle asphyxiée par le déclin du textile, affligée d’un taux de chômage effarant de 22 %, « en train de crever en douce ». « Drummondville, une ville à l’agonie », titrait le magazine. Quarante ans plus tard, « Drummond », 75 000 habitants, a quintuplé le nombre d’industries (il y en a 624), qui investissent 220 millions de dollars par an en moyenne, sans même tenir compte des salaires. Les 11 parcs industriels sont pleins. Le taux de chômage, à 5,3 %, est en deçà de la moyenne québécoise. La population a presque triplé depuis 1981, certes un peu grâce aux fusions municipales, mais pas tant que ça. Et le petit centre-ville, désert il y a 25 ans, a repris vie.

« Ce qui nous aide à recruter du personnel, c’est que plus personne n’est gêné de dire qu’il travaille à Drummondville », dit Eric Côté, PDG de Groupe Soucy, fabricant de pièces de véhicules et plus important employeur de la ville, avec 1 000 personnes dans 10 usines. « Et le fait d’avoir maintenant une faculté de génie et une université à Drummondville va beaucoup nous aider », souligne-t-il.

Ce n’est pas une mauvaise blague des anciens lecteurs de Croc : il y a bel et bien une université à Drummondville. Elle a ouvert ses portes en janvier 2016 au milieu d’un boisé, près du Village québécois d’antan. L’immeuble de quatre étages accueille 800 étudiants en sciences comptables, sciences infirmières, éducation et génie. D’ici 2020, ils seront plus du double. Il s’agit en fait d’un campus de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), mais les gens du coin s’en fichent. Leur université, ils en sont très, très fiers.

Les Drummondvillois l’ont obtenue après 15 années de démarches et une campagne de financement menée tambour battant, qui a récolté huit millions de dollars en quelques semaines. « Sans cette contribution de la collectivité, on n’aurait probablement pas pu convaincre le gouvernement », dit Alexandre Cusson, en poste depuis 2013, qui s’est fait connaître localement comme directeur du Collège Saint-Bernard, où il a piloté de grandes collectes de fonds.

* * *

Selon le maire, c’est le reportage de L’actualité, en 1977, qui a sonné le réveil. « J’étais jeune, mais ça avait été une claque en pleine face, raconte-t-il. Bien du monde s’est dit : il faut faire quelque chose. » Le reportage a marqué les esprits, puisque de nombreux anciens résidants m’ont affirmé la même chose, presque dans les mêmes termes.

Sur le terrain, la relance était déjà en chantier. En 1977, la Chambre de commerce crée le Village québécois d’antan, dont les maisonnettes illustrent la vie au XIXe siècle, pour susciter un début d’activité touristique. Suivra quelques années plus tard le Festival mondial du folklore, rebaptisé Mondial des cultures en 1998. Cette rencontre a accueilli depuis plus de 500 ensembles folkloriques de 100 pays, mettant chaque fois à contribution de 1 500 à 2 000 bénévoles. « Le Mondial a changé les mentalités », dit Josée Vendette, présidente du conseil d’administration de ce festival. Ses parents ont été de ceux qui, dès la première année, ont accompagné des troupes pendant tout leur séjour. « Cela a montré à la population qu’on était capable de grandes choses, d’avoir un contact direct avec tous les pays. »

Les Drummondvillois sont aujourd’hui fiers de leur ville et ont cultivé un fort sentiment d’appartenance, dit Francine Ruest Jutras, mairesse de 1987 à 2013, qui se souvient très bien de l’effet électrochoc du reportage de L’actualité. « C’est vrai qu’on avait des problèmes, admet-elle. Le faible taux de diplomation était une de nos faiblesses et ça l’est encore. Mais l’université, on l’a eue parce que les Drummondvillois ont le goût de la réussite, ils ne sont pas défaitistes. Nous avons bâti sur la fierté et le sens de l’appartenance et on continue de le faire. »

Martin Dupont, directeur général de la Société de développement économique de Drummondville (SDED) : « Il n’y a pas encore une entreprise drummondvilloise milliardaire. On n’a jamais couru après, parce qu’on n’a jamais voulu se retrouver en situation de dépendance. Mais on sera content si ça arrive. Et on sera prêt à l’accueillir. » (Photo : Rodolphe Beaulieu)

Derrière ce succès, il y a la Société de développement économique de Drummondville, devenue depuis sa fondation, en 1984, le modèle de bien des sociétés de développement municipales ou régionales. L’organisme veille aux intérêts de l’industrie, du tourisme et du commerce, en plus de gérer l’aéroport et le centre des congrès.

Le Centrexpo Cogeco est, avec l’université, le nouveau symbole de la réussite de Drummondville. Il a été construit par la SDED, pour un coût de 30 millions de dollars, juste à côté d’un nouvel hôtel de 12 étages. Avec sa salle de 4 500 places, le Centrexpo permet d’accueillir des rassemblements politiques. Le maire est particulièrement fier d’avoir reçu, peu après l’ouverture, en 2015, l’assemblée annuelle des actionnaires de la Banque Nationale, tenue pour la première fois hors de Montréal.

Martin Dupont, qui dirige la SDED depuis 1996, ouvre une page du rapport annuel, qui fait état de 269 artisans (des ateliers de 1 à 5 employés), 214 petites entreprises (6 à 25 employés), 98 moyennes (26 à 100) et 43 grandes entreprises (plus de 101). « Ça, c’est notre jardin. On s’en occupe. Le succès économique, c’est de veiller à ce que les petites grandissent. »

Dès 1984, la SDED a pris deux orientations importantes, dont elle ne dérogera jamais : cultiver son jardin et soigner sa diversité.

Lorsque l’usine Celanese a mis à pied ses derniers employés, en 2000, les Drummondvillois se sont dit : plus jamais. Il y a 40 ans, la moitié des emplois étaient dans le textile. C’est moins de 2 % aujourd’hui. Près de 60 % de l’activité concerne la fabrication mécanique, l’alimentation, le papier et la distribution. Les 624 entreprises comptent 25 employés en moyenne. « Il n’y a pas encore une entreprise drummondvilloise milliardaire, dit Martin Dupont. On n’a jamais couru après, parce qu’on n’a jamais voulu se retrouver en situation de dépendance. Mais on sera content si ça arrive. Et on sera prêt à l’accueillir. »

* * *

L’enjeu du recrutement est important à Drummondville, qui ne profite pas de la proximité d’une très grande voisine comme réservoir de personnel. Or, les gens d’affaires veulent savoir si la main-d’œuvre sera suffisante avant d’investir dans la région. « Dans la crise démographique post-baby-boom, Drummondville veut se ranger parmi les régions gagnantes », dit Martin Dupont.

Depuis 20 ans, la SDED organise le forum Défi Emploi Drummond. En 2016, celui-ci a permis l’embauche de centaines de personnes. Ce fut d’ailleurs une année record sur ce plan, avec la création de 1 149 nouveaux postes. « Bien des entreprises nous disent : j’ai 20 postes ouverts, mais j’aurais des projets pour lesquels il en faudrait 150 », dit le maire Alexandre Cusson.

Groupe Soucy a embauché plus de 250 personnes en 2016 — du personnel de fabrication et des cadres —, mais il lui en manque encore 50, assure Eric Côté, dans son bureau qui domine l’autoroute 20. L’homme de 51 ans estime que la situation commence à mettre à mal l’esprit de collaboration qui a toujours eu cours à Drummond. « La tentation de la surenchère des salaires est de plus en plus forte. On voit même certaines entreprises faire du “maraudage” d’employés, ce qu’on ne voyait jamais. »

Le café Morgane, au centre-ville. (Photo : Rodolphe Beaulieu)

Avec Martin Dupont, le maire réfléchit à des politiques de recrutement plus combatives. La SDED envisage une mission d’embauche en Alberta, où les Québécois sont partis nombreux pendant les années fastes de l’industrie pétrolière. Depuis 10 ans, elle participe à des tournées de recrutement à l’étranger, en plus de faciliter l’arrivée de travailleurs immigrants dans des emplois en pénurie — comme technicien en fabrication mécanique, électricien industriel, soudeur, opérateur de machine à souder, mécanicien, technologue. « On embauche en France et en Tunisie, dit Eric Côté, du Groupe Soucy. Ça coûte cher, mais on a du mal à trouver des gens au Québec qui font de l’usinage 5 axes. »

Lorsqu’on ouvre la porte de Goûts du Monde, rue Lindsay, on est tout de suite frappé par l’odeur d’épices. Dans cette coopérative, à la fois épicerie internationale et restaurant, les employés, parmi lesquels bon nombre de Syriens et de Sénégalais, préparent les baklavas ou servent aux clients des plats préparés, le couscous ou les lahm bi ajin, des pizzas syriennes au goût de thym et d’ail. « On forme les immigrants à leur premier emploi dans le commerce », dit Darryl Barnabo, directeur du Regroupement interculturel de Drummondville (RID), qui a ouvert l’épicerie-restaurant en 2015.

La ville a renforcé sa structure d’accueil des immigrants, notamment en quadruplant le budget du RID, lequel assure une meilleure collaboration entre les services de santé, les écoles et l’aide pour trouver des logements. Le RID compte 5 000 immigrants de 57 nationalités, dont près de 900 Colombiens et presque autant de Français et d’Africains.

La patinoire réfrigérée Victor-Pepin. (Photo : Rodolphe Beaulieu)

« Drummondville a accueilli 47 familles syriennes, alors que la moyenne des régions est de 10 ou 12 », note Darryl Barnabo en ajustant ses lunettes. Originaire du Togo, l’homme au sourire généreux est arrivé à Drummond en 2009, après un détour par Trois-Rivières pour ses études en gestion. « Les gens des autres régions et même de Montréal commencent à se passer le mot que c’est à Drummondville que ça se passe », dit-il.

Outre son programme d’accueil des réfugiés, l’OSBL se fait aussi le promoteur d’un programme de diversité culturelle à l’emploi, pour convaincre des immigrants récents, principalement de Montréal, de postuler pour un travail à Drummondville. « Ce sont surtout des ingénieurs, des cadres. Il y a de grands besoins pour tous les emplois, affirme Darryl Barnabo. Certains employeurs nous disent : on veut des immigrants ; ils restent, ils évoluent dans l’entreprise. »

L’université fait partie de cette stratégie de recrutement. Jusqu’à l’ouverture du campus, la région était l’une des seules à n’avoir aucun établissement d’enseignement supérieur, à part son cégep. « Or, les études montrent que la présence d’une université à moins de 50 km tend à faire augmenter le taux de maintien des diplômés, tout simplement parce que cela leur coûte moins cher de rester pour étudier que de partir ailleurs », dit Martine Lesieur, qui dirige le campus de Drummondville.

La nouvelle bibliothèque, inaugurée en septembre 2017. (Photo : Rodolphe Beaulieu)

L’université était tellement importante pour la ville que cette dernière l’a construite à ses frais, et elle la loue à l’UQTR, en plus d’avoir payé les coûts de démarrage à même les huit millions de dollars de la campagne de financement.

« La Faculté de génie mécanique va être une pépinière pour nous, dit Eric Côté. S’il y a des étudiants en génie à Drummondville, il y a de bonnes chances qu’ils restent comme ingénieurs, surtout qu’ils n’auront aucun mal à trouver des stages ici même. »

Martine Lesieur aurait voulu offrir ce programme de génie mécanique dès l’ouverture du campus, mais il aurait fallu plus de temps pour organiser les laboratoires et préparer le matériel nécessaire. « On est parti avec 22 étudiants en septembre 2017, dit-elle, mais on va monter à 40, puis à 80. » D’ici quelques années, l’université offrira deux spécialités très demandées dans les entreprises locales, la mécatronique (qui combine la mécanique, l’électronique et l’informatique) et le génie industriel–gestion de projets.

* * *

Après l’université, le prochain grand chantier sera la croissance du secteur tertiaire, qui demeure sous-développé. Certes, c’est à Drummondville qu’est née l’une des plus anciennes compagnies d’assurances au Canada, L’Union-Vie, fondée en 1889, dont le siège social est toujours rue Heriot, mais on y trouve peu de cabinets de comptables, d’avocats ou d’ingénieurs, et pas de société en technologies de l’information.

Les bureaux régionaux de ministères sont également rares : la santé relève de Trois-Rivières, par exemple, et l’antenne locale de la Sûreté du Québec dépend du bureau de Sherbrooke. « Un des problèmes de Drummondville est qu’on va tellement bien que personne ne croit qu’on a besoin d’aide », dit Alexandre Cusson, qui se démène pour attirer des bureaux administratifs de ministères.

Martin Dupont et lui croient que la position géographique de Drummondville est le meilleur argument pour convaincre des cabinets de Montréal ou de Québec d’ouvrir un bureau régional qui servira le reste du Québec. Ce qu’Alexandre Cusson résume en une formule-choc : « Le reste du Québec est la banlieue de Drummondville. »