Le PIB du Québec ne peut croître indéfiniment de 3 % par année
Affaires et économieChronique de Pierre Fortin

Le PIB du Québec ne peut croître indéfiniment de 3 % par année

Quand le taux de chômage sera stabilisé, la croissance pourrait redescendre autour de 1 % par année, explique Pierre Fortin.

En dollars constants, en 2017, le PIB annuel du Québec a probablement augmenté d’environ 3 % par rapport à celui de 2016. Cette progression notable est liée à la baisse du fardeau fiscal et à l’augmentation considérable des dépenses de missions et d’immobilisations incorporées au budget québécois de 2017-2018 par le ministre des Finances, Carlos Leitão. Elle résulte, pas seulement, mais en bonne partie, d’une inversion spectaculaire du solde budgétaire gouvernemental, qui contraste singulièrement avec les mesures d’austérité que le ministre avait lui-même imposées antérieurement.

Il n’y a rien de surprenant dans cette évolution : ou bien le budget retient la croissance et elle ralentit, comme en 2014 et 2015, ou bien il pousse sur la croissance et elle s’accélère, comme en 2016 et 2017. On comprend en même temps que le ministre a voulu faire de son mieux pour soutenir la croissance et la création d’emploi en prévision du rendez-vous électoral de 2018.

Pour bien saisir ce qui s’est passé en 2017, il faut se rappeler qu’il y a un lien étroit entre le taux de croissance du PIB et le taux de chômage. Ce lien s’appelle la « loi d’Okun », d’après l’économiste américain Arthur Okun (1928-1980), ancien conseiller principal des présidents Kennedy et Johnson, qui l’a découverte en 1962. La loi dit ceci : à court terme, plus la croissance économique est importante dans une année donnée, plus le taux de chômage diminue. Si on applique la loi d’Okun aux données de l’économie et de l’emploi du Québec depuis 10 ans, on trouve immédiatement qu’un taux de croissance de 3 % du PIB doit normalement être associé à une baisse de 1,1 point de pourcentage du taux de chômage d’une année à l’autre. Or, c’est exactement ce qu’on a observé en 2017 : le taux de chômage annuel, qui était de 7,2 % en 2016, a baissé à 6,1 % en 2017. L’économie du Québec s’est conformée à la loi d’Okun.

Mais il y a aussi une conséquence pour l’avenir : le PIB du Québec ne pourra pas indéfiniment continuer à augmenter de 3 % par année, parce que le taux de chômage devra tôt ou tard se stabiliser à un niveau minimum (qui sera le plus bas possible, espérons-le), et cessera alors de diminuer. On pourra, entre autres influences, compter sur l’œil vigilant de la Banque du Canada, qui va faire remonter les taux d’intérêt et refroidir la croissance dès que le taux de chômage au Canada sera tellement bas qu’il menacera de mettre le feu aux poudres de l’inflation. Or, la même loi d’Okun appliquée aux données du Québec de la dernière décennie indique que c’est un taux de croissance annuel d’environ 1 % du PIB, et non pas de 3 %, qui est compatible avec un taux de chômage québécois qui reste stable plutôt que de continuer à baisser chaque année.

Conclusion : le taux de croissance économique d’environ 3 % observé au Québec en 2017 est le fruit d’une accélération passagère qui découle en bonne partie de l’inversion de la politique budgétaire du ministre Leitão, passée de l’austérité à l’expansion. Le lien entre cette accélération, la baisse du chômage et l’espoir du gouvernement Couillard d’être réélu en octobre prochain n’est évidemment pas une coïncidence. Mais la croissance annuelle du PIB ne pourra pas se poursuivre longtemps à un rythme aussi rapide que 3 %, parce que le chômage devra inévitablement se stabiliser. Or, selon la loi d’Okun à laquelle le Québec semble se conformer, un taux de chômage stable est compatible avec une croissance annuelle du PIB d’environ 1 % par année seulement. C’est donc une croissance annuelle du PIB de cet ordre, c’est-à-dire nettement inférieure à 3 %, qui nous attend dans les années à venir. Il n’est pas du tout impossible que le taux de chômage annuel du Québec soit encore plus bas en 2018 qu’en 2017. On l’espère de tout cœur. Mais ce qui est certain, c’est que le taux de chômage va trouver son fond quelque part et qu’à ce moment-là, la croissance du PIB sera plus près de 1 % que de 3 %.

On peut néanmoins se demander si le scénario de croissance du PIB du Québec à moyen terme pourrait être meilleur que 1 % par année une fois que le taux de chômage se sera stabilisé. C’est possible. Mais pour cela, il faudra que la participation des 55 ans et plus à la population active s’accélère ou que la productivité (le PIB par personne en emploi) sorte de sa torpeur.

Parmi les 55 ans et plus, il y a encore un énorme réservoir de travailleurs au Québec. Au Japon, par exemple, ce sont 62 % des 55 à 69 ans qui sont actifs sur le marché du travail ; ici, seulement 51 %. En rattrapant le Japon, le Québec ajouterait 185 000 personnes à sa population active. Il est possible de faire plus chez nous de façon à permettre à tous ceux et celles qui le désirent de rester actifs.

La productivité, elle, tend à progresser de 0,6 % par année au Québec à moyen terme. La lenteur de la productivité n’est pas un phénomène québécois, mais mondial. C’est aussi lent aux États-Unis, en Europe et au Japon que chez nous. Pour me faire l’écho d’un autre économiste américain, je ferais remarquer que, même si on entend parler de numérisation, de véhicules qui se déplacent tout seuls et d’intelligence artificielle partout, on n’en voit pas encore la trace dans les statistiques de la productivité…

La productivité, c’est un mystère. Heureusement, il est connu que les mystères engendrent parfois des miracles. On peut toujours l’espérer.