Pakistan : instruits et radicaux
Monde

Pakistan : instruits et radicaux

Pour recruter leurs combattants au Pakistan, les groupes terroristes se tournent désormais vers les universités. 

Au cours des dernières années, un nombre croissant d’étudiants d’établissements prestigieux ont en effet participé à des attentats à l’intérieur des frontières du pays.

Recrues de choix

Les jeunes universitaires sont plus créatifs et plus difficiles à repérer que les élèves venant des madrasas, ces écoles coraniques où sont souvent recrutés les futurs kamikazes. « Les groupes comme Daech s’adressent aux jeunes urbains de la classe moyenne. Ils leur parlent de gouvernement corrompu, des problèmes causés par l’État et les forces de sécurité », explique Omer Shahid Hamid, responsable de l’unité antiterroriste pour la province du Sindh.

Association étudiante en renfort

Ces organisations comptent aussi sur l’appui de l’Islami Jamiat-e-Talaba (IJT), la plus importante association étudiante du Pakistan. Le groupe, accusé d’être un refuge pour des membres d’al-Qaïda, fait la loi sur certains campus. « Nos universités sont influencées par les valeurs occidentales. Nous voulons que les étudiants retournent sur le chemin de Dieu et comprennent mieux l’islam », dit Aneeb Afzal, l’un des leaders étudiants.

Les autorités impuissantes

Le Pakistan est déjà l’un des pays les plus touchés par le terrorisme. Pour l’instant, les autorités sont à court de réponses pour contrer ce nouveau phénomène, qui pourrait faire sombrer le pays encore davantage dans la radicalisation.