L'extrême gauche fourbit ses armes
Monde

L’extrême gauche fourbit ses armes

Il n’y a pas que l’extrême droite qui se radicalise aux États-Unis depuis l’élection de Donald Trump. Des groupes apprennent les rudiments de la boxe, d’autres tendent les bâtons. Un groupe armé est même sorti de l’ombre. Notre journaliste les a rencontrés.

Ils sont une vingtaine à s’être donné rendez-vous dans un local où se réunit d’ordinaire un petit groupe d’anarchistes de l’ouest de Chicago. En ce samedi après-midi, il y a des syndicalistes en survêtement, des féministes en leggings, des antiracistes en short. Ils ne sont pas venus pour discuter inégalités sociales ou désobéissance civile, mais pour apprendre les rudiments de la bagarre. Les tables ont été poussées le long des murs et d’épais tapis de mousse occupent l’essentiel de l’espace. « On va commencer par ce que l’on appelle le “direct” en boxe. C’est parfait pour frapper le nez, les dents, la bouche, le menton, la gorge, le plexus. N’importe où au milieu du corps », précise Grey, un militant anarchiste spécialiste du taekwondo.

Cet article est réservé aux abonnés du magazine L’actualité

Les abonnés doivent avoir créé au préalable un compte d’accès numérique pour activer leur abonnement sur leur appareil mobile ou leur ordinateur.


Vous êtes abonné à L’actualité et avez déjà votre compte d’accès? Connectez-vous ici


Vous êtes abonné à L’actualité, mais n’avez pas encore de compte d’accès? Créez-le ici

Vous n’êtes pas abonné à L’actualité? Découvrez les avantages de l’abonnement ici