Politique

Meilleurs résultats pour les élèves du privé : pas pour les raisons qu’on pense

«Il vaut mieux inscrire son enfant à l’école privée si on veut lui donner toutes les chances de pouvoir rédiger un court texte dans un français acceptable à la fin de ses études secondaires», rapportaient certains médias il y a quelques jours. Une nouvelle qui agace le Dr Alain Vadeboncœur…

480811319-group-of-teenagers-working-in-school-class-gettyimages
Photo : Getty Images

«Il vaut mieux inscrire son enfant à l’école privée si on veut lui donner toutes les chances de pouvoir rédiger un court texte dans un français acceptable à la fin de ses études secondaires.»
Politique

Ce paragraphe donne son ton à l’article du Devoir paru le 11 janvier 2015 et portant le titre  «Enseignement du français : le privé supplante le public».

Le texte original de la Presse Canadienne a aussi été repris par L’actualité et Radio-Canada, notamment.

Ça devient tellement une rengaine servie à toutes les sauces qu’il fallait que je finisse par écrire mon agacement. Voilà, je suis agacé.

À LIRE AUSSI : «L’école privée encadre davantage ses élèves et les fait travailler fort»

Parce qu’en apparence, la conclusion s’impose : «Les jeunes finissants de cinquième secondaire ont une bien meilleure maîtrise du français écrit s’ils ont fréquenté une école privée plutôt qu’une école publique».

L’école privée ferait un meilleur boulot. Il me semble pourtant que ça ne tient pas la route.

Faisons courir les élèves

Pour voir si l’idée se tient, imaginons qu’on construise des écoles de course à pied. Après tout, on trouve déjà des écoles de hockey, de ballet, d’hôtellerie, etc.

Dans ces écoles, il s’agirait surtout de courir — et de courir vite.

Et chaque année, durant les olympiades, les élèves de l’école de course courent plus vite que ceux des écoles ordinaires. Les journalistes rapportent l’exploit en s’emballant : «Il vaut mieux inscrire son enfant à l’école de course si on veut lui donner toutes les chances de pouvoir courir le 100 m dans un temps acceptable à la fin de ses études secondaires !»

Du coup, on se précipite pour pousser les enfants à l’école de course. Et les parents, pas fous, font tout ce qui est possible pour améliorer la vitesse de pointe de leurs rejetons : chaussures spéciales, entraîneurs privés, clubs de course d’été, etc.

Mais comme il y a beaucoup d’appelés, les écoles de course font passer un examen d’entrée, ce qui leur permet de choisir les meilleurs coureurs.

Plusieurs enfants réussissent également l’examen d’entrée à l’école sans préparation — ils courent déjà vite, voyez-vous.

Beaucoup d’autres, courant pourtant très vite, ne sont cependant pas admis à l’école. C’est qu’on exige 3 500 dollars par année scolaire : il faut bien payer le gymnase, la salle d’entraînement, les chronomètres, le revêtement de la piste extérieure, etc.

Les défis de l’école ordinaire

Question course, on remarque aussi que certains élèves courent vite dans les écoles ordinaires. D’autres courent moins vite, mais maintiennent tout de même la cadence en recevant beaucoup d’aide. Des spécialistes — jamais assez — les encadrent, leur donnent des trucs, travaillent l’endurance ou l’agilité, planifient et visent des objectifs adaptés, afin de leur permettre de courir au mieux de leur capacité.

Dans ces écoles ordinaires, les professeurs de course sont dévoués, même s’ils enseignent dans des conditions plus difficiles que dans les écoles de course. Dans de nombreuses classes, les jeunes courent lentement ou n’arrivent tout simplement pas à entrer sur la piste. Ces professeurs ont d’autant plus de mérite de rester dans les écoles ordinaires qu’ils savent que le travail est un peu plus facile dans les écoles de course.

Au fond, tout le monde sait bien que les professeurs des écoles de course et ceux des écoles ordinaires se ressemblent : même formation, revenus similaires, intérêt pour leurs élèves et matières presque identiques.

À la fin du secondaire, mystérieusement, les élèves des écoles de course courent plus vite, en moyenne, que ceux des écoles ordinaires. Comme ça dure depuis un certain temps, certains affirment que tout va de plus en plus mal, que les écoles ordinaires sont «poches», qu’elles devraient s’améliorer, qu’il faut rehausser leur performance et qu’il serait souhaitable de prendre exemple sur les écoles de course.

Mais on parle assez peu de ce qui est évident : si tu cours vite en commençant le secondaire, il est probable que tu courras vite à l’arrivée au cégep ou au collège, peu importe le genre d’entraînement reçu. C’est le contraire qui serait vraiment surprenant.

Alors quand je lis qu’il «…vaut mieux inscrire son enfant à l’école privée si on veut lui donner toutes les chances de pouvoir rédiger un court texte dans un français acceptable à la fin de ses études secondaires», je trouve que c’est une affirmation abusive ou peut-être erronée.

Privée ou publique ?

J’ai trois enfants. Au secondaire, deux sont allés à l’école privée et un à l’école publique. Ils ont fait leurs choix et j’avais les moyens. Peut-être que cela m’enlève un peu de la légitimité requise pour aborder ces questions. Par contre, je n’ai jamais moi-même fréquenté l’école privée.

Comme parent, j’ai surtout été impliqué dans une école secondaire publique, où j’ai siégé au conseil d’établissement quelques années, dont trois comme président. C’était intéressant : je voyais en première ligne l’ampleur des défis et des difficultés, le manque de moyens, les lacunes dans le soutien, les locaux parfois vétustes… Je voyais tout cela.

Mais je voyais surtout, avec grand plaisir, tous ces professeurs compétents et dévoués, qui aiment travail et élèves, et qui tâchent d’enseigner le mieux possible à tout ce monde, y compris les 25 % d’élèves en difficulté d’apprentissage. Le quart…

J’ai été impressionné par leur patience et leur dévouement, par la compétence des spécialistes qui transformaient la vie des élèves, par l’implication de la direction. Tout cela, c’était admirable d’humanité.

On trouve bien sûr aussi, dans les écoles privées, des professeurs dévoués, imaginatifs, intègres et passionnés par leur métier. Par contre, il y a moins de spécialistes pour les enfants en difficulté. Ce qui est logique : moins d’enfants en difficulté, moins de ressources et d’experts pour les prendre en charge.

Les enfants difficiles sont occasionnellement «invités» à quitter l’école privée, parfois juste avant la fin d’une année scolaire — mieux vaut un départ tardif que de faire baisser la moyenne du groupe…

Il faut évoquer plusieurs hypothèses

Je poursuis ma lecture : «En juin 2014, le taux de réussite de l’examen de français écrit des finissants du secondaire fréquentant le réseau public était de 74,5 %. Au privé, il était de 90 %. […] Entre les deux réseaux, force est d’admettre que l’écart se creuse.»

Il y a pourtant un a priori fondamental dans cette analyse. On entretient ainsi un mythe rarement remis en cause. En effet, «l’excellence» des écoles privées est potentiellement un effet de la sélection des élèves.

Et si l’écart se creuse, peut-être que c’est parce que les élèves sont de plus en plus sélectionnés au privé — ce qui concentre ainsi les élèves en difficulté dans le réseau public et accentue la différence ?

Alors, quand je lis que le «Ministère mène présentement une analyse des résultats visant à comprendre pourquoi le taux de réussite fléchit d’une année à l’autre et pourquoi un tel écart se creuse entre l’école publique et l’école privée», j’ai hâte de voir les conclusions.

Je suis prêt à parier qu’on trouvera une forte corrélation entre le niveau socioéconomique et les difficultés d’apprentissage. Peut-être qu’on va aussi constater un lien entre le degré de sélection pratiqué par l’école et le taux de réussite des élèves. Comme il se doit.

Alors, pensons-y : les élèves qu’on sélectionne pour leur vitesse de course vont avoir tendance à courir vite.

Plutôt que de blâmer l’école publique, peut-être faudrait-il mieux répartir les chances entre les coureurs ? Ça, c’est une question de fond.

***

Voir aussi la réponse de monsieur Jean-Marc St-Jacques, président de la Fédération des établissements d’enseignement privés et directeur général du collège Bourget, à laquelle j’ai aussi répondu.

***

À propos d’Alain Vadeboncœur

Le docteur Alain Vadeboncœur est urgentologue et chef du service de médecine d’urgence de l’Institut de cardiologie de Montréal. Professeur agrégé de clinique à l’Université de Montréal, où il enseigne, il participe aussi à des recherches sur le système de santé. Auteur, il a publié Privé de soins en 2012 et Les acteurs ne savent pas mourir en 2014. On peut le suivre sur Facebook et sur Twitter :@Vadeboncoeur_Al.