Politique

Le Québec au-dessus de ses moyens

Les compressions, l’austérité et tout le tralala sont là pour ramener les wagons de notre train de vie dans la gare de la réalité.

PolitiqueLe Québec vit au-dessus de ses moyens. Comme une caissière à temps partiel du Dollarama qui roule en Cadillac. Comme un musicien de jazz qui s’imagine qu’il peut faire l’épicerie chaque semaine. Comme Éric Duhaime qui essaie de dire quelque chose de sensé (mais qui finit par comparer l’État islamique et la CSN, parce qu’Éric Duhaime, c’est le Staline des comparaisons qui ne tiennent pas debout).

On vit au-dessus de nos moyens, mais les compressions, l’austérité et tout le tralala sont là pour ramener les wagons de notre train de vie dans la gare de la réalité.

Pour l’exemple, prenons une mesure au hasard, en tirant un bout de papier dans le grand chapeau de l’austérité.

«Les compressions dans le budget du lieutenant-gouverneur». Oups ! Mauvais exemple. Le budget du représentant de la reine au Québec reste intact en 2015-2016. C’est bien, ça fera quelqu’un pour garder Charlotte Elizabeth Diana quand ses parents vont venir nous visiter.

On tire un autre papier. «La retraite de misère de Thierry Vandal». Oups ! Encore un mauvais exemple. Thierry Vandal serait peut-être condamné à devenir un guenillou s’il ne pouvait compter que sur sa retraite à 452 402 dollars par année. Mais M. Vandal a aussi droit à une indemnité de départ de 565 503 dollars. Il a même reçu sa prime le 1er mai, juste à temps pour la fête des Travailleurs. C’était d’adon.

Tirons un autre papier. «Les assistés sociaux toxicomanes qui séjournent dans un centre de désintoxication vont voir leurs prestations passer de 747 dollars à 200 dollars par mois». Ah ! Voilà un bon exemple !

Fini les junkies qui essaient de se tirer du trou sur notre bras.

Et ça marche ! Avant même que la mesure entre en vigueur, vendredi dernier, l’Association québécoise des centres d’intervention en dépendance indiquait que «168 personnes ont mis fin à leur thérapie prématurément, 91 autres ont annulé leur entrée en centre et 34 ont tout simplement refusé de se faire évaluer dans le but d’entamer une démarche.» (Le Devoir)

On lit ça et on se dit «wow ! C’était donc LÀ qu’on vivait au-dessus de nos moyens ?» Avoir su, on aurait coupé avant !

C’est quand même fou, parce que, à vue de nez, on aurait pu penser qu’on vivait au-dessus de nos moyens à bien d’autres endroits. En donnant nos ressources naturelles pour presque rien, par exemple.

Michel Pepin, de Radio-Canada, écrivait récemment que «si tout va bien, ce sont 65 millions de dollars que les Québécois recevront en 2014-2015 en redevances minières. En échange de sept milliards de dollars de ressources. Si tout va bien.»

Ça nous ferait un beau 0,009 dollar la tonne. De sa tombe, Duplessis est jaloux. «Une cenne la tonne» ? T’étais fou, mon Maurice ! Et pourquoi pas 100 piastres, tant qu’à être parti ?

Mieux encore : avec les crédits d’impôt et les avantages fiscaux, le gouvernement a payé les minières pour sortir les ressources du sol en 2013-2014.

On pourrait penser que c’est un peu pas mal ça, vivre au-dessus de ses moyens. Mais non ! Tout ce temps-là, ce sont les assistés sociaux toxicomanes désireux de s’en sortir qui plombaient l’économie du Québec. Ben coudon.

Si seulement les pauvres ne nous coûtaient pas si cher, on aurait les moyens de les aider. Malheureusement, en temps de coupures, aider les gens dans le besoin, ça a à peu près autant de valeur qu’une tonne de minerai.

*   *   *

P.-S. Grâce au projet de loi 28 adopté sous bâillon et à toute vitesse, les minières «ne seront plus forcées de dévoiler certaines données cruciales pour quiconque s’intéresse au développement durable, soit la quantité et la valeur du minerai extrait».

Ça, c’est une excellente nouvelle. Comme on dit : ce qu’on ne sait pas ne nous fait pas mal.