Politique

Qui profiterait le plus d’une convergence souverainiste?

Une chose semble sûre: la CAQ serait la grande perdante d’une alliance entre le Parti québécois et Québec solidaire.

Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne
Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne

Dans une lettre ouverte publiée juste avant son départ comme chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau a réitéré son enthousiasme pour une convergence des forces souverainistes. La lettre, cosignée par Véronique Hivon, ne proposait pas une alliance officielle avec les autres partis, notamment Québec solidaire, mais suggérait que la division du vote souverainiste était en grande partie responsable des récentes victoires libérales: «Le moment est venu de nous mobiliser et de travailler ensemble pour mettre un terme à cet hiver sans fin dans lequel les politiques du gouvernement libéral nous emprisonnent.» Mais est-ce réellement le cas? Une alliance entre le Parti québécois et Québec solidaire aurait-elle pu reléguer le Parti libéral de Philippe Couillard aux banquettes de l’opposition? Pas tout à fait.

Si on ne fait qu’ajouter les votes pour Québec solidaire à ceux recueillis par le PQ lors de la dernière élection, le PQ aurait 18 sièges de plus à l’Assemblée nationale. Ce nombre ne change pas si l’on ajoute Option nationale, ses appuis étant négligeables. Mais cela n’aurait pas empêché l’élection d’un gouvernement libéral: le PLQ n’a remporté que 7 des circonscriptions en question, alors que la CAQ en a remporté 11. Ainsi, même sans aucune division du vote souverainiste, Philippe Couillard aurait été élu avec une majorité à l’Assemblée nationale.

Élection 2014 PLQ PQ + QS CAQ
Résultats réels  70  30 + 3  22
Convergence PQ + QS (somme des votes)  63  51  11

Le problème évident avec cette analyse est qu’un candidat unique n’amasserait pas forcément le total des votes recueillis par le PQ et QS. Certains électeurs opteraient pour une autre formation ou ne voteraient tout simplement pas.

Afin d’évaluer les effets d’une telle convergence souverainiste, il faut plutôt estimer combien d’électeurs de chaque parti seraient prêts à voter pour un candidat unique ou une coalition. Un récent sondage Léger indique que 87 % des électeurs du PQ soutiendraient une telle coalition, alors que 75 % des partisans de QS feraient de même. Respectivement 10 % et 15 % opteraient plutôt pour la CAQ. Léger avait déjà posé la question d’un hypothétique candidat unique en 2013 et les résultats avaient été semblables: 80 % des partisans du PQ suivraient et 62 % le feraient du côté de QS (avec respectivement 14 % et 21 % de «ne sait pas»). Le dernier sondage Léger montre également qu’environ 10 % des électeurs du PQ et de QS ne voteraient pas (ou annuleraient leur vote) en cas d’une telle coalition.

Élection 2014 PLQ PQ + QS CAQ
Résultats réels  70  30 + 3  22
Convergence PQ + QS (répartition selon sondages)  72  44  9

Selon ces calculs, la CAQ serait la grande perdante d’un regroupement des forces souverainistes. En effet, la CAQ ne conserverait qu’entre 60 % et 77 % de ses électeurs, le reste allant soit au PLQ, soit au PQ-QS. Une polarisation de la politique québécoise ne serait de toute évidence pas une bonne nouvelle pour le parti de François Legault et il n’est pas étonnant de le voir critiquer une telle alliance.

Au final, ces chiffres montrent que, malgré certaines réticences des dirigeants de ces formations politiques, les électeurs souverainistes sont en grande partie prêts à soutenir une telle entente. Regardons donc si cela aurait un effet important si une élection avait lieu aujourd’hui. Pour ces calculs, nous utiliserons les résultats des plus récents sondages Léger et CROP. Les deux montrent essentiellement la même situation: le PLQ est en tête avec 33-35 % des appuis, devant le PQ à 26-30 %, la CAQ à 21-25 % et QS à 10-14 %. Les projections de sièges à partir de ces résultats sont présentées dans le tableau ci-dessous.

Projection (mai 2016) PLQ PQ + QS CAQ
Sans convergence  56  48 + 3  18
Convergence PQ + QS (répartition selon sondages)  52  64  9

Pour l’élection de 2014, la majorité libérale serait toujours là. Dans les faits, le PLQ gagnerait même deux sièges de plus (Lévis et Montarville) en raison du déplacement des voix vers la CAQ. À noter que ces deux circonscriptions n’étaient pas dans la liste des 18 où une division de vote souverainiste laissait la voie libre à un autre parti. Présenter un candidat unique dans chaque circonscription n’est donc pas forcément optimal pour une alliance souverainiste.

Pour ce qui est de la situation d’aujourd’hui, les sondages montrent que le PQ sous la direction de Pierre Karl Péladeau n’était pas dans une position idéale. Malgré un taux d’insatisfaction de plus de 60 % envers son gouvernement, Philippe Couillard aurait été le favori pour remporter une deuxième élection de suite. Le départ de PKP pourrait donc s’avérer une bonne nouvelle pour le PQ.

Une coalition souverainiste PQ-QS serait certes favorable pour remporter plus de sièges, mais on est loin d’une victoire garantie. Et comme en 2014, le PLQ ne serait presque pas touché par la présence d’un candidat unique. C’est plutôt la CAQ qui en subirait les contrecoups.

En l’absence d’une coalition en bonne et due forme, un retrait mutuel de candidat pourrait permettre à ces deux formations de ravir de 5 à 10 sièges de plus. Déterminer les circonscriptions desquelles l’un ou l’autre parti devrait se retirer n’est toutefois pas évident (sauf dans certains cas, comme à Laurier-Dorion). Est-ce une solution que la ou le prochain chef du PQ devrait étudier? Peut-être, mais il n’y a pas là une solution miracle qui garantirait aux souverainistes de prendre le pouvoir à la prochaine élection, même si ces 5 sièges additionnels peuvent s’avérer fort utiles dans un contexte où le PQ peine à dépasser la barre des 35 % d’appuis.

Avec une course qui s’annonce des plus ouvertes, les candidats à la chefferie péquiste vont devoir se différencier, et un rapprochement des forces souverainistes est l’une des propositions les plus facilement envisageables. Un tel scénario viendrait sceller l’empreinte que Pierre Karl Péladeau aura laissée au PQ.