Les souverainistes de Denis Coderre
Politique

Les souverainistes de Denis Coderre

Hadrien Parizeau, Elsie Lefebvre, Scott McKay et plusieurs autres : L’actualité a voulu savoir ce qui les a incités à faire le saut avec un fédéraliste assumé comme le maire sortant.

Après avoir expliqué à Hadrien Parizeau que les rues de leur quartier devraient être nettoyées plus souvent, surtout lorsqu’il y a des travaux qui soulèvent de la poussière, une dizaine de Montréalais d’origine italienne réunis en ce dimanche 22 octobre pour tirer quelques boules au Club de bocce l’Acadie serrent la main au candidat et lui promettent de voter pour lui lors de l’élection municipale du 5 novembre.

« On va aussi voter pour vous parce qu’on est fédéralistes », explique l’un d’eux le plus sérieusement du monde, en référence au fait qu’Hadrien Parizeau se présente sous la bannière de Denis Coderre.

Le lendemain matin, à 10 h, le candidat de 27 ans raconte l’anecdote à son équipe de campagne, rassemblée dans la petite cuisine de son appartement de la rue Saint-Dominique. L’endroit sert de quartier général pour planifier l’opération « sortie de vote » à venir.

« J’ai répondu au monsieur : “O.K., je suis content d’entendre ça !” » dit-il à ses quatre complices autour de la table, qui s’esclaffent. Félix-Antoine Michaud, qui a organisé les deux courses à la direction d’Alexandre Cloutier au Parti québécois, s’étouffe presque avec un morceau de poire qu’il vient de piger dans le bol au centre de la table.

Hadrien Parizeau est le petit-fils de l’ancien premier ministre Jacques Parizeau, figure incontournable du mouvement souverainiste. Il est un indépendantiste convaincu.

Le dimanche 29 octobre, lors du vote par anticipation, il ira chercher à leurs résidences des électeurs sympathisants âgés pour les aider à exprimer leur préférence électorale. Il sera accompagné par l’ancienne députée de Crémazie Lisette Lapointe, l’ex-femme de Jacques Parizeau, qui se dit « très fière » de l’implication politique d’Hadrien. « Une autre personne qui va nous aider à faire sortir le vote fédéraliste ! » blague Félix-Antoine Michaud.

Mis à part les Italiens qui jouent au bocce les dimanches, Hadrien Parizeau affirme que peu de citoyens lui ont mentionné la contradiction de voir un souverainiste faire équipe avec le fédéraliste libéral Denis Coderre. « Mes concitoyens sont plus intéressés par mon projet de serres éducatives pour les écoles du quartier que par le débat souveraineté-fédéralisme, dit-il. On parle des services de proximité. »

Hadrien Parizeau est loin d’être le seul souverainiste à avoir grossi les rangs de l’Équipe Coderre. L’ancienne députée péquiste Elsie Lefebvre, conseillère municipale dans Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension depuis 2009, a fait le même choix en août. L’ex-député bloquiste Réal Ménard, maire de l’arrondissement d’Hochelaga-Maisonneuve — qui a affronté Coderre à la Chambre des communes pendant des années —, est aujourd’hui dans son camp. Scott McKay, ancien député du PQ de 2008 à 2014, se présente pour l’Équipe Coderre dans Rosemont–La Petite-Patrie. L’ex-syndicaliste Lorraine Pagé en fait autant dans Ahuntsic-Cartierville, tandis que l’ancien humoriste des Justiciers masqués Marc-Antoine Audette se présente dans le Sud-Ouest.

Un égoportrait du maire sortant, entouré notamment des candidats Hadrien Parizeau et Elsie Lefebvre.

C’est sans compter les souverainistes qui travaillent auprès du maire sans être candidats, comme son chef de cabinet, Denis Dolbec, longtemps avec l’ex-ministre péquiste Serge Ménard. Dans son équipe de communication, Marc-André Gosselin a travaillé au cabinet de Pauline Marois. Et ainsi de suite.

Bref, ils sont si nombreux que L’actualité a voulu savoir ce qui les a incités à faire le saut avec un fédéraliste assumé comme le maire sortant.

« Au municipal, les cartes de membre provinciales disparaissent, avance Hadrien Parizeau. On se rassemble pour Montréal. J’ai beaucoup aimé la visibilité que le maire a donnée à notre ville sur la scène internationale. »

Candidat dans le district de Saint-Sulpice, dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, Hadrien Parizeau n’a pas pris le chemin le plus facile en se présentant avec l’Équipe Coderre. Il tente de conserver le siège qu’occupait Pierre Desrochers, président du comité exécutif, qui ne se représente pas.

Or, Desrochers l’avait emporté par seulement neuf voix sur le candidat de Projet Montréal en 2013. « C’est mon coin, j’ai grandi ici, dit Hadrien Parizeau. Mon grand-père y a été candidat aux élections québécoises en 1970 et 1973. Lisette Lapointe a été députée ici. J’ai milité pour le PQ ici, je connais tous les enjeux. »

En route vers un petit restaurant sur le boulevard Chabanel, le candidat s’arrête pour prendre une photo d’une poubelle qui déborde. Des déchets jonchent le sol tout autour. Il envoie l’image au service de propreté de l’arrondissement. Encore une fois. « Je ne sais pas ce qui se passe avec cette poubelle, mais elle est toujours pleine ! » lance-t-il, un peu découragé. Il l’avoue, ces détritus, sur ce boulevard passant et près des commerces, l’énervent. « J’ai hâte d’être élu, je vais régler ça ! » dit-il en riant.

C’est ce besoin d’améliorer la vie quotidienne des gens qui l’a poussé à se présenter au municipal plutôt qu’au PQ, où il serait accueilli à bras ouverts. Son choix a toutefois causé une petite commotion dans la famille souverainiste, convient-il. Son nom de famille est un puissant symbole, et la frange plus militante du PQ a rué dans les brancards à l’annonce de sa candidature pour Équipe Coderre, le 22 août.

Sur Twitter, la réaction a été virulente :

 

Les mots « opportuniste » et « décevant » revenaient souvent dans les commentaires. Sur le site indépendantiste Vigile.Quebec, le collaborateur Jean Archambault a écrit être « très surpris de voir certains souverainistes se joindre à Denis Coderre : multiculturaliste opportuniste, fédéraliste absolutiste et magouillard invétéré. […] Que font nos souverainistes dans cette galère ? Pensent-ils qu’ils vont changer l’homme et sa gang ? »

Denis Coderre est une figure « polarisante », avec un « style particulier », concède Hadrien Parizeau, ce qui a accentué la frustration ou la déception de certains indépendantistes. « J’ai été très critiqué, c’est vrai, mais c’est surtout venu de gens qui ne vivent pas à Montréal, et qui comprennent moins la réalité sur le terrain, dit-il. Équipe Coderre est avant tout une coalition de gens qui veulent faire avancer Montréal. »

Il ajoute que des souverainistes doivent faire entendre leur voix dans cette coalition. « On représente un courant important dans la société, pourquoi on ne pourrait pas faire valoir notre point de vue à Montréal ? »

Le dynamisme de Denis Coderre l’a convaincu. « On peut critiquer le maire, mais il est impossible de lui reprocher d’être inactif. Il avance. La ville de Montréal va mieux qu’il y a quatre ans. Il prend des décisions pour le bien de la ville, même si ça ne fait pas gagner des votes. Par exemple, on répare les aqueducs parce qu’il faut le faire, les fuites d’eau n’avaient plus de bon sens. Or, oui, les travaux et la congestion sont désagréables. Mais il faut avoir le courage de prendre certaines décisions. »

Une lutte serrée

Rue Castelneau, dans le quartier Villeray, au centre de l’île, Elsie Lefebvre sirote une limonade rose pétillante à l’épicerie fine Sainte-Cécile. « Un produit du Québec ! » dit-elle fièrement. Trois fois pendant notre conversation, elle tente de me persuader de déménager dans son quartier, « le plus beau de la ville ! » lance-t-elle. À n’en point douter, elle aime ses fonctions. Élue sous la bannière de Vision Montréal en 2009, puis de Coalition Montréal en 2013, Elsie Lefebvre devait se choisir un nouveau parti pour la campagne de 2017, le sien ayant implosé.

Cet été, l’ancienne députée péquiste de Laurier-Dorion a commandé un sondage pour en apprendre davantage sur les intentions de ses électeurs. Les conclusions ont montré qu’elle avait plus de chances d’être réélue si elle portait la bannière de Projet Montréal. Elsie Lefebvre a tout de même choisi Denis Coderre. La lutte s’annonce d’ailleurs très serrée, avoue-t-elle. « J’ai eu l’occasion de travailler avec le maire sur le dossier de l’électrification des transports. On a installé 400 bornes de recharge pour les voitures. Montréal connaît un essor formidable depuis quatre ans, alors ce n’était pas le temps de me battre contre lui, mais de l’aider à avancer. » Elle ajoute qu’il n’y a « pas de ligne idéologique avec le maire, on évalue les projets au mérite ».

Pour l’ancien député péquiste Scott McKay, c’est un retour aux sources. Il a été conseiller municipal à Montréal sous l’administration de Jean Doré, de 1986 à 1994, avant son passage au Parti vert du Québec, puis au PQ. « Au RCM de Doré, nous étions une coalition de toutes les tendances politiques, et c’est ce que Denis Coderre tente de recréer », dit-il. Le rôle joué par Denis Coderre au sein du regroupement international des grandes villes pour lutter contre les changements climatiques l’a convaincu de revenir à ses premières amours. « Montréal a un leadership », croit-il.

Pourquoi Scott McKay, connu pour son côté écologique, ne s’est-il pas joint à Projet Montréal, bien campé à gauche, avec ses accointances connues avec Québec solidaire et le NPD ? « Se dire vert est une chose, puis il y a les faits, lance-t-il. Projet Montréal a des idées irréalistes. » Le maire Coderre, rappelle-t-il, a augmenté le budget de la STM, fait atterrir le REM de la Caisse de dépôt, lutté contre les fuites d’eau du réseau d’aqueduc… « Je suis un idéaliste pragmatique ! Projet Montréal est dogmatique. »

L’argument revient souvent dans la bouche des souverainistes associés à Denis Coderre : même si des péquistes sont aussi avec Projet Montréal, ce parti serait davantage un clone de Québec solidaire, inflexible et idéologiquement rigide, ce qui causerait des problèmes dans une ville aussi diversifiée que Montréal. « Je suis pragmatique », me dira également Elsie Lefebvre pour contraster avec son adversaire.

« On est ambitieux, mais réalistes. Ce n’est pas “crois ou meurs” chez nous », déclare Denis Coderre en entrevue avec L’actualité. Le maire sortant estime que Projet Montréal « veut forcer tout le monde, avec des règlements, sans nuance », à suivre sa voie. « Il n’y a pas de place au dialogue avec eux. »

Une « vieille accusation » que rejette Projet Montréal. « Ils paniquent », affirme Marc-André Viau, porte-parole de la chef, Valérie Plante. « On a une équipe qui vient de différents milieux professionnels et qui propose d’abord et avant tout des solutions concrètes aux problèmes du quotidien. »

La position ferme de Denis Coderre sur la loi 62 du gouvernement du Québec, qui prévoit la prestation et la réception des services à visage découvert, a nécessité quelques mises au point au sein de son parti, où certains nationalistes ont jugé que le maire y allait un peu fort en refusant net d’appliquer la loi à Montréal. « Je suis moi aussi un nationaliste, mais cette loi est inapplicable, soutient Denis Coderre. Je ne vais pas envoyer les employés municipaux faire une chasse au niqab. J’ai parlé avec franchise à ma gang, on s’est entendus sur une position. C’est bien d’avoir plusieurs points de vue différents dans une équipe. Quand on développe un consensus, il est plus fort, ce qui est bon pour Montréal. »

Recruter autant de souverainistes peut-il nuire à ses chances dans certains arrondissements plus fédéralistes ou anglophones de Montréal ? « Pas du tout ! répond le maire sortant. On est avant tout montréalais, et j’ai besoin des meilleurs talents pour faire avancer la ville. »

Denis Coderre estime que beaucoup de souverainistes ont apprécié ses positions progressistes au fil de son mandat. Ce que confirment les candidats Hadrien Parizeau, Elsie Lefebvre et Scott McKay. Ils citent la bataille en faveur des centres d’injection supervisée, la politique sur l’itinérance, la prise en compte des racines autochtones de la ville et son ouverture aux revendications de la communauté LGBT. « On ne gagne pas des élections avec ça, mais il faut s’y attarder, c’est important », dit Elsie Lefebvre.