Élargir la base, le pari raté de Denis Coderre
Politique

Élargir la base, le pari raté de Denis Coderre

Le maire sortant a augmenté son appui de 13,5% par rapport à 2013. Mais comme l’explique Philippe J. Fournier, tous les arrondissements remportés par Mélanie Joly se sont tournés vers Projet Montréal.

Lors de sa victoire dimanche, Projet Montréal a littéralement doublé ses appuis en quatre ans, passant d’un vote populaire de 25,5% en 2013 à 51,4% en 2017 – un bond spectaculaire de 25,9 points de pourcentage (vote à la mairie de Montréal seulement).

Évidemment, comme il n’y avait que deux grandes formations en lice (Coalition Montréal et Vrai Changement pour Montréal n’ont pas présenté de candidats à la mairie), la division du vote qui avait favorisé Denis Coderre en 2013 n’a pas eu lieu. Valérie Plante a obtenu près de 27 000 voix de plus que M. Coderre, qui est devenu le premier maire à ne pas obtenir de deuxième mandat en plus d’un demi-siècle.

De son côté, M. Coderre est passé de 32,1% en 2013 à 45,6% du vote, une augmentation respectable de 13,5 points de pourcentage – mais insuffisante face à un seul adversaire.


Au cours des dernières années, plusieurs observateurs semblaient avoir oublié que Denis Coderre n’avait obtenu qu’un tiers du vote en 2013 et que, pour mériter sa réélection, il se devait d’élargir sa base d’électeurs considérablement. Nombreux croyaient que « l’omnimaire », comme il a été surnommé, serait confortablement en selle, comme ce fut le cas de Régis Labaume à Québec.

Comme nous pouvons le constater en jetant un coup d’oeil aux cartes suivantes, la base électorale de Denis Coderre n’a pas grandi au cours de son mandat. Voici la carte de Montréal, colorée selon le vote par arrondissement, à la mairie de Montréal:



Projet Montréal a performé là où on s’y attendait: le Plateau-Mont-Royal, Rosemont-La-Petite-Patrie, Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, mais Mme Plante n’aurait pas pu remporter la mairie de Monréal seulement avec cette base d’électeurs.

Comparaisons avec 2013

En effet, tous les arrondissements où Mélanie Joly avait remporté une pluralité de votes en 2013 se sont tournés vers Projet Montréal (voir carte ci-dessous). De plus, Projet Montréal a réduit considérablement l’avance que détenait l’Équipe Denis Coderre dans ses propres fiefs de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Anjou et Saint-Laurent.



Projet Montréal a aussi bondi de plus de 30 points dans Lasalle, un arrondissement que Denis Coderre avait remporté par 5,5% en 2013.

En fait, pour visualiser comment Projet Montréal s’est emparé de la mairie, on peut calculer l’écart du vote, par arrondissement, entre les élections de 2013 et 2017.

Voici ces données pour Denis Coderre. Nous pouvons remarquer que sa part du vote a augmenté dans 18 des 19 arrondissements de la ville (l’exception est Montréal-Nord, où la part du vote de M. Coderre est passée de 66,7% à 60,8%, un recul de 5,9%).



Comme la course à la mairie de 2013 fut disputée à quatre partis, il est naturel que les parts du vote aient augmenté pour chacun des deux partis en lice. Toutefois, comme nous pouvons le constater, la progression de Projet Montréal a été considérable sur chacun des 19 arrondissements.



Projet Montréal a augmenté sa part du vote d’au moins 19 points (!)… dans TOUS les arrondissements. En politique, c’est ce qu’on appelle une vague.

Plaçons ces données côte à côte:


Le seul arrondissement où Denis Coderre a augmenté sa part du vote davantage que celle de Projet Montréal est Ahuntsic-Cartierville (Denis Coderre: +19,7%, Projet Montréal: +19,3%).

En traçant ces écarts des augmentations de vote entre 2013 et 2017 sur une carte, voici ce que nous obtenons:


Le taux de participation a-t-il été un facteur?

En 2013, le taux de participation à l’élection municipale avait été de 43,3%, une proportion faible considérant l’impact de la politique municipale sur la vie des concitoyens. La participation à cette dernière élection n’a guère augmenté: seulement 42,5% des électeurs inscrits ont voté – incluant le vote par anticipation. La nature serrée de cette course à la mairie n’aura donc pas eu l’effet attendu sur le taux de participation.

Toutefois, considérez la figure suivante. Il s’agit des résultats du vote pour la mairie de Montréal en fonction du taux de participation par arrondissement:

Que pouvons-nous remarquer? Les trois arrondissements où le soutien à Denis Coderre était le plus fort – soit Saint-Laurent, Montréal-Nord et Saint-Léonard – sont aussi trois des quatre arrondissements avec le taux de participation le plus faible. Dans chacun de ces trois arrondissements, moins de 40% des électeurs ont exercé leur droit de vote.

En contraste, cinq des six arrondissements où le taux de participation a dépassé 47% ont massivement voté en faveur de Projet Montréal, soit Lachine (47,3%), le Plateau-Mont-Royal (47,9%), Rosemont-La-Petite-Patrie (50,5%), Île-Bizard-Sainte-Geneviève (53,3%) et Outremont (58,3%).

S’agit-il ici du phénomène classique du « enthousiam gap » (qui a sans doute coûté la présidence à Hilary Clinton l’an dernier)? Clairement, les électeurs de Projet Montréal étaient beaucoup plus motivés à aller voter pour leur candidate que ceux de M.Coderre.

Et la projection Qc125?

Finalement, que dire des sondages et de la projection publiée par Qc125 à quelques jours du scrutin? En septembre, au tout début de la course, un sondage Mainstreet/Qc125 accordait à M. Coderre une avance de cinq points sur sa rivale. Un mois plus tard, un sondage Léger Marketing pour le compte de Projet Montréal (et publié par Qc125) mesurait les deux candidats à égalité. À peine quelques jours plus tard, un coup de sonde CROP/Radio-Canada donnait une avance de deux points à Valérie Plante.

Mme Plante l’a finalement emporté par une marge de 5,8% sur M.Coderre. La dernière firme sur le terrain, CROP, a terminé son sondage le 24 octobre, soit presque deux semaines avant l’élection. Clairement, les trois firmes ensemble ont mesuré avec justesse le « momentum » de Projet Montréal et la descente graduelle de l’Équipe Coderre.

Si un sondage avait été lancé dans les derniers jours de la campagne, aurait-on mesuré une avance de Mme Plante hors de la marge d’erreur habituelle? C’est probable.

Basée sur ces sondages, la projection Qc125 publiée le 30 octobre accordait une mince avance à Valérie Plante et une probabilité de 12% d’une victoire de Mme Plante par une marge de 5% et plus.

Considérant la faible quantité de données disponibles au cours de cette campagne, le modèle a tout de même performé raisonnablement bien – en plus d’avoir favorisé la candidate victorieuse. Néanmoins, plus de données auraient été nécessaires pour augmenter la précision de la projection.

La prochaine élection provinciale au Québec sera sans aucun doute le vrai test pour le modèle Qc125. Entre aujourd’hui et le scrutin du 1er octobre 2018, nous devrions espérer des sondages à tous les mois, puis à toutes les semaines de la campagne électorale. Toutes ces données devraient nous éclairer sur les mouvements de l’opinion publique et ainsi calculer des projections quantifiables précises.

Philippe J. Fournier est professeur de physique et d’astronomie au cégep de Saint-Laurent, à Montréal. En 2016, alors qu’il tentait de programmer une simulation de l’effondrement gravitationnel d’un nuage moléculaire, il a décidé de se perfectionner dans les projections électorales et de lancer son blogue, Qc125.