Projection électorale Qc125: la CAQ assoit son avance
Politique

Projection électorale Qc125: la CAQ assoit son avance

La division du vote qui jadis favorisait le Parti libéral du Québec aide maintenant la Coalition Avenir Québec à flirter avec une majorité.

Depuis le début de décembre 2017, deux nouveaux sondages sur les intentions de vote des Québécois ont été publiés et ils indiquent les mêmes tendances générales : la Coalition Avenir Québec devance maintenant le Parti libéral en tête du peloton, tandis que le Parti québécois perd des plumes proportionnellement aux gains de la CAQ.

Le sondage Léger/Le Devoir indiquait une importante et abrupte hausse caquiste, alors que le sondage Mainstreet/Qc125 mesurait plutôt une ascension plus modeste et graduelle de la formation de François Legault. Encore une fois, les deux sondages suggéraient une même tendance, mais à des amplitudes différentes.

La dernière projection électorale Qc125 a été publiée dans L’actualité à la fin octobre. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les plus récents chiffres feront certainement bouger l’aiguille de chacun des partis. L’Assemblée nationale ayant pris congé pour la pause des Fêtes, il est grand temps d’établir une toute nouvelle projection électorale pour ainsi peindre le portrait de l’électorat québécois en cette fin de 2017.

Cette projection électorale est divisée en trois sections :

  1. La projection du vote populaire
  2. La projection des totaux de sièges
  3. La projection du vainqueur

Au total, 50 000 simulations d’élections générales prenant en compte les sondages des six derniers mois ont été effectuées. Chacun des sondages utilisés dans le modèle Qc125 est pondéré selon sa date de terrain et la taille de son échantillon. Pour ce qui est des projections des circonscriptions, les données de sondages s’ajoutent aux tendances régionales et démographiques des élections de l’ère postréférendaire (1998, 2003, 2007, 2008, 2012, 2014) en utilisant les données de Statistique Canada.

À un peu plus de neuf mois de l’élection générale au Québec, voici la projection électorale Qc125 de décembre 2017.

La projection du vote populaire

Pour la première fois depuis la création de Qc125, la Coalition Avenir Québec prend la tête des intentions de vote dans la province avec un bond important de 2,8 % par rapport à la dernière projection. Avec une moyenne de 32,4 % des intentions de vote, nous verrons un peu plus bas que la CAQ est maintenant favorite pour remporter une pluralité de sièges à l’Assemblée nationale.

De son côté, le Parti libéral du Québec demeure stable avec une moyenne de 31 % du vote populaire, soit le niveau auquel le PLQ se maintient depuis quelques mois déjà. Toutefois, contrairement au printemps et à l’été, la division du vote qui favorisait les libéraux est en train de s’estomper au profit de la CAQ. La perte de vitesse du PLQ dans la région de Québec est particulièrement coûteuse pour le parti de Philippe Couillard.

En cette fin d’année, le recul graduel et constant du Parti québécois dans les intentions de vote au cours de 2017 atteint un nouveau plancher : avec une moyenne de 21,8 % du vote, le PQ est en train de reculer un peu partout au Québec, de sorte que plusieurs circonscriptions, anciennement considérées comme des bastions péquistes, sont maintenant menacées de changer de couleur. À pareille date l’an dernier, un sondage Léger/Le Devoir plaçait le PQ à égalité avec le PLQ en tête des intentions de vote…

Finalement, après des mois prometteurs au printemps et à l’été, Québec solidaire continue de glisser dans les intentions de vote. Sa moyenne de 12,7 % est sa plus faible projection depuis avril (avant que l’effet Gabriel Nadeau-Dubois se fasse sentir dans les sondages).

Voici la projection du vote populaire avec les intervalles de confiance de 95 % :

Nous pouvons donc constater que les intervalles de confiance de la CAQ et du PLQ se croisent considérablement, alors que ceux du PQ sont maintenant détachés du peloton de tête.

Avec les chiffres actuels, la CAQ remporte le vote populaire dans 66 % des 50 000 simulations.

La projection des totaux de sièges

Évidemment, ce bond au vote populaire pour la CAQ, combiné à une chute du PQ, aura un effet important sur la projection des totaux de sièges. De nombreux comtés pivots, particulièrement en Montérégie ainsi que dans les Laurentides et Lanaudière, basculent maintenant entre les mains de la CAQ.

Voici la moyenne des sièges par parti comparée à la dernière projection électorale :

La Coalition Avenir Québec se trouve à une moyenne de 58,7 sièges, soit juste sous le seuil de la majorité de 63. Ces gains pour la CAQ se font presque exclusivement aux dépens du Parti québécois, qui chute à une moyenne de 17,7 sièges.

Conséquemment, le Parti libéral du Québec descend quelque peu à 44,2 sièges, soit son plus bas total depuis la création du modèle Qc125.

Nous pouvons constater dans la distribution statistique suivante que, avec les chiffres actuels, un gouvernement majoritaire de la CAQ n’est pas un scénario imaginaire, loin de là.

Pour Québec solidaire, le scénario le plus probable est un total de quatre sièges, soit les trois qu’il détient présentement (Gouin, Mercier, Sainte-Marie–Saint-Jacques) et celui de la circonscription péquiste d’Hochelaga-Maisonneuve. De plus, Québec solidaire s’en sort bien dans Rosemont et Laurier-Dorion (où il n’est pas favori, toutefois).

En arrondissant les moyennes de sièges à l’unité près, voici quelle serait la proportion des quatre partis de l’Assemblée nationale, en demeurant dans l’hypothèse :

En obtenant une moyenne de 59 sièges, la CAQ prendrait le pouvoir avec un gouvernement minoritaire fort. Curieusement, avec ces totaux, chacun des partis d’opposition détiendrait la balance du pouvoir (oui, même Québec solidaire, car 59 + 4 = 63).

Le PLQ obtiendrait le pire résultat des 50 dernières années avec 44 sièges, dont une forte proportion de ces circonscriptions à Montréal, Laval et dans l’Outaouais.

De son côté, réduit à un maigre total de 18 sièges, le PQ entrerait sans doute dans une grande période de réflexion.

Une question cruciale se pose ici : quel est le plancher du PQ ? En 2014, nombreux étaient ceux qui croyaient que, à 30 sièges, le PQ avait atteint le fond du baril. Il est important de souligner qu’il s’agit ici d’une moyenne de 18 sièges. L’intervalle de confiance du PQ s’étend de 31 à 5 sièges.

Oui, cinq sièges.

La projection du vainqueur

Voici les résultats du vainqueur des 50 000 simulations de la projection électorale :

La Coalition Avenir Québec remporte le plus grand total de sièges dans 81,1 % des simulations. De plus, elle obtient non pas une pluralité, mais une majorité de sièges dans 35,8 % des simulations.

Le Parti libéral du Québec obtient une pluralité de sièges dans 17,1 % des simulations, soit environ une simulation sur six. Le PLQ obtient une majorité dans 15 simulations sur les 50 000, soit une proportion de 0,03 % — un résultat considéré comme négligeable.

Le Parti québécois ne remporte aucune simulation.

Finalement, 1,8 % des simulations se terminent avec une égalité entre le PLQ et la CAQ.

D’ailleurs, comme seuls deux partis remportent des simulations, nous pouvons tracer la distribution de probabilité de l’écart de sièges entre le PLQ et la CAQ :

(Les colonnes pâles indiquent que ces résultats se trouvent à l’extérieur de l’intervalle de confiance.)

Avec une avance moyenne de 15 sièges sur les libéraux, la Coalition Avenir Québec a autant de chances l’emporter par une marge de 30 sièges (!!) que de terminer à égalité avec le PLQ.

En conclusion

L’année 2017 se termine plus ou moins où elle avait commencé pour le PLQ. En effet, la projection Qc125 de janvier 2017 accordait aux libéraux 32,9 % du vote populaire avec une cinquantaine de sièges.

Qu’est-ce qui a changé depuis ?

En regardant les chiffres, le Parti québécois aura donc chuté de sept points dans les projections de janvier à décembre 2017. Ces points perdus ont été récupérés presque en totalité par la CAQ.

Résultat ? La division du vote qui jadis favorisait les libéraux aide maintenant la CAQ à flirter avec une majorité. Le PLQ pourrait se mettre à espérer que le PQ grimpe dans les sondages.

Ces chiffres nous promettent une rentrée parlementaire 2018 endiablée. La base solide du PLQ rend ce parti quasiment indélogeable. La montée de la CAQ, mesurée à plusieurs reprises par différentes maisons de sondage, ne semble pas être une aberration statistique.

Et le Parti québécois ? Il serait bien imprudent de la part de ses rivaux et détracteurs de le sous-estimer. Il s’agit de la formation comptant le plus grand nombre de membres, et elle possède toujours une base militante active. Certes, les chiffres actuels ne lui sourient pas, mais il n’y a qu’à regarder les chiffres de l’hiver dernier pour s’apercevoir que les Québécois sont capables de « sautes d’humeur » politiques.

Sur ce, je souhaite un joyeux Noël et un merveilleux temps des Fêtes aux lecteurs et lectrices de Qc125. L’année 2018 sera passionnante, j’en suis persuadé.